Menu

Cruella – Princesse punk de Disney prise à son propre piège

CRITIQUE DU FILM – Cruella est le nouveau film de Disney+ sur l’histoire originale que personne n’a demandée. Et malgré sa futilité, c’est assez divertissant.

 

Il était facile d’en vouloir à Cruella de Vil dans Cent un chiots de 1961 : elle était méchante et vaniteuse, et surtout, elle ne regrettait absolument pas d’avoir massacré des chiots. Le nouveau film sur Cruella, réalisé par Craig Gillespie, le metteur en scène de I, Tonya, qui sortira dans les cinémas et sur Disney+ vendredi, vise à expliquer comment elle est devenue la “bête inhumaine” que nous connaissons grâce à sa chanson thème, avec des résultats mitigés. D’un côté, le jeu a l’air fabuleux et, heureusement, il ne s’agit pas de l’histoire du Joker-mais-maintenant que les bandes-annonces semblaient suggérer. En revanche, l’histoire (écrite par Dana Fox et Tony McNamara, avec Aline Brosh McKenna, Kelly Marcel et Steve Zissis au scénario) est clownesquement lisse et ne parvient pas à se défaire de l’idée que ce tueur de chiens est censé être sympathique. En d’autres termes, bien que Cruella soit une histoire d’origine de méchant, il a peur de faire de son personnage central un méchant.

 

“Cruelle”

 

Emma Stone joue le rôle d’Estella, dont la mère (Emily Beecham) la gronde en lui donnant le surnom de “Cruella” lorsqu’elle est particulièrement vilaine. Lorsqu’un incident provoque la mort prématurée de sa mère, Estella s’en veut et fait de son mieux pour mettre son côté Cruella de côté, tout en s’associant avec les orphelins Jasper (Joel Fry) et Horace (Paul Walter Hauser), semblables à Oliver Twist, pour vivre de diverses petites escroqueries. Lorsqu’il parvient à obtenir un emploi dans une maison de couture dirigée par une célèbre baronne (Emma Thompson), il décide de rester dans le droit chemin. Mais alors que des vérités sordides sur son passé sont révélées, Estella lutte pour contrôler ses instincts rebelles. Heureusement, nous sommes dans le Londres des années 1970 et la rébellion est sur le point d’être à la mode. Cruella (avec l’aide d’un propriétaire de boutique ressemblant à Malcolm McLaren) devient la Vivienne Westwood de la version Dalmata.

Comme il sied à une histoire dont le héros et le méchant supposés sont tous deux obsédés par la mode, le film est naturellement élégant. Le travail de la costumière oscarisée Jenny Beavan (Mad Max : Fury Road) est à tomber par terre, notamment en ce qui concerne les costumes de Cruella et de la baronne, et il serait facile d’affirmer que Gillespie, en tant que réalisateur, s’est surtout préoccupé de l’aspect et du son du film, car les gouttes d’épingle constantes donnent à Cruella la sensation d’un clip de toute une nuit. Ces plaisirs superficiels contribuent largement à masquer les défauts du film, notamment le fait de rendre les dalmatiens méchants (ou du moins relativement méchants), afin de donner un sens à la tendance ultérieure de Cruella à en faire un manteau.

 

Estella, ou Cruella ?

 

Le plus gros problème du film réside dans la dichotomie Estella-Cruella. Au moins au début du film, Estella semble incarner la femme bien élevée qui, comme le dit l’adage, entre rarement dans l’histoire. Ce n’est que lorsqu’elle se comporte bien, c’est-à-dire qu’elle laisse partir Cruella, qu’elle gagne l’attention de la baronne et obtient le poste de designer dont elle rêve. Les quelques conséquences que cette transformation entraîne – l’aliénation de ses hommes de main, qui se sentent à juste titre considérés comme acquis – sont balayées en quelques scènes seulement, au lieu d’explorer davantage l’idée que le type d’attitude autoritaire qu’elle a adopté pourrait être plus qu’un peu toxique.

