Menu

King Arthur: Knight’s Tale – Le Roi Arthur est mort! Longue vie au Roi Arthur!

TEST – Les chevaliers de la Table Ronde se battent par-delà la tombe dans ce RPG de stratégie au tour par tour très atmosphérique et addictif du développeur hongrois Neocore Games, dans lequel vous prenez le contrôle de Mordred, le bâtard ambitieux, cynique et impitoyable du roi Arthur, pour affronter Arthur mort-vivant une fois de plus – après que les deux personnages se soient déjà exécutés sur le champ de bataille.

 

 

La saga du roi Arthur et des chevaliers de la Table ronde est l’un des éléments les plus importants de la littérature et de la culture de l’Europe occidentale. Elle a fait l’objet de nombreuses œuvres littéraires, poèmes, romans, films, opéras, dessins animés et jeux vidéo.

Le hongrois Neocore Games nous entraîne maintenant dans ce monde fantastique très atmosphérique à travers un jeu de stratégie et de rôle au tour par tour unique en son genre, qui contient également des éléments d’horreur beaucoup plus sombres et macabres, puisque nous suivons la mort et la résurrection d’Arthur et de ses chevaliers.

Le jeu est en accès anticipé depuis un an et est sorti en “version finale” il y a environ deux semaines, mais nous en sommes déjà à la version 1.04, et il y a encore beaucoup de correctifs à apporter… Voyons comment ce jeu hongrois très ambitieux a tourné.

 

 

Père et fils s’affrontent à nouveau

 

Le roi Arthur et son fils, Mordred, l’usurpateur conçu par inceste de sa propre sœur, sont engagés dans un duel à mort. Le souverain du royaume de Logres assomme son adversaire, mais dans son dernier souffle, il porte un coup fatal au monarque. Alors qu’Arthur est en route pour Avalon, il disparaît après que son navire se soit échoué. Avalon est mise sens dessus dessous, des bandits surgissent pour profiter du chaos pour semer la zizanie, et des rebelles cherchent à prendre le pouvoir, mais ce n’est pas tout. Des fantômes et des créatures maléfiques mortes-vivantes hantent les lieux. La Dame du Lac sent une force obscure à l’œuvre et ramène Mordred à la vie pour finir ce qu’elle a commencé et reconstruire Camelot. Bien que Mordred ne soit pas le personnage attachant et sympathique que l’on pourrait attendre des Chevaliers de la Table Ronde, ce sont des temps où un tel héros est nécessaire – du moins selon la Dame du Lac.

Neocore Games a utilisé un thème sous-exploité dans les jeux vidéo pour nous offrir un récit immersif et original. Le jeu est donc une version surnaturelle de la légende arthurienne, utilisant les légendes et le folklore arthurien pour leur donner vie dans une version immersive, très atmosphérique et beaucoup plus sombre. L’histoire se déroule goutte à goutte, mission par mission, mais vous garde collé à l’écran jusqu’à la toute fin. Nous rencontrons les personnages principaux et secondaires de l’histoire que nous connaissons tous. Nous voyageons à travers des lieux mythiques, à commencer par Camelot, qui devient le point central de l’expérience.

 

 

Jeu de rôle complexe mais transparent

 

Comme tout bon RPG, King Arthur nous offre de nombreuses possibilités d’exploration, que ce soit directement avec nos troupes ou dans Camelot.

À la fin de chaque mission, nos héros gagnent de l’EXP et des points de compétence à chaque montée de niveau pour acquérir ou améliorer diverses compétences. Les possibilités sont énormes en termes de nombre de choses que vous pouvez débloquer et de combinaisons que vous pourrez débloquer par la suite.

Nous vous donnerons également une série d’objets supplémentaires pour rendre nos héros encore plus forts, afin que vous puissiez maximiser les dégâts qu’ils subissent dans les combats lors de la prochaine mission.

Le système est profond mais pas compliqué si vous regardez de près les effets et les caractéristiques de chaque capacité, qui sont liés aux différentes classes de personnages (cinq au total), du défenseur armé d’une tour et d’une épée dans une main au mage habile à lancer des sorts.

En plus de faire monter en puissance vos chevaliers, vous pouvez améliorer leur équipement grâce à des sorts ou à divers accessoires et objets, que vous pouvez obtenir en récompense de quêtes ou dans des coffres cachés aux quatre coins de la carte sur le champ de bataille.

