Menu

Horizon Forbidden West – Le fruit défendu de l’Ouest à son plus doux

TEST – Cela fait cinq ans que PlayStation et Guerrilla nous ont offert le premier chapitre des aventures d’Aloy avec Horizon Zero Dawn. Ce jeu d’action-aventure en monde ouvert nous avait séduit par son univers immersif, malgré un design très classique, des graphismes quasi-impeccables et un gameplay en monde ouvert percutant. Pourtant, il n’a pas eu la tâche facile, car la comparaison avec Zelda Breath of the Wild, sorti par Nintendo quelques jours plus tard, signifiait une rude concurrence. Pour Forbidden West, l’objectif était ” simple ” : surpasser le premier jeu dans tous les domaines, à la fois sur PS4 et PS5. Ce défi de taille a-t-il été relevé ?

 

 

Horizon Zero Dawn est peut-être sorti il y a cinq ans, mais Aloy n’a pas attendu aussi longtemps pour partir à l’aventure. Six mois séparent les événements du premier jeu et Ouest interdit. L’héroïne a mis ce temps à profit pour tenter de détruire Hadès : une sorte de virus informatique géant suffisamment puissant pour anéantir toute vie sur Terre. Alors, oui, à la fin d’Horizon Zero Dawn, Aloy pensait avoir mené à bien sa mission (Guerrilla en donne un bref résumé avant le lancement du jeu). C’était tout de même sans compter sur le “gentil” Sylens, le scientifique errant de l’épisode précédent, qui a réussi à extraire une partie de la dangereuse entité, provoquant des tempêtes et l’apparition d’une dangereuse plante rouge. Au tout début d’Horizon Forbidden West, Aloy pense enfin avoir la solution, mais – voilà le coup de théâtre – elle n’a pas de chance : elle doit se rendre dans l'”ouest interdit” pour sauver le monde. La raison pour laquelle il est “interdit” est qu’il est dominé par la tribu Tenakth et ses grosses machines.

 

 

Un univers somptueux

 

Vous vous souvenez de ce moment excitant et inoubliable dans Horizon Zero Dawn où vous êtes tombé sur le premier Great Neck (fusion d’un robot diplodocus et d’une tour d’antenne radio) ou sur le premier tas de gravats à grande échelle ? Eh bien, dans Forbidden West, ce sentiment est presque constant. Le studio Guerrilla Games offre au monde post-apocalyptique une seconde partie magistrale et dantesque avec cette suite. Tout simplement somptueux, chaque zone de Forbidden West raconte sa propre histoire, mais avec une maîtrise et un souci du détail de chaque instant qui surpassent même ce qu’offre Zero Dawn.

Pour rappel, Horizon se déroule dans un monde où régnaient autrefois les “anciens”, l’équivalent de nos habitants actuels, mais avec une technologie bien plus avancée et des machines puissantes. Presque partout où vous allez, vous trouverez de grands tas de métal et des ruines, vestiges d’une époque révolue. Tout cela dans un cadre naturel somptueux qui exploite parfaitement le paysage de l’ouest des États-Unis. L’expérience de l’exploration est à la fois inspirante, fascinante et véritablement diversifiée.

 

 

Quelle est la taille du monde d’Horizon l’Ouest interdit ?

 

Au cas où vous vous poseriez la question, Horizon Forbidden West est loin d’être le plus grand monde ouvert à ce jour, mais c’est sans aucun doute l’un des plus beaux et des plus soignés. Guerrilla affirme que ce nouveau terrain de jeu est “légèrement plus grand” que Zero Dawn. Et c’est très bien ainsi : Forbidden West offre une expérience beaucoup plus dense, plus variée et soigneusement conçue. Ne vous attendez pas à quelque chose d’aussi impressionnant qu’Assassin’s Creed Valhalla, cependant.

