Menu

Halo S01e01 – Digne des jeux vidéo ?

CRITIQUE DE LA SÉRIE – Après la sortie de Halo Infinite sur Xbox et PC à la fin de l’année dernière, nous retrouvons cette fois Master Chief, le gardien de l’espace ultramoderne et casqué des jeux vidéo Halo, le super-soldat génétiquement amélioré et imposant, le “sauveur de l’humanité” qui a été formé à l’origine comme une véritable machine à tuer sans émotions, dans une série Paramount+. La nouvelle série sera-t-elle fidèle à la série de jeux vidéo Xbox qui existe depuis plus de 20 ans ? D’après ce que l’on nous a dit jusqu’à présent, les créateurs n’ont pas essayé de le faire, mais nous gardons l’espoir que la première partie de la série sera réussie.

 

 

Écrite par Kyle Willen et Steven Kane, réalisée par Otto Bathurst et produite par Steven Spielberg, la très attendue série Halo de Paramount+ est basée sur la série de jeux vidéo de tir à la première personne à succès Halo : Combat Evolved, lancée il y a 20 ans et qui a donné lieu à 15 suites, spin-offs et remakes, dont Halo Infinite l’année dernière.

La série met en vedette Pablo Schreiber dans le rôle du quartier-maître John-117 Master Chief, un garde spatial casqué devenu légendaire dans le monde des jeux vidéo. Super soldat “spartiate” (SPARTAN) génétiquement modifié, Master Chief est le dernier espoir de survie de l’humanité dans la guerre galactique qui oppose en 2552 le Commandement spatial des Nations Unies (UNSC) à la théocratie extraterrestre multi-espèces connue sous le nom de Covenant.

 

MOZI HÍREK - Pablo Schreiber beszélt arról, hogy miben különbözik Master Chief élőszereplős változata az eredeti Halo videójátékoktól.

 

La bande-annonce n’était pas assez représentative

 

Lorsque j’ai vu pour la première fois la bande-annonce de la série Halo (initialement prévue pour Showtime avant d’être transférée sur le service de streaming de Paramount+), je me suis dit : “Ça a l’air plutôt cool ; wow, les élites ont l’air grandes ; j’espère qu’ils n’édulcorent pas le fait que les spartiates ont été créés pour supprimer les colons humains rebelles”. ”

Sans dévoiler l’intrigue, la bande-annonce ne représente pas adéquatement l’histoire de la série. Le premier épisode de Halo est passionnant et engageant, même s’il est difficile de dire si la saison entière tiendra la route. Tout ce que je peux dire, c’est que ce premier épisode est plus ambitieux que prévu, mais il faut reconnaître qu’il s’éloigne du concept de l’histoire des jeux originaux. La deuxième saison ayant déjà été approuvée, il est probable que les créateurs de la série ont une idée précise de la manière de la faire progresser.

Le casting diversifié et intriguant comprend Bokeem Woodbine dans le rôle de Sorren-066 (déjà présent dans Halo : Evolutions) ; Natasha McElhone, également connue pour le film Solaris, dans le rôle du Dr Catherine Halsey, la scientifique à l’origine du programme Spartan ; Danny Sapani dans le rôle du capitaine Jacob Keyes, un personnage central du jeu original ; et Olive Gray dans le rôle de la fille de Jacob et Catherine, le Dr Miranda Keyes.

 

 

Un vrai préquel

 

La série Halo débute à un moment narratif intéressant, où il semble probable que la première saison se termine à peu près au moment où la série de jeux commence. Comme toutes les adaptations médiatiques “geek”, celle-ci trouvera son public, qui sera probablement à la fois ravi et consterné par les changements apportés pour l’adapter au nouveau média.

La chose la plus évidente aurait été de commencer la série là où commence le premier jeu. Le vaisseau spatial Pillar of Autumn s’échappe de la planète centrale interstellaire Reach après avoir été attaqué par des vaisseaux Covenant près du monde circulaire “Halo”, et le capitaine Keyes confie l’intelligence artificielle du vaisseau, Cortana (interprétée par Jen Taylor dans les jeux et jouée par elle-même dans la série) à Master Chief pour qu’il la protège contre le Covenant. Master Chief et quelques autres astronautes s’écrasent sur Halo, puis pendant le reste de la campagne de 10 heures (qui correspondrait bien à 9-10 épisodes télévisés), lui et Cortana rassemblent les autres gardes spatiaux moins connus, essaient finalement de sauver Keyes, découvrent et combattent le parasite extraterrestre appelé Flood, découvrent que l’anneau Halo est en fait une super-arme, et le détruisent. Dans les suites, Master Chief continue à protéger l’humanité, à combattre la Fédération (y compris en déclenchant la guerre civile de la Fédération) et le Flood, et en apprend peu à peu plus sur la race extraterrestre avancée qui construit Halo, ainsi que sur certaines des autres constructions mondiales étranges qui réécrivent l’histoire humaine.

