Menu

Sherlock Holmes Chapitre One – Mémoires et manipulations de l’esprit

TEST – Dans Sherlock Holmes Chapitre Un, le célèbre détective anglais enquête pour la première fois dans un jeu en monde ouvert. Ce nouvel épisode est-il à la hauteur des standards établis par Frogwares ?

 

 

Toujours est-il que, entre les mains de l’équipe créative de l’Ukrainien Frogwares (Sherlock Holmes, The Sinking City), Sherlock Holmes rompt avec la formule de la dernière trilogie et revient au Holmes plus jeune. Intitulé simplement Chapitre un, l’épisode emmène le détective britannique sur une île isolée de son enfance ; Cordona, rongée par la corruption, est le théâtre de la mort mystérieuse de son ancienne mère. Alors qu’il tente de refermer les vieilles blessures familiales, notre héros tombe sur un crime grave.

 

 

Enquête sur le monde ouvert

 

Le premier chapitre de ce préquel, situé à la fin des années 1880, nous présente un jeune homme d’une vingtaine d’années, acidulé et encore naïf ; Sherlock Holmes est aussi insensible à ses semblables qu’à l’idée d’une justice impartiale pour tous. Son acolyte n’est pas encore Watson, mais un autre Jon, un acolyte un peu plus pimpant et sarcastique, énigmatique, dont on ne sait pas qui il est ni d’où il vient. Bien qu’il ne soit jamais utile, la relation entre les deux hommes devient progressivement précieuse dans l’intrigue qui se déroule lentement. Jon écoute principalement les plaintes de Holmes et lui permet de révéler des couches de sa personnalité. Et notez que leur doublage anglais est vraiment de première qualité.

Pour la première fois, Holmes et moi pouvons enquêter dans un monde ouvert qui ne peut pas rivaliser avec celui d’Assassin’s Creed ou de Grand Theft Auto V, mais qui offre quelques options supplémentaires. Un système de circulation rapide, avec des rickshaws garés ici et là, offre la possibilité de se déplacer instantanément sur la carte. Les graphismes ne sont pas très nextgen et détaillés, mais l’environnement est joliment composé, des quartiers pauvres de la vieille ville aux vues imprenables depuis les balcons des maisons bourgeoises plus riches. Les développeurs affirment que la Grèce, Gibraltar et Malte sous domination ottomane les ont inspirés. La Cordona, havre méditerranéen, est façonnée par le colonialisme britannique et le séparatisme qu’il a engendré ; chaque quartier central a sa propre classe sociale. Dans l’ensemble, c’est un endroit charmant où se promener, avec du caractère. Et bien que la ville regorge également de rues étroites, elles sont toujours ouvertes, du moins suffisamment pour que vous ne vous sentiez jamais enfermé entre quatre murs.

En vous promenant dans la ville de Cordona, vous pouvez également entendre des effets sonores significatifs qui correspondent parfaitement à l’atmosphère du lieu. Dans l’ensemble, Frogwares a fait beaucoup pour recréer l’atmosphère de cette ville méditerranéenne. Mon seul regret est d’avoir laissé de côté le Londres classique, une ville liée à Sherlock Holmes.

Cet univers fictif présente quelques inconvénients : les bâtiments sont trop souvent impénétrables, les habitants ont une démarche mécanique et une tendance à répéter sans cesse les mêmes lignes de dialogue. Malheureusement, aux défauts de l’exploration, il faut ajouter les trop fréquentes chutes de framerate constatées sur PlayStation 5 et le screen tearing par endroits. Il faut toutefois noter que lors du test du jeu, l’équipe de développement a indiqué qu’elle travaillait encore sur certaines améliorations techniques, notamment la correction du comportement de la foule et l’optimisation des performances.

 

 

Enquête, Sherlock!

 

Au total, l’aventure peut être bouclée en une quinzaine d’heures si vous allez en ligne droite. Mais la trentaine d’histoires secondaires permet de doubler le temps ; si certaines relèvent de l’anecdote, d’autres sont étonnamment liées. Lorsque Sherlock est appelé sur les lieux, il se met naturellement à enquêter sur les premiers indices, souvent déjà numérotés par les enquêteurs de la police scientifique ; une étape essentielle avant le travail de reconstitution.

En mode concentration, davantage d’indices cachés peuvent être révélés. Lorsqu’il est activé, un cercle blanc se dessine pour indiquer un point d’intérêt. Il vous permet également de dresser le profil des passants en affichant d’un coup d’œil certaines de leurs caractéristiques et motivations, une fonction peu utilisée. Toutes vos observations essentielles sont ensuite consignées dans le cahier d’observation. De cette manière, certains éléments de preuve peuvent être utilisés pour des recherches plus approfondies dans les archives locales, des entretiens avec des témoins, voire des analyses chimiques. L’éventail des possibilités est assez impressionnant, mais ces manipulations deviennent assez fastidieuses à la longue. Le processus reste plus ou moins le même, car les enquêtes suivent presque toujours le même schéma. Il faut également noter que ce dernier est difficile à prendre en main au début du jeu, les systèmes de menus et d’analyse n’étant pas très conviviaux.