Bien sûr, en plus du travail acharné des artistes de Guerrilla, les aspects techniques jouent également un rôle essentiel. Que l’on joue en 4K sur PS5 ou PS4 Pro, Horizon Forbidden West est tout simplement superbe, et même sur la PS4 Fat de 2013, il est excellent et stable – même si évidemment moins impressionnant – en 1080p. La cohérence des trois consoles est assez exemplaire, même si la version PlayStation 5 l’emporte, l’ajout du DualSense apportant des vibrations ” next-gen ” convaincantes et agréables. Cette dernière, par exemple, a bénéficié de subtilités telles que la sensation de l’herbe qui vibre lorsqu’Aloy se faufile dessus – pour ne souligner qu’une des nombreuses sensations de vibration réalistes. Sur PS4 Pro / Fat, les aventures d’Aloy se débattent avec des temps de chargement plus longs, plus d’aliasing et un éclairage volumétrique moins réussi. Mais l’essentiel est là. Ces versions sont plus que satisfaisantes à la bonne résolution et à 30 images par seconde (le seul mode proposé sur PS4).

 

 

Horizon Zero Bug ? Eh bien, pas vraiment…

 

Je dois dire que sur PS5, le titre n’est pas parfait. Côté performances – 4K / 60 fps – il y a encore beaucoup d’aliasing dans les zones avec beaucoup de végétation et pendant les cutscenes. Mais il y a aussi des problèmes mineurs au niveau du son, du crash et de l’image.

Un problème audio majeur persiste même après le dernier patch : sur mon casque Sony Pulse 3D dédié, PS5, j’ai entendu certains sons comme étant en quelque sorte déformés, étouffés ou de mauvaise qualité – j’ai été particulièrement gêné par la parole étouffée d’Aloy dans ses monologues constants ou dans certaines parties du dialogue, qui était souvent à peine intelligible. Bien sûr, il y a des sous-titres, mais c’est quand même ennuyeux qu’une fois que je comprends l’anglais, je puisse me concentrer sur les graphismes fantastiques et la beauté d’Aloy pendant les dialogues, ou les environnements incroyablement élaborés pendant les aventures, sans avoir à lire les sous-titres. Soi-disant, désactiver la 3D résoudrait les problèmes, mais je ne voulais pas perdre le son 3D si j’avais des écouteurs 3D comme ceux-ci.

L’autre désagrément est l’aliasing “ombré”, un bug graphique que l’on peut observer au bord des visages dans les dialogues et qui est également assez décevant.

Enfin, il y a des bugs de pop-in que je n’ai pas rencontrés dans le premier volet : certains des repères lointains sont dessinés tardivement par le moteur, comme dans l’ancien moteur Unreal. Ce problème n’est vraiment perceptible que par un œil exercé et est assez rare, ou alors seulement au début du jeu.

Le patch récemment publié corrige certains de ces problèmes, mais malheureusement pas tous : le bug d’Aloy au son étouffé, par exemple, existe toujours.

 

A Guerrilla Games megerősítette, hogy a Horizon Forbidden West fejlesztése befejeződött

 

Une narration cinq étoiles

 

Ce n’est pas un secret, Horizon Forbidden West vous gardera collé à l’écran pendant longtemps. Il vous faudra environ 20 heures pour terminer la mission principale, plus du double pour accomplir toutes les missions annexes, et près de 60 heures pour atteindre 100% de temps de jeu.

En parlant de missions, un autre point fort du titre Guerrilla est sa narration. Horizon Forbidden West est non seulement d’une beauté époustouflante mais son histoire et ses dialogues sont tout aussi professionnels. Ce dernier point, souvent critiqué dans Horizon Zero Dawn, a été entièrement corrigé. Oubliez les mises en place statiques et fades pendant les dialogues : dans ce deuxième épisode, presque tous les dialogues – même les plus anodins au premier abord – sont accompagnés d’angles de caméra cinématographiques et spectaculaires. Ce détail met en avant l’écriture très précise de Guerrilla, à la fois drôle et touchante, ainsi que l’excellente refonte des visages (bien qu’encore un peu inexpressifs dans de nombreux cas) et le travail effectué sur les costumes des différentes tribus.

Même avec les pépins techniques mentionnés ci-dessus, l’immersion dans l’univers est presque sans faille. De plus, les missions principales sont incroyablement spectaculaires – comme les séquences d’action et les chorégraphies d’un film de science-fiction hollywoodien, même les missions secondaires sont un vrai régal. Ces dernières sont, dans l’ensemble, très bien menées du point de vue de l’histoire, approchant parfois la qualité des grandes aventures, souvent avec de la variété et de bons dialogues.

