Menu

Maison de la passerelle – L’amour est mortel

CRITIQUE DE FILM – Deux jeunes, un garçon et une fille, tombent amoureux l’un de l’autre, ce qui est courant dans les films hongrois de nos jours, mais ici l’idée vraiment originale est que l’un d’eux est mort et l’autre est une nuit gardien dans une morgue, qui est toujours “mort amoureux” de la fille morte – qui est très vivante la nuit (avec plusieurs autres personnes décédées). Ou est-elle juste mort-vivante ? Sommes-nous tous très confus maintenant ? Eh bien, c’est un peu le but de cette comédie de science-fiction, fantastique, horreur et romantique à l’ambiance particulière…

 

 

Quand le réalisateur Isti Madarász nous a dit avant la projection presse de Maison de la passerelle qu’il ne voulait pas avoir à rivaliser avec le prochain film Avatar, qui sortira la semaine prochaine, on a un peu souri, car l’idée elle-même peut sembler naïve : comment un film hongrois pourrait-il rivaliser avec la superproduction américaine de plusieurs centaines de millions de dollars ? Et si, à certains égards, le budget hongrois a limité le potentiel de The Gateway, le film d’Isti Madarász est une comédie d’horreur fantastique et de science-fiction extrêmement ambitieuse, passionnante dans son histoire et (à part quelques bugs mineurs) dans ses visuels, et un film romantique histoire qui mélange ces genres à merveille, tandis que l’image d’ensemble est une œuvre originale du cinéma hongrois.

 

Az Átjáróház című romantikus fantasy / vígjáték két szerelmes főhősének (Rujder Vivien és Bárnai Péter) ugyanis kicsit komolyabb akadályt kell legyőznie, frappe un romantikus vígjátékokban általában szokásos : un halált.

 

L’amour au premier (puis au second) sang

 

Krisztián (Péter Bárnai) et Ági (Vivien Rujder) “se rencontrent” dans une maternité quand ils sont bébés, où se produit une catastrophe naturelle tragique, puis des années plus tard, dans un accident de vélo, quand ils sont adultes. Cette rencontre est un coup de foudre pour Krisztián, tandis qu’Ági n’accepte un premier rendez-vous qu’après un peu de persuasion. Pendant ce temps, Krisztián obtient un emploi de veilleur de nuit dans une morgue, où des choses étranges se produisent : certains morts “reviennent à la vie”, à savoir ceux qui ont des “affaires inachevées” dans la vie. Le travail de Krisztián est de régler ces cas. (Donc, si vous songez à une carrière de veilleur de nuit dans une morgue, vous devriez bien réfléchir aux autres emplois « secondaires » que vous pourriez avoir…) Et ces « morts-vivants » qui n’y parviennent pas finira entre les mains du “Boncmaster” cruel et démoniaque (János Kulka), qui volera les âmes des morts pendant le carnage sanglant.

Après que Krisztián se soit endormi un peu trop tard à cause de toute la nouveauté, il manque son rendez-vous et Ági monte à bord d’un bus qui subit un horrible accident, avec Ági parmi les morts. Le reste, je suppose, vous l’avez deviné : Ági se retrouve également à la morgue et Krisztián devrait régler ses “affaires” – en supposant qu’il sache ce qui le retenait. De plus, notre héros est toujours “mort amoureux” de la morte Ági, il veut donc tout faire pour la ramener dans le monde des vivants avec l’aide de sa tante sorcière aux pouvoirs spéciaux et magiques.

 

 

Galla l’a tué

 

Comme je l’évoquais dans mon introduction, La Maison de la Traversée est un savant et original mélange de plusieurs genres, bien que le fil romantique typiquement hongrois ne manque pas. À cet égard, le seul film typiquement hongrois est The Passage House, car il est par ailleurs innovant à bien des égards. Outre le savant mélange des genres, le film ne manque pas d’humour, que cette fois-ci Miklós Galla (en tant que directeur de la morgue) nous livre avec son style typique et ironique. Galla n’apparaît pas beaucoup dans le film, mais chaque seconde vaut la peine d’être regardée, et cela sans même mentionner les autres aspects positifs du film.

