Menu

Vampire : The Masquerade : Swansong – Le sang est toujours plus épais que l’eau ?

TEST – Il y a eu une vague de jeux se déroulant dans l’univers de Vampire : The Masquerade. Pourtant, la plupart d’entre eux ont surtout été des jeux d’aventure en mode texte (à l’exception de la bataille royale de Bloodhunt et de Werewolf : Apocalypse). À première vue, Swansong semble s’écarter de cette tendance avec son point de vue à la troisième personne et ses personnages entièrement contrôlables. Pourtant, il devient vite évident qu’il ne s’agit pas de la suite de Bloodlines que nous souhaitions tous (et qui semble être attendue depuis longtemps).

 

 

Cela ne fait pas nécessairement de Swansong un mauvais jeu, mais il doit sans aucun doute beaucoup plus aux origines de la série sur table que ne le suggèrent les bandes-annonces spectaculaires. La question de savoir si un mélange de RPG traditionnel et de jeu vidéo à la troisième personne fonctionne est plus compliquée.

 

 

Beaucoup de texte et de statistiques, et c’est plutôt “nul”.

 

Le monde de Swansong s’inscrit dans le cadre plus large du Monde des Ténèbres et regorge de références, d’histoires et d’un supposé lore (avec la béquille d’un glossaire toujours plus étendu pour les nouveaux joueurs). Du charismatique Tremere au fou Malkavians, les différents types de vampires sont tous présents et tout à fait justes. Interagir avec chaque type peut nécessiter des approches différentes. Bien que cela semble être une variété louable, la réalité est que vous serez souvent enfermé dans des choix limités malgré le vaste réseau de statistiques de personnage. C’est là que le décalage entre le jeu de rôle et le jeu basé sur le dialogue devient le plus évident.

Dans le récit de Swansong, vous incarnez trois vampires – contradictoires – qui servent le nouveau prince du Chambellan de Boston, Hazel Iversen : l’ancien protecteur Galeb, le conflictuel Emem et la Malkavian Leysha. Iversen recrute ces trois morts-vivants pour enquêter sur les circonstances d’un massacre de vampires. En cours de route, vous serez impliqué dans diverses intrigues, de la diplomatie, des assassinats et des énigmes relativement simples (et ennuyeuses) à résoudre. Vous disposez d’une certaine liberté dans la configuration de chaque personnage avec des points de statut et des capacités, mais une fois que vous vous êtes engagé dans une voie particulière, vous pouvez constater que les voies optimales sont bloquées. Vos choix auront donc des conséquences, mais l’expérience de jeu sera plus limitée que variée.

 

 

Bon dans tout le reste

 

Quelles que soient les compétences et les caractéristiques que vous choisissez, chaque personnage possède une aptitude qui le distingue des autres : Galeb est un expert pour dominer et persuader les gens, Emem peut voir à travers une passoire, tandis que Leysha peut prendre l’apparence des autres pour infiltrer des lieux soigneusement gardés. Ces capacités constituent les aspects les plus jouables de Swansong, et elles sont intéressantes et correctes, mais une fois encore, elles donnent au jeu une impression de linéarité et vous forcent à suivre des chemins spécifiques.

Pour utiliser ces capacités, vous avez besoin de points de volonté, des points qui ne peuvent être remplis qu’avec des récompenses de mission ou des consommables peu communs. Les points de volonté sont également utilisés pour influencer les compétences conversationnelles, vous devez donc trouver un équilibre entre leur utilisation pour explorer les capacités et les opportunités qu’ils ouvrent pour l’utilisation conversationnelle. L’autre système de consommables est la faim, avec des compétences et des pouvoirs particuliers qui augmentent votre soif de sang. Lorsque celle-ci commence à vous envahir, vous devez vous nourrir (de rats ou d’humains) pour contrôler votre bête intérieure. Se nourrir de rats peut affecter votre influence sur les autres tandis que s’abreuver d’humains vous oblige à rechercher des endroits sûrs, loin des regards indiscrets.

Avant sa sortie, l’accent mis par Swansong sur les chemins multiples et les scénarios alternatifs encourageait à rejouer le jeu et à faire des choix différents. Ces chemins peuvent être le résultat de la réussite ou de l’échec de certains dialogues, de la résolution ou de l’abandon d’énigmes, ou de la découverte ou non de documents à collecter. Après chaque niveau, l’écran de la mission vous montrera des options alternatives que vous auriez pu choisir – mais pas exactement comment les atteindre. Certaines d’entre elles nécessiteront le développement de compétences (une approche particulièrement frustrante), tandis que d’autres vous indiqueront des personnages ou des objets que vous n’avez pas trouvés. Il y a certainement beaucoup de profondeur dans cette mécanique, et je peux voir que le processus consistant à trouver toutes les alternatives plaira à ceux qui aiment vraiment le jeu et son environnement.