 

 

Éléments de l’histoire utilisés dans les livres

 

Je ne sais pas trop pourquoi tant de jeux de science-fiction, comme Assassin’s Creed et Mass Effect, traitent de l’idée de races extraterrestres anciennes et avancées. C’est peut-être parce que les gens sont inconsciemment stressés à l’idée de se bombarder les uns les autres jusqu’à l’oubli, ne laissant que notre technologie pour être exploitée et incomprise par les générations futures, comme dans les jeux vidéo Horizon. Que la série télévisée suive ou non la même voie, Halo commence dès le début en articulant le rôle prépondérant des planètes fictives Reach et Madrigal. Halo : Combat Evolved fait référence à la chute de la base militaire de la planète Reach, où se trouve le centre d’entraînement du programme SPARTAN-II, qui est ensuite relatée dans le roman The Fall of Reach et le prequel Halo : Reach, tandis que Madrigal n’a jusqu’à présent figuré que dans les livres (bien qu’elle soit mentionnée dans le spin-off de Halo 3, Halo 3 : ODST).

Et à quoi ressemble le premier volet de la série Halo ? Il est déjà clair qu’il s’agit essentiellement d’une série de science-fiction d’action-aventure avec un thème de guerre dramatique, soulignant probablement l’importance et l’héroïsme des soldats en tant que guerriers qui sacrifient leur propre bien-être pour la sécurité des autres, comme l’illustre la campagne publicitaire pseudo-réaliste “Believe” pour Halo 3. Si l’on ne compte pas les fans de Halo (qui seront évidemment divisés par la série), les amateurs de Battlestar Galactica, Stargate, peut-être The 100 ou The Expanse seront attirés.

 

 

Un Master Chief plus humain – une bonne idée ?

 

De plus, certaines des décisions concernant les relations et le comportement du Master Chief semblent être une tentative d’humanisation de celui-ci. Bien qu’il soit peu probable que les fans habitués au protagoniste stoïque et laconique des jeux vidéo, Master Chief, souhaitent que son personnage change, ces changements permettent aux spectateurs qui ne sont pas intimement familiers avec la franchise existante de se connecter avec le personnage.

Après tout, les jeux sont en mesure d’être transformés en série parce que l’histoire et le monde qu’ils ont créés à l’origine étaient suffisamment uniques et fascinants pour les rendre populaires.

Bien sûr, je peux accepter que les adaptations soient très rarement des copies exactes ; lorsque les fans râlent (du plus bénin au plus venimeux), c’est parce qu’ils craignent que l’adaptation ne change l’essence de l’œuvre. Ici, au lieu que les nouveaux fans obtiennent une lecture différente d’une histoire existante, ils obtiennent une histoire complètement différente.

Le développeur du jeu Halo, 343 Industries, a tenté de prendre les devants au début de l’année en publiant un billet de blog officiel dans lequel Frank O’Connor, directeur de la création de la franchise, déclarait : “Nous sommes tous d’accord :

La ligne temporelle de la série télévisée – la “ligne temporelle argentée” – sera basée sur l’univers, les personnages et les événements déjà établis dans le canon de base, mais s’en écartera également de manière subtile et moins subtile pour raconter une histoire humaine et terre-à-terre dans l’univers Halo profondément établi. En d’autres termes, si de nombreux événements, origines, arcs de personnages et fins seront alignés sur l’histoire de Halo que les fans connaissent, il y aura des surprises, des différences et des rebondissements qui constitueront des fils narratifs parallèles mais non identiques au canon de base. ”

 

 

De la vraie science-fiction sanglante et gore, ce n’est pas Star Wars

 