Neocore Games a voulu créer une symbiose qui fonctionne bien (et l’équipe a réussi) tout au long de la chaîne. Le système de jeu est immersif, simple et complet, ce qui rend la composante RPG très attrayante. L’utilisation correcte des statistiques et des bonus est primordiale, sinon il est facile de se laisser distancer, surtout dans les modes de jeu difficiles.

 

 

Pour peupler la table ronde

 

Pour mener à bien la mission principale que la Dame du Lac nous a confiée, Mordred a besoin de partenaires. En plus des membres que nous rencontrons et recrutons dans l’histoire principale, de nombreux membres peuvent être recrutés en parcourant le contenu annexe optionnel et par notre propre choix.

Cette caractéristique a de nombreuses implications pour notre aventure et notre royaume. A de nombreuses reprises, des choix nous sont imposés, et notre “identité” est modifiée autant par notre mode de gouvernance (bon ou tyran) que par notre foi (foi antique ou christianisme).

De nouveaux héros (et bonus) sont débloqués si certaines conditions sont remplies. Lancelot nous rejoint lorsque nous avons maximisé notre bonté (ce qui est assez drôle, vu qu’il a également eu une liaison avec la femme du roi Arthur), tandis que Morgane la fée ne nous rejoint que lorsque notre foi locale est à son maximum. Et il va plus loin en disant que deux critères doivent être remplis dans certains cas. Heureusement, le Chevalier Arthur nous guide à travers ce système et donne au joueur une indication claire de l’impact que ses décisions auront sur les actions ou les dialogues.

L’aspect de la fidélité est également important. Elle augmente ou diminue chez les différents partenaires en fonction de nos choix et active des bonus spécifiques.

Débloquer et optimiser tous les personnages en un seul playthrough est impossible tant l’offre est variée. Pas moins de trente chevaliers sont disponibles, chacun ayant sa propre identité, ses traits, ses compétences, son histoire et sa volonté.

 

 

“Un château se tenait, maintenant un tas de pierres…”

 

Le glorieux Camelot d’autrefois n’est plus qu’une ruine qui attend d’être reconstruite. Avec de l’argent et surtout des composants (obtenus en accomplissant des missions), vous pouvez reconstruire différentes parties de la ville fortifiée : une “fosse à boue” pour restaurer la santé de vos héros, une zone d’entraînement pour gagner de l’expérience, une section marchande où vous pouvez acheter et vendre des équipements et des consommables, etc. Au début de l’aventure, il ne reste que la salle de la Table Ronde.

Mais il ne suffit pas de débloquer un appareil pour redonner à Camelot sa gloire d’antan. Chaque aile peut et doit être améliorée pour en tirer le meilleur parti : des boosts de statistiques pour toute votre équipe, des emplacements de personnages, un ensemble d’objets de haute qualité, etc.

Le Roi Arthur ajoute donc au jeu une interface de “gestion” légère mais plus qu’agréable. Là encore, nous devons prendre nos propres décisions, d’autant que nos ressources sont limitées, surtout en début de campagne.

Gardez à l’esprit que guérir un combattant signifie qu’il est indisponible pour une ou plusieurs missions consécutives. Il arrive également que l’un de nos membres demande un congé pour s’absenter temporairement. Dans ce cas, un système de gestion des effectifs sera mis en place afin de s’assurer que suffisamment de personnes sont disponibles sur le terrain.

 

 

Long voyage

 

Neocore Games est loin d’être avare du contenu de son dernier jeu. Camelot, avec son roster large et varié, regorge de possibilités et d’un aspect RPG tentaculaire, avec un playthrough complet du King Arthur Knight’s Tale nécessitant 50-60 heures pour compléter la vingtaine de missions (quatre chapitres) qui constituent la trame principale et les nombreuses missions annexes.

Le contenu secondaire du jeu consiste également en des événements nécessitant une intervention ou des décisions spécifiques qui affectent l’expansion de Camelot et notre influence sur Avalon.

 

 

Armes et magie dans le feu de l’action

 

Lorsque vous entrez sur le champ de bataille, le système de combat est un jeu traditionnel de round par round où chaque avatar dispose de PA (points d’action) pour se déplacer et attaquer. Selon la classe de l’ennemi, vous pouvez bloquer/réduire les dégâts des frappes frontales ou du côté où vous portez votre bouclier. Le placement initial (si vous en avez la possibilité) joue un rôle essentiel dans les batailles.