Malheureusement, cela n’est pas aidé par les graphismes du jeu, qui sont assez datés, avec un faible nombre de polygones, des modèles et des textures d’environnement non polis, des expressions faciales et des animations de mouvements raides et sans vie. Nous sommes au milieu de l’année 2022, et les consoles PlayStation 5 et Xbox Series sont sorties depuis plus d’un an et demi, mais ces graphismes ne sont pas d’une génération mais de deux, donc c’est comme regarder un jeu PS3/Xbox 360, mais à une résolution supérieure.

 

 

Ce ne sont pas les vampires que vous recherchiez

 

Je dois admettre que Swansong n’a pas répondu à mes attentes. Le gameplay serait relativement agréable, mais malheureusement, il est un peu lent et monotone, plutôt destiné aux joueurs hardcore d’aventure et de jeu de rôle. Les graphismes sont datés et sous-développés, mais les acteurs vocaux s’en sortent très bien. L’histoire et les personnages sont intéressants, mais il est dommage que le système de dialogue lui-même soit un peu rhétorique par endroits, ce qui affecte également l’histoire. Le jeu est également trop linéaire pour un jeu de rôle, et l’expérience de jeu furtif aurait été mieux laissée à Splinter Cell ou Metal Gear Solid.

-BadSector-

Pro :

+ Histoire intéressante et personnages de vampires
+ Ratio relativement bon d’éléments de jeu de détective et d’aventure
+ Les fans de jeux de rôle sur table pourraient l’apprécier

Contre :

– Un gameplay un peu lent et monotone
– Graphismes extrêmement datés
– Le système de dialogue et les règles du RPG sont trop restrictifs


Éditeur : Big Bad Wolf Studio

Développeur : Clément Plantier

Genre : jeu d’aventure et jeu de rôle

Date de sortie : 19 mai 2022

TEST - Il y a eu une vague de jeux se déroulant dans l'univers de Vampire : The Masquerade. Pourtant, la plupart d'entre eux ont surtout été des jeux d'aventure en mode texte (à l'exception de la bataille royale de Bloodhunt et de Werewolf : Apocalypse). À première vue, Swansong semble s'écarter de cette tendance avec son point de vue à la troisième personne et ses personnages entièrement contrôlables. Pourtant, il devient vite évident qu'il ne s'agit pas de la suite de Bloodlines que nous souhaitions tous (et qui semble être attendue depuis longtemps).     Cela ne fait pas…
Je dois admettre que Swansong n'a pas répondu à mes attentes. Le gameplay serait relativement agréable, mais malheureusement, il est un peu lent et monotone, plutôt destiné aux joueurs hardcore d'aventure et de jeu de rôle. Les graphismes sont datés et sous-développés, mais les acteurs vocaux s'en sortent très bien. L'histoire et les personnages sont intéressants, mais il est dommage que le système de dialogue lui-même soit un peu rhétorique par endroits, ce qui affecte également l'histoire. Le jeu est également trop linéaire pour un jeu de rôle, et l'expérience de jeu furtif aurait été mieux laissée à Splinter Cell ou Metal Gear Solid.

Vampire : The Masquerade : Swansong

Jouabilité - 6.8
Graphismes - 5.2
Histoire - 7.6
Musique/Sons - 7.8
Ambiance - 6.6

6.8

CORRECT

Je dois admettre que Swansong n'a pas répondu à mes attentes. Le gameplay serait relativement agréable, mais malheureusement, il est un peu lent et monotone, plutôt destiné aux joueurs hardcore d'aventure et de jeu de rôle. Les graphismes sont datés et sous-développés, mais les acteurs vocaux s'en sortent très bien. L'histoire et les personnages sont intéressants, mais il est dommage que le système de dialogue lui-même soit un peu rhétorique par endroits, ce qui affecte également l'histoire. Le jeu est également trop linéaire pour un jeu de rôle, et l'expérience de jeu furtif aurait été mieux laissée à Splinter Cell ou Metal Gear Solid.

User Rating: Be the first one !

Spread the love

No comments

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.