Menu

Warhammer 40,000 Chaos Gate : Daemonhunters – Le poing d’armure énergétique de l’Empereur Dieu frappe

TEST – Depuis ma première rencontre avec le monde de Warhammer 40 000 au début des années 90, je suis fasciné par la dystopie qui se déroule au 40e millénaire. Sa complexité, sa sophistication, son échelle et, oui, sa brutalité. Ce n’est pas un monde de contes de fées à bulles pour les moins de 6 ans ; c’est une anti-utopie pure et dure. Tout le monde se bat pour sa survie, le sang de différentes espèces, de différentes couleurs, coule non pas en ruisseaux mais en rivières, et chaque décision a de graves conséquences.

 

 

Une citation célèbre dit que même les plus grands exploits peuvent passer inaperçus, comme la poussière interstellaire d’une comète qui se désintègre. Comme dans de nombreux autres domaines, le début des années 90 a été l’âge d’or des jeux mettant en scène l’univers raccourci de WH40K. C’est aussi l’ère de la domination de l’isométrique et de la quasi 3D. Final Liberation ou Chaosgate étaient les rois incontestés de leur époque, non seulement pour leur thème puis leur aspect moderne, mais aussi pour leur élaboration et leur atmosphère. En outre, les deux jeux disposaient de bandes sonores fantastiques. Le jeu original, sorti en 1998, voyait les soldats d’élite les plus célèbres de l’Empereur Dieu, les Ultraguards à l’armure énergétique bleue, des guerriers génétiquement améliorés connus sous le nom de Gardes de l’espace, mener leurs forces obscures du Chaos contre leurs frères et sœurs plus sombres. Les chœurs masculins de type grégorien de la BO originale de Chaos Gate offraient une expérience souvent sinistre pour accompagner le gameplay très similaire du jeu de table.

Les années ont passé, et pratiquement aucun excellent jeu 40K n’a été créé. La stratégie de marque, pour le moins timide, du détenteur britannique des droits, Games Workshop, a donné lieu à quelques jeux brillants (Space Marine, Dawn of War 1, Battlefleet Gothic). Pourtant, la plupart d’entre eux étaient, pour ne pas dire plus, médiocres, parfois non pas en termes d’atmosphère mais d’exécution ou de gameplay (Deathwing). Aussi, lorsque j’ai eu l’occasion d’essayer le jeu Warhammer 40 000 Chaos Gate, au nom traditionnellement un peu long : Daemonhunters, je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre, mais j’étais “curieux”. Il est intéressant de noter que, pour une raison ou une autre, le jeu original ne m’a pas accroché lors de sa sortie, pas plus que la série XCOM, qui est également sortie à la même époque, bien que tous deux aient été encensés par la presse et par des joueurs comme moi.

 

 

Les Chevaliers gris sont au rendez-vous

 

D’après le titre et les vidéos d’introduction, il était déjà clair que vous alliez contrôler des chevaliers gris tout au long du jeu. Contrairement aux autres ordres de la Garde spatiale, il ne s’agit pas d’une société indépendante. Contrairement aux ordres farouchement indépendants et aux noms loquaces comme les Space Wolves, les Blood Angels et les Imperial Fists, les Grey Knights sont au service de l’Inquisition. Cette organisation, connue de l’histoire de la Terre, lutte toujours contre l’influence des hérétiques, notamment les dieux corrupteurs du Chaos, au 40e millénaire. Leur principal outil, à côté des Inquisiteurs eux-mêmes, est leur propre ordre de gardes de l’espace d’un mètre quatre-vingt, génétiquement améliorés.

Cela ne signifie pas que les fiers guerriers et les inquisiteurs arrogants peuvent coopérer sans problème, comme le montrent clairement les premiers plans. Mais nous allons un peu vite en besogne. Le jeu nous lance directement dans une bataille, où nous affrontons les disciples de Khorne, le dieu du chaos de la guerre et du sang, puis – et ce n’est pas un spoiler – un démon géant. Le champ de bataille en 3D est clair, le tutoriel est simple et vaincre le démon géant semble facile avec de l’aide, mais notre commandant Agravain est mortellement blessé dans le combat. De retour à bord de notre vaisseau, le sinistre Fatal Command, notre frère de bataille Ectar et notre prêtre technologique Lunete en cape rouge racontent l’une des graves conséquences de la décision de feu Agravain, car le croiseur a subi de graves blessures pendant que le commandant poursuivait férocement les adorateurs de Khorne. En tant que joueur principal, l’Ectar barbu est invité à prendre le commandement du vaisseau et de la force d’attaque Xiphos des Chevaliers gris jusqu’à ce que le vaisseau endommagé puisse être ramené dans le système solaire, à la base des

 

 

Chevaliers gris sur Titan, la lune de Saturne

 