Sur le champ de bataille, vous pouvez utiliser une grande variété de tactiques, y compris les capacités de votre propre héros. Les chevaliers protecteurs (comme Mordred lui-même) peuvent agir comme une sorte de tank, repoussant l’ennemi, tandis que les archers ou les personnages dotés de pouvoirs magiques peuvent délivrer des bénédictions par derrière.

Il est également important de noter que chaque unité peut avoir plusieurs couches qui doivent être réduites à 0 pour être vaincue : armure, HP, et santé réelle. Par exemple, l’armure des chevaliers en défense est puissante, mais l’archer n’en a aucune.

En plus des dégâts directs traditionnels, il ne manque pas de “DoTs” (Damage Over Time) à dégâts progressifs, familiers de WoW ou d’autres rôles, tels que saigner, brûler, etc. Les ennemis qui marchent contre nous ont leurs propres résistances et faiblesses, et cela vaut aussi pour nous.

Le bestiaire est varié et bien développé, mêlant réalité et fantastique : humanoïdes, morts-vivants, esprits vengeurs, etc. Neocore Games propose sept factions et plus de cinquante adversaires différents.

 

 

Malheureusement, l’équilibre est un peu rompu…

 

Il n’y a presque aucun défi en difficulté faible : il suffit de “pirater” et vous gagnerez. Malheureusement, même en difficulté moyenne, le défi n’est pas réel. Mais lorsque vous augmentez les curseurs, le jeu change radicalement. L’IA devient vicieuse et essaie constamment de frapper par derrière, en évitant les initiatives, en brisant la ligne de vue pour rendre les choses plus difficiles, etc. Le défi est là, punissant la moindre erreur tactique.

Vous devez viser le maximum de dégâts et votre propre survie au plus haut niveau. Heureusement, chaque zone de mission comporte plusieurs points d’intérêt qui vous permettent de regagner temporairement santé et vitalité.

Nous devrions ajouter qu’il aurait été bien d’avoir un niveau de difficulté “intermédiaire” entre “moyen” et “difficile”, car le premier est trop facile et le second trop difficile.

 

 

Un monde sans alternatives

 

Mais il y a aussi la possibilité pour ceux qui veulent un défi encore plus important. Au début de l’aventure, le roi Arthur nous donne un choix qui ne peut être modifié par la suite pour créer le jeu :

 

* Un itinéraire “paisible” qui permet de choisir plusieurs options de secours au fur et à mesure de notre progression, avec la liberté de revenir en arrière et d’en remplir une quand on le souhaite.

* A l’inverse, l’option roguelike avec une seule cartouche fige immédiatement chacune de vos actions, sachant que la mort de vos compagnons est définitive (dans les deux cas, elle l’est) ! Aucun retour en arrière n’est possible.

 

Ne pas se recharger après une bataille foireuse ou une décision inappropriée peut avoir des conséquences plus ou moins désastreuses sur le long terme. Alors pour les vrais masochistes, l’option roguelike est recommandée ! Mais pour beaucoup, c’est la vraie montée d’adrénaline, car le poids de nos décisions se fera sentir presque immédiatement.

 

 

Cinquante nuances de gris

 

Les graphismes du Roi Arthur sont globalement très atmosphériques, mais je ne les qualifierais pas de particulièrement “jolis”. Bien sûr, il s’agit d’une fantaisie très sombre, mais “cinquante nuances de gris” – du moins en ce qui concerne la palette de couleurs, ne considérez pas le sexe comme du bondage – devient un peu fatigant pour les yeux après un certain temps. Tout comme la présentation est un peu sans vie, le monde visuel manque de subtilité ou de précision. Cependant, cela n’enlève rien à l’atmosphère du jeu qui, grâce à la direction artistique, donne à Avalon une impression de détail et d’authenticité, malgré des images légèrement floues.

En plus de la qualité des graphismes, il ne faut pas négliger les problèmes techniques. Au début, je voulais installer le jeu sur SSD, mais finalement j’ai été obligé de l’installer sur HDD parce que je n’avais pas assez d’espace sur SSD. J’étais vraiment énervé parce que le jeu prend quelque chose comme un temps cruel pour se charger sur le disque dur, comme attendre Pirates ! sur Commodore 64 dans le bon vieux temps. Étonnamment, le jeu occupe environ 120 Go ( !), surtout avec de tels graphismes.

