Menu

Black Widow – Scarlett Johansson : une super-espionne russe avec un complexe paternel

CRITIQUE DU FILM – Elle s’appelle Romanoff, Natasha Romanoff et nous avons passé un bon moment à découvrir la place de l’assassin dans l’univers Marvel et dans son propre monde. Mélange d’un peu de James Bond, d’un soupçon de Terminator 2 et d’un peu de Mission Impossible, Black Widow conserve les traits stylistiques mélodramatiques d’un film de super-héros typique du MCU.

 

Le dernier film Marvel présente l’histoire de la présence de Black Widow dans l’univers Marvel, qui implique une histoire d’origine de traumatisme familial, de crise d’identité et de rivalité fraternelle avec une petite sœur fougueuse, Yelena, jouée avec des prouesses sanglantes par Florence Pugh. Yelena ne peut s’empêcher de se moquer – et peut-être d’envier – le style de combat de Black Widow, qui implique des postures absurdes et qui, selon elle, ressemble aux pitreries d’une femme dans une publicité pour un shampoing.

 

Une histoire d’origine, divorcée d’Avengers

 

Black Widow, alias Natasha, est maintenant séparée de sa famille Avengers, et son histoire d’origine semble être l’occasion rêvée de nous donner un aperçu de son éducation malheureuse en tant que membre d’une cellule d’espionnage russe se faisant passer pour une famille américaine ordinaire dans l’Ohio au début des années 1990. Les filles se révèlent être des orphelines dont les parents ont été volés. Leur fausse mère s’appelle Melinda (Rachel Weisz) et leur faux père est le costaud Alexei, joué avec charisme et humour par David Harbour. Les deux membres de la famille ont un accent américain tout à fait convaincant et aiment fredonner American Pie sur l’autoradio tout en regardant sentimentalement un match de baseball.

Alexei est fier d’avoir été le premier super-soldat soutenu par l’Union soviétique à être surnommé le “Gardien rouge” dans un costume de super-héros contrefait, et il est plutôt tragiquement obsédé par celui qu’il considère comme son adversaire, Captain America, dans ce qu’il appelle pittoresquement “la scène géopolitique du conflit international”. Maintenant que ses maîtres l’ont empêché de révéler la vérité sur son super-héros, il se retrouve dans une prison vétuste où il passe le temps en défiant ses codétenus dans des courses de scooters.

La vie de la famille au cœur de l’Amérique se termine par un désastre et, dans le présent, ils doivent faire face au marionnettiste maléfique Dreykov (Ray Winstone), qui entraîne une armée de “veuves” zombies émotionnelles, dont les deux filles faisaient partie à l’origine. Il contrôle leurs esprits, mais garde aussi dans une cachette des fioles d’antidote rougeoyantes qui peuvent rendre leur indépendance aux jeunes femmes. Ces fioles prennent bien sûr une importance semblable à celle d’un MacGuffin, à tel point que le spectateur se demande s’il était sage de créer ces fioles en premier lieu. Dreykov, d’ailleurs, semble avoir eu des relations politiques très particulières au cours de cette décennie : il y a une photo de lui avec Bill Clinton, mais un voyou aussi rusé que Dreykov aurait sûrement cultivé des liens avec la famille Bush ?

Natasha et Yelena doivent affronter Dreykov, qui a de bonnes raisons de haïr Natasha avec une passion particulière – un aspect de la personnalité de Black Widow qui n’est pas développé de manière aussi convaincante qu’il pourrait l’être – mais elles doivent d’abord régler leurs propres différends, ce qui donne lieu à des scènes de combat fascinantes, qui font craquer les os et ressemblent à des combats rapprochés d’arts martiaux.

