Menu

Zombie Army 4: Dead War – Les zombies de guerre sont de retour sur la Nintendo Switch

TEST – Rebellion récupère la saga Zombie Army avec son titre le plus complet, varié et profilé à ce jour. Les hôtes d’Hitler errent librement à travers le monde, et nous avons de nombreuses nouvelles façons de les traquer. Après les versions PS4, Xbox One et PC sorties il y a deux ans, nous avons maintenant examiné de plus près la version Nintendo Switch et mis à jour notre avis.

 

On ne peut pas dire que Rebellion ait franchi la grande porte avec les jeux Zombie Army. Bien sûr, on comprend parfaitement à quel point il est compliqué d’appuyer sur la touche dans ce genre où les mêmes échecs se répètent encore et encore. Par exemple, lorsque nous avons analysé la trilogie de l’armée des zombies, nous avons clairement indiqué que nous étions devenus répétitifs jusqu’à en dire assez. Les mêmes zombies et armes, encore et encore, dans des scénarios plus ou moins identiques, sans rien qui nous fasse avancer. Le “gunplay” peut être aussi bon qu’il le souhaite, mais sans l’émotion de réfléchir, de découvrir ou de se mettre à la limite, où est la grâce ?

 

Armée renforcée

 

Zombie Army 4 : Dead War semble s’être posé cette même question, et après être parti à la montagne pour méditer et manger des châtaignes , il revient l’esprit clair et la volonté de bien faire les choses. Ainsi, cette fois, le gameplay devient beaucoup plus renforcé que dans les tranches précédentes. Nous avons plus de variété d’ennemis, de mods à équiper en armes et plus de possibilités d’interaction avec le terrain. La question est de savoir si tout cela suffit pour nous faire ajouter le jeu au panier, et la vérité est que là, nous ne sommes pas très sûrs.

Nous sommes face à un titre très arcade avec lequel vous pouvez vous amuser, bien sûr, mais c’est aussi celui où nous passons beaucoup de temps à tuer encore et encore les mêmes types de zombies. Le level design respecte, plus ou moins, même si le plat principal, qui est les ennemis, n’arrive vraiment que si l’on joue en mode horde ou à des niveaux de difficulté élevés. Nous pensons qu’il y a trop de conditions pour obtenir quelque chose de potable, et même dans ce cas, il ne se démarque pas des autres jeux du genre.

 

Éloignez-vous, mort !

 

Bien sûr, Zombie Army 4 est accompagné de deux modes principaux : campagne et horde. Le premier d’entre eux nous ramène là où le précédent l’a laissé, dans un monde où Hitler est mort – vraiment mort de bien – et doit purger le monde des hôtes de soldats ressuscités qui sèment encore le chaos dans les rues. Comme vous pouvez le voir, la prémisse n’est pas particulièrement frappante, et nous prévoyons que le développement n’a rien de spécial non plus.

Une fois de plus, nous avons un groupe de quatre survivants parmi lesquels choisir, chacun avec une série de compétences passives uniques, plutôt sans imagination. Ils consistent principalement à recharger plus rapidement telle ou telle capacité de mêlée ou d’élimination d’arme. Ce dernier point peut sembler anodin, mais en réalité, c’est l’un des points forts du programme : nous avons une relative variété d’armes à notre disposition, et chacune d’entre elles peut être équipée de modificateurs différents au fur et à mesure que nous jouons avec elles. . Nos personnages ont également différents avantages qui peuvent être équipés dans un emplacement de “chargement”, comme on peut s’y attendre d’un Call of Duty.

 

Neuf épisodes

 

Nous devrons jouer beaucoup pour débloquer toutes ces options de personnalisation, et il ne suffira certainement pas de terminer la campagne une seule fois, divisée en neuf épisodes de 3 à 5 chapitres chacun. Nous pouvons vérifier que l’ensemble de l’itinéraire est conçu dans un souci de variété dès la première minute. Chaque lieu a une personnalité légèrement différente, et sa configuration artistique abrite des zombies de différents types et présente différents défis mécaniques.

Par exemple, dans nos premières heures en Italie, nous devrons traverser une zone inondée, nous ne savons donc pas très bien quand un zombie surgira juste devant notre nez. Nous devrons également chercher du carburant très lourd qui nous obligera à aller lentement et uniquement avec une arme de poing. Et peu de temps après, nous faisons face à des tireurs d’élite qui sautent de toit en toit alors que nous sommes exposés sur un navire.

Même les niveaux les moins imaginatifs ont un moyen de nous faire réfléchir, laissant des pièges ici et là que nous pouvons activer pour maintenir la série de morts consécutives à un niveau élevé si nous sommes attentifs à notre environnement. Une autre des clés les plus importantes pour comprendre pourquoi ZA4 est le meilleur de la série sont les ennemis. La plupart des zombies sont exactement les mêmes, mais comme nous jouons dans des modes de difficulté plus élevés ou en multijoueur, nous trouverons des variantes.

Certains zombies portent un casque qui peut les protéger d’un mauvais coup dans la tête. D’autres ont des faiblesses élémentaires très particulières et peuvent cracher de l’acide. Nous avons également trouvé de nouvelles unités telles que des ‘creepers’ (crawlers), des commandants, des suicidés, des géants en armure et même des requins ou des chars zombies, à part demander. La chose la plus importante est que chacune de ces unités spéciales se sente unique et amusante en soi. Au niveau du design, tous ces adversaires représentent, de loin, le plus grand pas en avant qu’a fait le jeu et la franchise en général.