Cette situation peu idyllique ne tarde pas à voir surgir un inquisiteur à l’allure plutôt orageuse, apportant avec lui la mauvaise nouvelle d’une infection du Chaos qui se propage et nécessite une intervention immédiate. Une fois que la permission est accordée et que les relations pas si obscures entre l’Inquisition et son organisation militaire subordonnée sont révélées, le jeu proprement dit peut commencer. Cependant, un commandant intérimaire ne peut pas prendre seul une décision aussi importante, aussi un appel vidéo fait intervenir le Grand Maître des Chevaliers Gris, dont la voix n’est autre que celle de l’artiste transformateur Gollum, Klaw et Andy Serkis, qui a incarné d’innombrables personnages.

 

 

Bienvenue à bord, Empereur Dieu !

 

Cliquez sur cinq icônes en bas de l’écran principal pour contrôler votre vaisseau spatial et votre équipage. En cliquant sur le système solaire, nous pouvons sélectionner les destinations de notre voyage. En cliquant sur le vaisseau en orbite, nous pouvons gérer les dommages et l’état de notre vaisseau. En revanche, la figurine blindée nous permet d’équiper notre force de frappe, qui peut compter jusqu’à 4 hommes, et de choisir la direction de leur progression au fur et à mesure de leur montée en niveau. La Lunete, mi-machine, mi-tête-de-mort, nous emmène dans le tech-pap. Bien que les commandes ne soient pas compliquées, il y a encore des choses que je ne comprends pas, comme la raison pour laquelle mes personnages deviennent “endommagés” ou inaccessibles pendant des semaines lorsqu’ils montent en niveau, pourquoi mes capteurs ne fonctionnent pas comme je le voudrais, et pourquoi je me contente souvent d’errer sur les planètes à la poursuite de l’infection vert vif de Bloom. Je ne m’étendrai pas sur les secrets et les améliorations révélés par l’inquisiteur, qui joue également le rôle de médecin chercheur, ni sur les différentes façons de régler le croiseur. Il suffit de dire que parmi les options possibles figure la possibilité de développer des bombes à virus Exterminatus.

Cependant, le vaisseau et toutes ses options ne sont que les arrière-plans du champ de bataille en 3D au cœur du jeu. Des escouades de combat, jusqu’à quatre, dont la composition varie en fonction de leurs blessures, arrivent sur la planète par téléportation. Ils doivent accomplir diverses tâches, dont la plupart impliquent un bain de sang. Nurgle, du panthéon du Chaos, est le Grand-Père, le dieu des infections et des fléaux qui a commencé à prendre le contrôle du système Tyrtaean avec l’aide de la Fleur. Nous rencontrerons une grande variété de créatures Nurgle sur un champ de bataille entièrement rotatif et circumnavigable tout au long de nos quêtes. Nos gardes de l’espace ont des points d’action à leur disposition. La plupart en ont 3 au départ, qu’ils peuvent utiliser pour parcourir des distances, tirer et effectuer d’autres tâches en fonction de leurs attributs uniques. Les quelque dix champs de bataille que nous avons explorés nous ont tous impressionnés par leur caractère unique et détaillé. Les cathédrales gothiques en ruine, les districts industriels délabrés et les villes en ruine ont tous une saveur unique, et la stratégie à suivre est différente. C’est génial de voir que le curseur se transforme en bouclier lorsque vous atteignez une ruine. Les bancs d’église offrent une certaine couverture mais s’effritent après quelques séquences. De plus, certains terrains sont non seulement destructibles mais peuvent être utilisés comme armes.

 

 

Environnement destructible

 

Leur armure énergétique renforce encore la puissance brutale des Space Guard. Par exemple, une statue ou un pilier peut être utilisé pour écraser des escouades entières de zombies de la peste (pox walker) sans un seul tir. Pour ensuite voir ces satanées créatures vertes se réanimer entre elles, mais c’est une autre histoire. Vous pouvez également utiliser les divers encens et pots enflammés lancés ou tirés sur les créatures qui avancent.
Le moteur permet plusieurs solutions ingénieuses : par exemple, notre soldat en armure Terminator peut sauter du haut d’un escalier sans dommage mais ne peut éviter les obstacles que dans ce qu’on appelle parfois une armure tactique de redoutable. Un soldat en armure énergétique ordinaire peut sauter par-dessus. Même le Space Guard moyen est solide, mais les Chevaliers gris sont créés, entraînés et équipés spécifiquement pour combattre les créatures du Chaos.
C’est pourquoi la plupart des équipements utilisés dans le jeu ne peuvent être trouvés que dans leur arsenal. L’une de ces armes est le Nemesis, une combinaison d’une hache à rayon et d’un bolter à action rapide. Et je ne parle même pas des grenades, qui peuvent être lâchées au milieu du couvert de l’ennemi pour faire des ravages, accompagnées d’une animation spectaculaire bien que légèrement ennuyeuse pour la 50e fois.