Frogwares a eu l’excellente idée de parsemer le jeu de quelques rafraîchissements pour compenser la carte trop classique. Mentionnons notamment les quelques défis bénins que John a suggérés dans sa critique, qui sont facultatifs mais bienvenus. Le studio s’appuie également sur quelques séquences d’action ; Holmes, attaqué mais heureusement toujours armé d’une chouette arme à feu, doit exploiter son environnement pour assommer ses adversaires sans leur ôter la vie. Même si notre protagoniste est relativement rigide en matière d’armes à feu, le postulat est tout à fait plausible, d’autant plus qu’il sait faire preuve de désinvolture. Cependant, en échange de quelques pièces, vous êtes libre de vous introduire dans les gangs de voleurs qui parsèment la carte. De manière isolée, l’activité est toutefois minime.

 

 

Qui pourrait être le tueur?

 

Notre héros a cinq affaires majeures à démêler à Cordona tout en essayant de faire la lumière sur le mystère de la mort de sa mère. Tout cela forme un fil hétérogène, dont la deuxième partie semble être la plus cohérente. Ainsi, l’histoire commence un peu lentement dans les premières heures, s’améliore dans une enquête plus sombre et pleine de dilemmes jusqu’à un final émouvant. Holmes doit affirmer sa vérité à travers les choix plus difficiles du joueur.

Malheureusement, les animations trop rigides des personnages ne vous aident pas à voir la vérité dans leurs yeux comme L.A. Noire a pu le faire dix ans plus tôt. Les détails physiques sont utilisés pour peindre la meilleure image possible de la personne ; les taches rouges sur son nez sont-elles un signe de maladie, ou est-ce un alcoolique terne ? Ce sont des détails amusants.

Le point culminant de l’enquête est l’identification du coupable. Les indices doivent être reliés dans le “palais mental” de Sherlock (qui est en fait l’esprit de Holmes), où le suspect peut enfin être inculpé. Le jugement de Holmes est encore trop peu évalué, et tout ce que nous apprenons, c’est le journal local lorsqu’il résume les implications de sa dernière affaire classée. Mais il n’est pas très clair si toutes les décisions de Holmes étaient correctes – pour le savoir, il faut se contenter des statistiques disponibles dans le menu, qui indiquent le score des affaires résolues.

 

 

Grande histoire, avec une présentation un peu dépassée

 

Pour une histoire d’origine ambitieuse, Frogwares a choisi un monde ouvert qui offre de nombreuses possibilités pour un bon nombre d’enquêtes. Celles-ci confèrent au jeu une excellente durée de vie. En revanche, le jeu n’est pas à la hauteur des standards techniques de l’époque en raison de ralentissements, d’animations rigides et de déchirures d’écran. Cependant, l’histoire de Sherlock Holmes : Chapter One est captivante, et la fin est épique. L’aventure réside dans les cas interconnectés et l’enquête, qui suit malheureusement un schéma trop répétitif d’enquête.

-BadSector-

Pro :

+ L’enquête est toujours agréable.
+ Grande histoire.
+ Emplacement confortable.

Contra :

– Gameplay répétitif
– Baisse de la fréquence d’images, déchirement de l’écran
– Animations rigides et comportement peu naturel des PNJ


Éditeur : Frogwares

Développeur: Frogwares

Style : jeu d’aventure et de détective

Sortie: 16 novembre 2021

TEST - Dans Sherlock Holmes Chapitre Un, le célèbre détective anglais enquête pour la première fois dans un jeu en monde ouvert. Ce nouvel épisode est-il à la hauteur des standards établis par Frogwares ?     Toujours est-il que, entre les mains de l'équipe créative de l'Ukrainien Frogwares (Sherlock Holmes, The Sinking City), Sherlock Holmes rompt avec la formule de la dernière trilogie et revient au Holmes plus jeune. Intitulé simplement Chapitre un, l'épisode emmène le détective britannique sur une île isolée de son enfance ; Cordona, rongée par la corruption, est le théâtre de la mort mystérieuse de…
Pour une histoire d'origine ambitieuse, Frogwares a choisi un monde ouvert qui offre de nombreuses possibilités pour un bon nombre d'enquêtes. Celles-ci confèrent au jeu une excellente durée de vie. En revanche, le jeu n'est pas à la hauteur des standards techniques de l'époque en raison de ralentissements, d'animations rigides et de déchirures d'écran. Cependant, l'histoire de Sherlock Holmes : Chapter One est captivante, et la fin est épique. L'aventure réside dans les cas interconnectés et l'enquête, qui suit malheureusement un schéma trop répétitif d'enquête.

Sherlock Holmes Chapitre One

Jouabilité - 7.2
Graphismes - 7.1
Histoire - 8.2
Musique/audio - 8.5
Ambiance - 7.8

7.8

BON

Pour une histoire d'origine ambitieuse, Frogwares a choisi un monde ouvert qui offre de nombreuses possibilités pour un bon nombre d'enquêtes. Celles-ci confèrent au jeu une excellente durée de vie. En revanche, le jeu n'est pas à la hauteur des standards techniques de l'époque en raison de ralentissements, d'animations rigides et de déchirures d'écran. Cependant, l'histoire de Sherlock Holmes : Chapter One est captivante, et la fin est épique. L'aventure réside dans les cas interconnectés et l'enquête, qui suit malheureusement un schéma trop répétitif d'enquête.

User Rating: Be the first one !

Spread the love

No comments

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.