Par exemple, les géants peuvent prendre de nombreux tirs avant de mourir, donc si vous en voyez un, vous pouvez le laisser jusqu’au bout tout en éliminant les ennemis les plus simples. Mais que se passe-t-il si vous êtes dans un couloir et qu’il y a trois géants entourés d’ennemis normaux ? Et si dans cette situation vous avez plusieurs ennemis qui courent de face, d’autres qui marchent derrière, et qu’en arrière-plan, il y a un seul nécromancien invoquant plus d’adversaires que vous ne pouvez vaincre ? Eh bien, il est temps de réfléchir et d’établir des priorités, et c’est là que vous vous amusez à jouer. On aime aussi quand le jeu se targue d’être un spin-off de Sniper Elite et en profite pour nous demander, par exemple, de faire un tir précis sur la torche explosive que les ingénieurs ont entre les mains.

 

Une brigade pas si étrange

 

Lorsque le jeu vous offre cela, les rares fois où vous passez un bon moment. Mais pour que cela se produise, les étoiles doivent d’abord s’aligner. Nous pouvons voir des situations comme celle-ci dans les modes de difficulté plus élevés ou dans les niveaux les plus difficiles du mode horde, et j’aimerais que ce soit plus courant car cela vaut la peine de participer à de tels problèmes.

Et puisque nous avons mentionné le mode horde, cela nous permet de jouer quatre cartes différentes, chacune avec de petites variantes. Ce n’est pas une nouveauté dans la saga, bien sûr, mais cela fait une chose nouvelle : au fur et à mesure que nous nous battons, la carte s’ouvre un peu et nous donne accès à des zones d’intérêt tactique et à de nouveaux pièges et abris de ravitaillement. Jusqu’ici, tout va bien. Le problème est qu’il n’offre rien de supérieur en taille, complexité ou conception de scénarios à ce que nous avons déjà vu dans Call of Duty ou World War Z, et ce qui est encore plus curieux, ne semble pas supérieure à la remarquable (et souvent passée de haut) Brigade Étrange, de la même Rébellion.

Le jeu nous a agréablement surpris sur le plan technique par ses options de configuration. Non seulement on peut régler de nombreux paramètres de son, d’accessibilité ou de commandes au plaisir, mais même dans les consoles standards, on peut relâcher le débit d’image par seconde, ce que l’on apprécie grandement. En revanche, tant la campagne que le mode horde parviennent à maintenir une stabilité avec des graphismes assez corrects.

 

Une expérience agréable sur la Nintendo Switch

 

La très grande base installée de la Nintendo Switch ne peut qu’être tentante, surtout en ce qui concerne les zombies, alors les gars de Rebellion ont cru bon d’apporter le dernier chapitre de leur série de tireurs dérivés à la console hybride de la maison japonaise – avec quelques sacrifices techniques inévitables . Un avantage certain sur Switch, cependant, est la prise en charge des commandes gyroscopiques.

En effet, la version Nintendo Switch ajoute la possibilité d’utiliser les commandes de détection de mouvement du gyroscope par rapport au système d’origine, mais pas exclusivement : l’option n’est activée que lors de la visée, vous pouvez donc ajuster votre tir avec une grande précision par rapport à la visée avec des sticks analogiques.

En ce qui concerne les graphismes adaptés au Switch du jeu, le jeu n’a pas l’air mal du tout sur la console hybride de Nintendo. Bien sûr, c’est quand même un pas en arrière par rapport aux grosses consoles par rapport aux visuels aperçus dans d’autres versions. Hormis les visuels un peu datés par rapport à ceux-ci, le jeu tourne plutôt bien sur Switch. Les commandes sont réactives, les temps de chargement sont courts et le son est agréable et clair, ce qui est important car un bon jeu de zombies repose de toute façon sur une bonne conception sonore.

 

Mort marchant dans la bonne direction

 

Zombie Army 4 : Dead War est le meilleur titre de la saga et un pas en avant dans la bonne direction. Les armes standard et lourdes semblent plus utiles et intéressantes, et les nouveaux types de zombies sont plus amusants et imaginatifs. Mais la conception des niveaux et le peu de variété d’action que présentent à la fois la campagne et le mode horde nous semblent paresseux, surtout si on le compare avec d’autres jeux du même genre, comme Strange Brigade, de la même étude.

-BadSector-

Nous avons reçu les codes de console (auparavant sur PlayStation 4 et maintenant sur Nintendo Switch) de Magnew Ltd., merci !

Pro :

+ Une variété respectable d’armes, d’ennemis et plus d’interaction avec la scène
+ Nombreuses options de configuration, même dans les versions console
+ Une progression complète pour chaque arme et personnage…

Contre :

– …pour lesquels il ne vaut la peine de s’inquiéter que des manières les plus difficiles
– Des objectifs simples, peu de moments de tension ou de variété de situations
– Une campagne un peu inspirée et un mode horde très discret


Éditeur : Rebellion Developments

Développeur : Rebellion Developments

Genre : shoot-em-up TPS

Date de sortie : 4 février 2020 (PlayStation 4, Xbox One, PC) 26 avril 2022 (Nintendo Switch)

TEST - Rebellion récupère la saga Zombie Army avec son titre le plus complet, varié et profilé à ce jour. Les hôtes d'Hitler errent librement à travers le monde, et nous avons de nombreuses nouvelles façons de les traquer. Après les versions PS4, Xbox One et PC sorties il y a deux ans, nous avons maintenant examiné de plus près la version Nintendo Switch et mis à jour notre avis.   On ne peut pas dire que Rebellion ait franchi la grande porte avec les jeux Zombie Army. Bien sûr, on comprend parfaitement à quel point il est compliqué d'appuyer…

Zombie Army 4: Dead War

Jouabilité - 7.2
Graphismes - 6.8
Histoire - 6.4
Musique/Sons - 7.8
Ambiance - 7.4

7.1

CORRECT

User Rating: Be the first one !

Spread the love

No comments

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.