Ces grenades, ainsi que les couvertures explosives occasionnelles sur le terrain, méritent d’être surveillées. En me cachant derrière la caisse de munitions affichée de manière préventive, je me suis dit qu’un projectile lancé sur moi n’endommagerait pas les chevaliers à l’armure épaisse. Je n’aurais pas pu me tromper davantage. La double explosion les a fait tomber tous les quatre au sol. Selon leur histoire, ils étaient prêts à se battre à nouveau en 3 rounds grâce à leur protection, qui faisait office de combinaison spatiale, et à leur résilience surhumaine. Pourtant, les cultistes qui s’étaient rassemblés autour d’eux les avaient pratiquement déchiquetés.

 

 

Il y a quand même des points négatifs

 

Après les nombreux points positifs, voici les quelques points qui m’ont dérangé. Le premier point est que l’équipe d’humains infectés a pratiquement battu mes super-soldats à mort d’un coup de fusil ! Évidemment, il faut accorder des dégâts à ce genre d’attaque pour des raisons de gameplay, mais ça fait quand même mal. J’ai également souffert lorsque mon Terminator, doté d’un blindage de l’épaisseur d’un tank, a été réduit à néant par un canon automatique de la taille d’une mitrailleuse moderne.
L’autre problème que j’ai rencontré est l’avance forcée. Bien que le tutoriel attire déjà l’attention sur le tic-tac du compteur de bloom, ce compteur, qui augmente à chaque tour, semble également être une technique de jeu conçue pour vous empêcher de pouvoir serrer indéfiniment, en abattant les adversaires un par un. Car lorsque le compteur atteint 100, un événement de chaos aléatoire renforce vos adversaires : ils deviennent plus forts avec différentes mutations, obtiennent des buffs, etc. C’est déjà assez problématique en difficulté de base (niveau 2) car les munitions s’épuisent et le point d’action qu’il faut pour recharger manque souvent cruellement. Il faut tout de même foncer car l’ennemi ne fait que se renforcer avec le temps. Sinon, le jeu en lui-même est assez similaire à l’original avec des figures, des tableaux de terrain, des stratégies et autres goodies.

 

Un jeu pour un Dieu Empereur

 

En un mot, j’ai apprécié les heures passées avec le jeu, les secrets qui sont apparus (que sait l’inquisiteur, pourquoi le frère de bataille Ectar ne peut pas quitter le vaisseau, pourquoi le défunt commandant Agravain détestait-il Khorne au point de presque sacrifier son vaisseau et son équipage, etc.) Le seul inconvénient que je pourrais mentionner est la difficulté, bien que ce soit probablement plus un défi pour beaucoup. Combien d’heures de tueries répétitives sur des surfaces planétaires variées sont des heures de plaisir ? Même l’Empereur de Dieu ne le sait peut-être pas, mais c’est amusant.
Summa summarum les fans de science-fiction, les geeks de wargame, XCOM et 40K se dirigent vers le secteur Tyrtaeus !

-Ursa Maior-

Pro :

+ Warhammer 40 000
+ Expérience de jeu complexe
+ Scénario intéressant avec des secrets

Contre :

– Parfois, des simplifications excessives par rapport à l’original
– Gameplay artificiellement accéléré
– Après la énième bataille, ce n’est plus excitant d’avoir une sorte de mission


Éditeur : Frontier Developments

Développeur : Complex Games

Genre : jeu d’aventure au tour par tour

Date de sortie : 5 mai 2022

TEST - Depuis ma première rencontre avec le monde de Warhammer 40 000 au début des années 90, je suis fasciné par la dystopie qui se déroule au 40e millénaire. Sa complexité, sa sophistication, son échelle et, oui, sa brutalité. Ce n'est pas un monde de contes de fées à bulles pour les moins de 6 ans ; c'est une anti-utopie pure et dure. Tout le monde se bat pour sa survie, le sang de différentes espèces, de différentes couleurs, coule non pas en ruisseaux mais en rivières, et chaque décision a de graves conséquences.     Une citation célèbre…
Recommandé à tous ceux qui aiment les jeux complexes, tactiques et les solutions éprouvées dans de nouveaux environnements.

Warhammer 40,000 Chaos Gate : Daemonhunters

Jouabilité - 9.2
Graphics - 8.8
Histoire - 9.2
Musique/Sons - 7.8
Ambiance - 9.7

8.9

EXCELLENT

Recommandé à tous ceux qui aiment les jeux complexes, tactiques et les solutions éprouvées dans de nouveaux environnements.

User Rating: Be the first one !

Spread the love

No comments

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.