 

James Bond, Jason Bourne, vous disent bonjour

 

Les films Marvel ont souvent connu le succès en greffant des personnages de bandes dessinées sur des modèles cinématographiques reconnaissables, et Black Widow s’inspire des films Bourne. L’empreinte de la série est la plus évidente dans une scène de combat dans un appartement de Budapest, où des rideaux et des torchons deviennent des armes de crime potentielles, mais elle est également évidente dans les poursuites en voiture, les lieux et le personnage principal : un assassin surentraîné toujours troublé par des crimes passés dont il se souvient à moitié. Il y a également des références (directes et indirectes) à Bond. La veuve noire doit sa saveur de bande dessinée à Taskmaster, un mystérieux méchant à tête de mort engagé par Dreykov. La capacité la plus importante de Taskmaster est celle d’imiter le style de combat de n’importe quel adversaire et de l’utiliser contre lui.

Malgré plus de deux heures de jeu, la Veuve noire n’est jamais traînée. Pugh et Harbour sont des membres de l’univers particulièrement bienvenus. Le personnage de Yelena, féroce et drôle, de Pugh sera certainement à suivre dans la suite de la franchise, tandis que Harbour incarne le super-soldat à la recherche de gloire et lourdement tatoué de Cap.

 

Classements de style

 

Si, d’une certaine manière, La Veuve noire rafraîchit le film Marvel “à plus petite échelle” (ne vous inquiétez pas, il y a toujours des évasions de prison, des poursuites en véhicules blindés et des escarmouches aériennes), et souligne de manière amusante le manque de superpouvoirs de Natasha (“J’en doute, Je doute que le dieu de l’espace ait besoin de prendre des analgésiques après un combat”, plaisante Yelena), mais le caractère plus terre à terre du film Marvel fait parfois sourciller, comme lorsque Natasha sort pratiquement indemne d’une chute particulièrement maladroite d’un grand immeuble. De plus, certaines des techniques les plus ridicules de l’histoire (notamment la méthode d’autodéfense de Dreykov) et les scènes les plus spectaculaires ne cadrent pas vraiment avec l’esthétique Bourne et les références sinistres au trafic d’êtres humains et aux hystérectomies forcées.

 

Le complexe du papa est aussi un peu tiré par les cheveux

 

Pourtant, le lien le plus fort que l’on puisse tracer est le complexe électrique, le lien entre la Veuve noire et son “père” absurde, qui est très grand, très enclin aux crises de colère et qui aime casser les choses. Cela nous donne-t-il un indice freudien de l’attirance de Black Widow pour le Dr Bruce Banner, l’alter ego de Hulk ? Cet aperçu de sa psyché troublée vaut à lui seul le prix de l’entrée.

Pour les fans de Black Widow et tous les autres, cet épisode est un excellent divertissement, et Harbour mérite même son propre film dérivé.

-Zardoz-

CRITIQUE DU FILM - Elle s'appelle Romanoff, Natasha Romanoff et nous avons passé un bon moment à découvrir la place de l'assassin dans l'univers Marvel et dans son propre monde. Mélange d'un peu de James Bond, d'un soupçon de Terminator 2 et d'un peu de Mission Impossible, Black Widow conserve les traits stylistiques mélodramatiques d'un film de super-héros typique du MCU.   Le dernier film Marvel présente l'histoire de la présence de Black Widow dans l'univers Marvel, qui implique une histoire d'origine de traumatisme familial, de crise d'identité et de rivalité fraternelle avec une petite sœur fougueuse, Yelena, jouée avec…
Le film solo de Natasha Romanoff, attendu depuis longtemps, offre de l'action et de l'émotion en tant que complément enthousiaste à la brillante histoire de Scarlett-Johansson dans le MCU.

Black Widow

Direction
Acteurs
Histoire
Effet speciaux/visualité/musique
Ambiance

EXCELLENT

Le film solo de Natasha Romanoff, attendu depuis longtemps, offre de l'action et de l'émotion en tant que complément enthousiaste à la brillante histoire de Scarlett-Johansson dans le MCU.

User Rating: Be the first one !

Spread the love

No comments

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.