Parce qu’il y en a plein. Tourné dans une Budapest féerique, le film propose un univers visuellement passionnant, absurde ou grotesque par endroits, et ne craint pas de se mêler aux époques qui donnent au film son atmosphère unique. Dans le film, par exemple, Ági monte à bord d’un bus antique que nous n’avons vu que sur des photos des années 50 (ou dans des films tournés ou réalisés à cette époque), tandis que Krisztián tente de démêler le jeu à succès hongrois des années 80, le Rubik’s Cube. Pourtant, les événements se déroulent de nos jours, en 2022, puisqu’on apprend dans une scène qu’Ági a 29 ans et est né en 1993…

La seule chose négative est que certaines parties (en particulier celles d’un autre monde) m’ont rappelé assez fortement les costumes et costumes bon marché (et drôles) des émissions de télévision des années 80 et je pense que cela était limité par le budget serré, pas par le idées visuelles des cinéastes.

 

 

“Cet amour est mortel, j’en ai besoin, j’en ai tellement besoin…” (Ági et les garçons)

 

Il serait difficile de comparer The House of the Crossing à autre chose, mais cela m’a rappelé des séries d’horreur Netflix plus surréalistes et grotesques, comme le plus récemment L’anthologie House of Horrors de Guillermo Del Toro, où les morts ont également joué un rôle central dans plusieurs épisodes. La romance est définitivement un motif fort dans The House of the Crossing, donc peut-être qu’un soupçon de “Ghost” (Patrick Swayze, Demi Moore) est impliqué, seulement ici le protagoniste vivant a un amour apparemment sans espoir pour un mort-vivant plutôt qu’un fantôme. Pour ceux qui aiment les histoires au style unique, mais toujours avec un fort élément romantique, nous le recommandons !

-BadSector-

CRITIQUE DE FILM - Deux jeunes, un garçon et une fille, tombent amoureux l'un de l'autre, ce qui est courant dans les films hongrois de nos jours, mais ici l'idée vraiment originale est que l'un d'eux est mort et l'autre est une nuit gardien dans une morgue, qui est toujours "mort amoureux" de la fille morte - qui est très vivante la nuit (avec plusieurs autres personnes décédées). Ou est-elle juste mort-vivante ? Sommes-nous tous très confus maintenant ? Eh bien, c'est un peu le but de cette comédie de science-fiction, fantastique, horreur et romantique à l'ambiance particulière...    …
Il serait difficile de comparer The House of the Crossing à autre chose, mais cela m'a rappelé des séries d'horreur Netflix plus surréalistes et grotesques, comme le plus récemment L'anthologie House of Horrors de Guillermo Del Toro, où les morts ont également joué un rôle central dans plusieurs épisodes. La romance est définitivement un motif fort dans The House of the Crossing, donc peut-être qu'un soupçon de "Ghost" (Patrick Swayze, Demi Moore) est impliqué, seulement ici le protagoniste vivant a un amour apparemment sans espoir pour un mort-vivant plutôt qu'un fantôme. Pour ceux qui aiment les histoires au style unique, mais toujours avec un fort élément romantique, nous le recommandons !

Maison de la passerelle

Direction - 7.8
Acteurs - 8
Histoire - 7.4
Visuels/Musique/Sons - 7
Ambiance - 7.8

7.6

BON

Il serait difficile de comparer The House of the Crossing à autre chose, mais cela m'a rappelé des séries d'horreur Netflix plus surréalistes et grotesques, comme le plus récemment L'anthologie House of Horrors de Guillermo Del Toro, où les morts ont également joué un rôle central dans plusieurs épisodes. La romance est définitivement un motif fort dans The House of the Crossing, donc peut-être qu'un soupçon de "Ghost" (Patrick Swayze, Demi Moore) est impliqué, seulement ici le protagoniste vivant a un amour apparemment sans espoir pour un mort-vivant plutôt qu'un fantôme. Pour ceux qui aiment les histoires au style unique, mais toujours avec un fort élément romantique, nous le recommandons !

User Rating: Be the first one !

Spread the love

theGeek TV