D’autre part, alors que le jeu n’était pas particulièrement haché dans la version 1.0, il l’est devenu de plus en plus au fil des patchs. (Nous en sommes maintenant à la 1.04, mais la 1.05 est en route) Il aurait été agréable d’avoir le jeu sur Geforce Now au lancement, mais les développeurs n’ont pas semblé penser que c’était important : ce n’est que dans un futur proche que le Roi Arthur sera sur Nvidia, et tous les titres Neocore sont disponibles dessus. Mais pour un titre de 120 Go et mal optimisé comme celui-ci, cela aurait été une aide massive s’ils avaient pensé à l’avance. Oh, et bien…

Pour terminer cette partie sur une note positive : la musique du jeu est une mélodie médiévale fantastique incroyablement entraînante qui me rappelle un peu Clannad et m’a complètement enchanté !

 

 

Mérite-t-il l’Excalibur, ou devons-nous rendre l’épée légendaire à la Dame du Lac ?

 

King Arthur: Knight’s Tale est certainement le meilleur jeu jamais réalisé par la société hongroise Neocore Games et probablement l’un des meilleurs jeux hongrois. Vous pouvez voir que beaucoup de compétences et d’amour ont été mis dans la conception du jeu, même si l’exécution elle-même a laissé beaucoup à désirer dans de nombreux domaines techniques. Le jeu de stratégie RPG et de gestion bien développé et extrêmement addictif est malheureusement gâché par de nombreux bugs techniques et une optimisation extrêmement médiocre, mais après les correctifs attendus et le support Geforce Now promis, et la version pour console nextgen, ce titre pourrait devenir un véritable bijou pour les fans du genre.

-BadSector-

Pro :

+ Un gameplay RPG/stratégie bien développé et addictif
+ Grande ambiance
+ Histoire exigeante

Contre :

– Mauvaise optimisation, reniflage, 120 Go. Demande de disque dur
– Palette de couleurs un peu trop grise, affichage légèrement flou
– Pas de support Geforce Now ou de version console


Éditeur : NeocoreGames

Développeur : NeocoreGames

Genre : Turn-based tactics, Adventure game, Strategy

Date de sortie : 26 avril 2022

TEST - Les chevaliers de la Table Ronde se battent par-delà la tombe dans ce RPG de stratégie au tour par tour très atmosphérique et addictif du développeur hongrois Neocore Games, dans lequel vous prenez le contrôle de Mordred, le bâtard ambitieux, cynique et impitoyable du roi Arthur, pour affronter Arthur mort-vivant une fois de plus - après que les deux personnages se soient déjà exécutés sur le champ de bataille.     La saga du roi Arthur et des chevaliers de la Table ronde est l'un des éléments les plus importants de la littérature et de la culture de…
King Arthur: Knight's Tale est certainement le meilleur jeu jamais réalisé par la société hongroise Neocore Games et probablement l'un des meilleurs jeux hongrois. Vous pouvez voir que beaucoup de compétences et d'amour ont été mis dans la conception du jeu, même si l'exécution elle-même a laissé beaucoup à désirer dans de nombreux domaines techniques. Le jeu de stratégie RPG et de gestion bien développé et extrêmement addictif est malheureusement gâché par de nombreux bugs techniques et une optimisation extrêmement médiocre, mais après les correctifs attendus et le support Geforce Now promis, et la version pour console nextgen, ce titre pourrait devenir un véritable bijou pour les fans du genre.

King Arthur: Knight's Tale

Jouabilité - 8.2
Graphismes - 6.8
Histoire - 8.2
Musique/Sons - 9.6
Ambiance - 8.2

8.2

EXCELLENT

King Arthur: Knight's Tale est certainement le meilleur jeu jamais réalisé par la société hongroise Neocore Games et probablement l'un des meilleurs jeux hongrois. Vous pouvez voir que beaucoup de compétences et d'amour ont été mis dans la conception du jeu, même si l'exécution elle-même a laissé beaucoup à désirer dans de nombreux domaines techniques. Le jeu de stratégie RPG et de gestion bien développé et extrêmement addictif est malheureusement gâché par de nombreux bugs techniques et une optimisation extrêmement médiocre, mais après les correctifs attendus et le support Geforce Now promis, et la version pour console nextgen, ce titre pourrait devenir un véritable bijou pour les fans du genre.

User Rating: Be the first one !

Spread the love

No comments

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.