Parce que le film refuse d’accepter le fait que Cruella de Vil est en fin de compte un personnage qui a la réputation de vouloir massacrer d’innocents animaux de compagnie, le film est un autre signe des limites auxquelles l’industrie cinématographique contemporaine est confrontée lorsqu’elle tente d’exploiter la vieille PI familière pour obtenir un public intégré. Cruella ne semble finalement avoir rien à gagner de sa connexion à l’histoire des Dalmatiens, au-delà de l’utilisation de la coiffure noir et blanc iconique de Cruella, et en fait l’histoire du film, avec son conflit central entre une jeune fille et son monstrueux patron magnat de la mode, doit finalement plus au Diable s’habille en Prada qu’à son succès. Au lieu de cela, les quolibets que le film est obligé de lancer à l’encontre du matériel source plus ancien – comme la raison pour laquelle elle est appelée Cruella de Vil (quelqu’un s’est-il vraiment posé la question ?) et pourquoi elle grandira en voulant dépecer les dalmatiens – semblent au mieux forcés.

 

Emma Stone a fait de son mieux

 

Stone fait de son mieux pour tirer le maximum du personnage, se débattant notamment dans les dialogues souvent maladroits. L’actrice oscarisée a prouvé à maintes reprises qu’elle n’avait pas peur de faire des efforts supplémentaires, et le rôle de Cruella exige pratiquement qu’elle joue le personnage à fond. Mais c’est Thompson qui est le véritable héros du film, en portant le rôle de Miranda Priestly à son comble et en le rendant caricatural sans jamais faire de clin d’œil au public. Fry et Walter Hauser sont un peu plus terre-à-terre, mais tout aussi mémorables en tant que personnages secondaires. Fry s’est imposé dans le rôle principal de la comédie romantique, et dans I, Tonya de Gillespie, Walter Hauser a prouvé une fois de plus qu’il pouvait arracher une scène à quiconque croisait son chemin.

Dans l’ensemble, Cruella est bien meilleur que ce à quoi nous nous attendions, et il est principalement entravé par le fait qu’il s’agit d’un film Disney, à la fois dans le sens où il doit être à la hauteur de ses prédécesseurs en animation et en live-action, et dans le sens où le personnage principal ne peut pas être transformé en un véritable anti-héros. En tant que protagoniste d’un film Disney, Cruella doit rester sympathique, et en tant que production Disney, Cruella doit faire quelques tentatives morales maladroites. Ces contraintes peuvent freiner le film, mais à l’instar des punks qui ont inspiré ses costumes, elle sait au moins comment être belle en tenue de dominatrice.

-Zardoz-

 

CRITIQUE DU FILM - Cruella est le nouveau film de Disney+ sur l'histoire originale que personne n'a demandée. Et malgré sa futilité, c'est assez divertissant.   Il était facile d'en vouloir à Cruella de Vil dans Cent un chiots de 1961 : elle était méchante et vaniteuse, et surtout, elle ne regrettait absolument pas d'avoir massacré des chiots. Le nouveau film sur Cruella, réalisé par Craig Gillespie, le metteur en scène de I, Tonya, qui sortira dans les cinémas et sur Disney+ vendredi, vise à expliquer comment elle est devenue la "bête inhumaine" que nous connaissons grâce à sa chanson…
Dans l'ensemble, Cruella est bien meilleur que ce à quoi nous nous attendions, et il est principalement entravé par le fait qu'il s'agit d'un film Disney, à la fois dans le sens où il doit être à la hauteur de ses prédécesseurs en animation et en live-action, et dans le sens où le personnage principal ne peut pas être transformé en un véritable anti-héros. En tant que protagoniste d'un film Disney, Cruella doit rester sympathique, et en tant que production Disney, Cruella doit faire quelques tentatives morales maladroites. Ces contraintes peuvent freiner le film, mais à l'instar des punks qui ont inspiré ses costumes, elle sait au moins comment être belle en tenue de dominatrice.

Cruella

Direction - 6.6
Acteurs - 7.6
Histoire - 5.8
Visuels - 8.2
Ambiance - 7.2

7.1

BON

Dans l'ensemble, Cruella est bien meilleur que ce à quoi nous nous attendions, et il est principalement entravé par le fait qu'il s'agit d'un film Disney, à la fois dans le sens où il doit être à la hauteur de ses prédécesseurs en animation et en live-action, et dans le sens où le personnage principal ne peut pas être transformé en un véritable anti-héros. En tant que protagoniste d'un film Disney, Cruella doit rester sympathique, et en tant que production Disney, Cruella doit faire quelques tentatives morales maladroites. Ces contraintes peuvent freiner le film, mais à l'instar des punks qui ont inspiré ses costumes, elle sait au moins comment être belle en tenue de dominatrice.

User Rating: Be the first one !

Spread the love

No comments

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.