Menu

Le téléphone de M. Harrigan – Appel manqué

CRITIQUE DE CINÉMA – J’ai longtemps été un fan des nouvelles de Stephen King au-delà de ses romans plus longs, et certaines d’entre elles ont été adaptées dans de grands films dans le passé, notamment “Stand by Me”, “Prisoners of Hope” et ” La Brume”. La collection 2020 du maître de l’horreur If It Bleeds s’est ouverte avec la merveilleuse petite histoire de fantômes Le téléphone de M. Harrigan, qui a maintenant été transformée en un film d’horreur original de Netflix réalisé par John Lee Hancock, réalisateur de Late Starter et Champions of the Heart. Il a apporté le sérieux de ces films à l’histoire de fantômes de King, prouvant à quel point il est un cinéaste inapproprié pour ce projet.

 

 

Dans sa dernière adaptation cinématographique d’une œuvre de Stephen King, il prouve une fois de plus qu’il peut puiser la tension aux sources les plus improbables. Dans ce cas, il s’agit de la technologie, ou plus précisément des téléphones portables, dont l’un s’avère être un moyen de communication entre les vivants et les morts. Malheureusement, malgré la prémisse intrigante, le téléphone de M. Harrigan manque des ingrédients nécessaires pour le rendre vraiment mémorable. ce n’est juste pas très effrayant.

 

 

La base est une courte histoire

 

Le film, qui sera présenté en première sur Netflix, est basé sur une nouvelle de la collection 2020 de King Si ça saigne, et se déroule dans une petite ville apparemment idyllique de la Nouvelle-Angleterre qui a été la toile de fond de tant de ses œuvres. Le prologue, qui se déroule en 2003, nous présente Craig (Colin O’Brien), un jeune garçon qui est élevé seul par son père aimant et ouvrier (Joe Tippett) après la mort de sa mère. Peu de temps après, le reclus M. Harrigan ( Donald Sutherland ), l’homme le plus riche de la ville, devient fasciné après que Craig ait donné une lecture de la Bible à l’église. Il lui offre 5 $ de l’heure pour venir dans son majestueux manoir et lire à haute voix des livres, y compris des titres pour enfants comme Lady Chatterley’s Lover et The Heart of Darkness.

Nous passons ensuite très rapidement à quelques années plus tard, lorsqu’une relation amicale et respectueuse s’est développée entre le désormais adolescent Craig (Jaeden Martell, un acteur vétéran de la précédente adaptation de King, AZ) et son employeur âgé. M. Harrigan lui envoie même régulièrement son cadeau habituel de billets de loterie à gratter, dont il réussit à gagner 3 000 $. Mais un Craig reconnaissant offre à Le téléphone de M. Harrigan en cadeau, ce dont le luddite invétéré admet qu’il ne se soucie pas. Cependant, lorsque Craig démontre que l’appareil peut fournir des rapports boursiers à jour, l’investisseur milliardaire est immédiatement converti. Ils ont même une sonnerie en commun, “Stand by Your Man” de Tammy Wynette, dont le titre finit par prendre une connotation “effrayante”.

 

 

Les dangers d’Internet

 

M. Harrigan est prémonitoire quant aux dangers potentiels d’un Internet illimité. Il donne également un long sermon sur, entre autres, ses conséquences potentiellement néfastes pour les médias et la politique, qui semble étrangement prémonitoire (mais bien sûr écrit avec du recul). Il est clair que ce thème a inspiré King à écrire l’histoire, et les éléments d’horreur ont été inclus pour rendre l’histoire néanmoins intéressante.

Le problème est que les développements ultérieurs de l’intrigue, destinés à être effrayants, ne sont pas rendus suffisamment effrayants par le réalisateur/scénariste John Lee Hancock (The Blind Side). M. Harrigan meurt subitement et laisse à Craig une somme d’argent substantielle pour aller à l’université et poursuivre son rêve de devenir scénariste (il n’est pas difficile de deviner ce que M. Harrigan pensait de cette idée). Le jeune homme reconnaissant met secrètement le téléphone de son employeur dans le cercueil avec le corps comme un dernier gage de leur amitié.

Comme on est parfois enclin à le faire avec un ami ou un être cher décédé, Craig appelle impulsivement le téléphone de M. Harrigan et lui laisse des messages en cas de problème, comme lorsqu’il est victime d’un intimidateur effrayant (Cyrus Arnold) à l’école. Lorsqu’il commence à recevoir des messages texte en réponse et que l’intimidateur est bientôt mystérieusement retrouvé mort, il commence à s’inquiéter que son ancien employeur “l’aide” d’outre-tombe.

 

 

Ce téléphone n’est pas assez noir

 

Le récent film d’horreur The Black Phone a utilisé des idées similaires, mais d’une manière beaucoup plus efficace et terrifiante. Hancock ne semble tout simplement pas trop intéressé à aller au-delà du concept de base pour faire un film d’horreur effrayant. Pour être juste, les éléments d’horreur du roman de King n’étaient pas particulièrement bien développés non plus. Au lieu de cela, le film est avant tout un portrait stimulant d’une amitié improbable et une histoire de passage à l’âge adulte dans laquelle un jeune homme apprend les dangers d’obtenir ce qu’il veut.

Même ainsi, le film a un certain impact, car Sutherland utilise ses compétences de vétéran pour rendre le hargneux M. Harrigan comme s’il sortait d’un roman de Dickens, et Martell, qui a toujours excellé dans des films comme St. Vincent, Midnight Special et The Le livre d’Henry, nous fait vraiment nous soucier de l’adolescent sensible et troublé.

C’est l’une de ces rares adaptations de King qui s’avère moins intéressante à mesure que l’histoire tente de devenir horrible.

-BadSector-

CRITIQUE DE CINÉMA - J'ai longtemps été un fan des nouvelles de Stephen King au-delà de ses romans plus longs, et certaines d'entre elles ont été adaptées dans de grands films dans le passé, notamment "Stand by Me", "Prisoners of Hope" et " La Brume". La collection 2020 du maître de l'horreur If It Bleeds s'est ouverte avec la merveilleuse petite histoire de fantômes Le téléphone de M. Harrigan, qui a maintenant été transformée en un film d'horreur original de Netflix réalisé par John Lee Hancock, réalisateur de Late Starter et Champions of the Heart. Il a apporté le sérieux…
C'est l'une de ces rares adaptations de King qui s'avère moins intéressante à mesure que l'histoire tente de devenir horrible.

Le téléphone de M. Harrigan

Direction - 4.4
Acteurs - 8.2
Histoire - 5.4
Éléments visuels/horreur - 3.2
Ambiance - 5.4

5.3

MÉDIOCRE

C'est l'une de ces rares adaptations de King qui s'avère moins intéressante à mesure que l'histoire tente de devenir horrible.

User Rating: Be the first one !

Spread the love

theGeek TV