Avant Halo 5 : Guardians, tous les principaux jeux de tir à la première personne Halo étaient classés M (mature), principalement en raison du sang et de la violence, qui étaient beaucoup plus réalistes que ce à quoi nous étions habitués dans ce style de jeu. En tant que successeur de ces jeux, il semble crédible que la série télévisée Halo aborde la brutalité de la violence et ses conséquences émotionnelles et éthiques. Il est également louable de garder à l’esprit les véritables enjeux de chaque moment dramatique, et de mettre en évidence les défaillances morales des méchants, ou encore de contraster la représentation de la guerre avec une représentation qui pourrait facilement devenir une glorification de la guerre de science-fiction. Certaines séries sur les guerres dans l’espace ou dans le futur (la série Star Wars en est un exemple typique) omettent parfois la violence pour rendre l’expérience visuelle plus “familiale”, ce qui relâche la tension et diminue les enjeux. Halo est loin d’être aussi familial, ce qui signifie que les parents doivent être prudents dès le départ s’ils veulent regarder cette adaptation de jeu vidéo avec des enfants. Il peut ressembler à Boba Fett en apparence, mais il est en fait beaucoup plus horrible et sanglant.

 

 

C’est mal que ce soit différent ?

 

Puisque l’histoire des jeux Halo n’a jamais été – avouons-le – une histoire qui vilipende Frank Herbert ou Arthur C. Clarke, j’accepterai tous les changements qui font une bonne série. Les acteurs sont sympathiques, et j’ai été généralement impressionné par l’univers visuel de la première partie. De nombreux projets coûteux finissent par avoir l’air bon marché de nos jours, mais ce n’est pas le cas ici dans la première partie : elle possède un véritable univers visuel cinématographique, avec, par exemple, des créatures extraterrestres très précises, qui valent la peine d’être regardées sur une bonne grande télévision en 4K/HDR.

Et pour les fans, le compositeur de la série, Sean Callery, rappelle tellement la partition originale de Martin O’Donnell que j’ai dû vérifier s’il s’agissait du même homme. Jen Taylor, qui a interprété l’IA de Cortana dans les jeux, reprend son rôle dans la série. Il y a des passages à la première personne qui s’inspirent du HUD du jeu vidéo, même s’il ne s’agit pas de répliques exactes. Les élites émettent également les voix utilisées dans les jeux, et les scènes de combat ressemblent à des réalisations en live-action du gameplay.

J’ai donc relativement bien aimé le premier volet de la série Halo, même si le personnage de Pablo Schreiber est légèrement différent, plus humain, par rapport au personnage toujours laconique et stoïque de Master Chief, et que l’histoire est également différente de celle des jeux vidéo. (Le fait est que la première partie de ce qui s’annonce comme une série de science-fiction spectaculaire et relativement passionnante est globalement une bonne première partie, et promet une suite sinueuse et divertissante.

-BadSector-

CRITIQUE DE LA SÉRIE - Après la sortie de Halo Infinite sur Xbox et PC à la fin de l'année dernière, nous retrouvons cette fois Master Chief, le gardien de l'espace ultramoderne et casqué des jeux vidéo Halo, le super-soldat génétiquement amélioré et imposant, le "sauveur de l'humanité" qui a été formé à l'origine comme une véritable machine à tuer sans émotions, dans une série Paramount+. La nouvelle série sera-t-elle fidèle à la série de jeux vidéo Xbox qui existe depuis plus de 20 ans ? D'après ce que l'on nous a dit jusqu'à présent, les créateurs n'ont pas essayé…
J'ai donc relativement bien aimé le premier volet de la série Halo, même si le personnage de Pablo Schreiber est légèrement différent, plus humain, par rapport au personnage toujours laconique et stoïque de Master Chief, et que l'histoire est également différente de celle des jeux vidéo. (Le fait est que la première partie de ce qui s'annonce comme une série de science-fiction spectaculaire et relativement passionnante est globalement une bonne première partie, et promet une suite sinueuse et divertissante.

Halo S01e01

Direction - 7.6
Acteurs - 7.2
Histoire - 7.1
Action/Visuels - 9.2
Ambiance - 7.5

7.7

BON

J'ai donc relativement bien aimé le premier volet de la série Halo, même si le personnage de Pablo Schreiber est légèrement différent, plus humain, par rapport au personnage toujours laconique et stoïque de Master Chief, et que l'histoire est également différente de celle des jeux vidéo. (Le fait est que la première partie de ce qui s'annonce comme une série de science-fiction spectaculaire et relativement passionnante est globalement une bonne première partie, et promet une suite sinueuse et divertissante.

User Rating: 2.94 ( 1 votes)

Spread the love

No comments

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

theGeek TV