Les intrigues secondaires complètent parfaitement l’intrigue principale : Horizon Forbidden West est passionnant et sinueux du début à la fin. L’intrigue s’arrête rarement et parvient souvent à surprendre le joueur, qu’il s’agisse d’un rebondissement inattendu, d’une phase de jeu passionnante et originale ou d’une innovation de gameplay permettant d’ouvrir de nouvelles voies. Seule la fin est un peu aléatoire et décousue : il manque clairement une scène pour apporter un véritable point final.

Quant aux personnages, il y a clairement des bons et des mauvais visages et des extrêmes, mais tout de même, tous sont crédibles et sympathiques ou détestables à souhait. Aloy, déjà adorable dans Zero Dawn, est maintenant une héroïne encore plus charmante. Sa personnalité puissante et charismatique transparaît dans chaque dialogue, notamment dans ses conversations avec ses pairs.

Dans Horizon Forbidden West, la chasseresse aux cheveux rouges n’est plus seule. Varl et Erend du premier épisode, par exemple, seront des alliés essentiels, même s’ils ne l’accompagnent pas régulièrement dans le jeu. En effet, après quelques heures, Aloy et ses compagnons s’installent dans une base qui n’est pas sans rappeler le camp de Red Dead Redemption II. L’endroit évolue au fur et à mesure, avec de nouvelles pièces, des choix de dialogues et de nombreux éléments amusants ici et là. Tout cela ajoute au sentiment d’un véritable travail d’équipe avec une grande aventure et une histoire élaborée.

 

 

Redécouverte

 

Au-delà de la narration, l’expérience de découverte a également été considérablement améliorée et enrichie. Horizon Zero Dawn proposait des lieux étriqués, avec des étapes d’escalade extrêmement linéaires, un peu ” potaches “. Ce n’est plus le cas dans Horizon Forbidden West. Le titre de Guerrilla inclut plusieurs nouvelles fonctionnalités qui rendent l’exploration plus fluide et plus flexible – à commencer par les options d’escalade, qui ont été considérablement améliorées. Ainsi, non, vous ne pourrez pas grimper sur n’importe quelle surface comme c’est le cas dans Assassin’s Creed : Valhalla ou Zelda : Breath of the Wild. Ce genre d’acrobaties est limité à des points particuliers, que vous pouvez voir grâce à Focus, qui peut désormais balayer rapidement la zone autour d’Aloy. Guerrilla a donc décidé de “limiter” – ou plutôt de “contrôler” – cet aspect du jeu en laissant le terrain libre pour des énigmes environnementales, où il faut se frayer un chemin dans des ruines pour obtenir un objet, par exemple. À notre avis, c’est un bon choix. Néanmoins, il peut aussi entraîner des frustrations, par exemple lorsque l’architecture extérieure ou intérieure d’un bâtiment semble parfaitement adaptée à l’escalade à première vue. Pourtant, vous n’arrivez pas à vous y accrocher. Un autre problème mineur concerne la précision du système d’escalade, qui laisse parfois à désirer.

 

 

Link, je peux emprunter ton parapente ?

 

Parmi les autres nouveautés, citons le fameux parapente de style Zelda : Breath of the Wild, l’Ailgide, qui vous permet de conquérir les airs – jusqu’à ce que vous atterrissiez. Je m’empresse d’ajouter que le parapente fonctionne beaucoup mieux que dans le dernier Dying Light 2 que j’ai testé.

Mais le grappin est aussi un excellent petit outil qui permet de hisser l’héroïne sur une corniche ou un pilier (ou même de tirer des débris pour dégager des passages dans les décombres). Sans oublier les phases sous-marines, elles aussi assez bien réalisées, mais globalement un peu en retrait par rapport aux précédentes.

Des ajouts bienvenus qui rendent l’exploration beaucoup plus agréable, mais qui ne remettent pas en cause la structure toujours très classique du monde ouvert, quasiment inchangée par rapport à l’épisode précédent. Le schéma de progression reste linéaire : accepter une mission et suivre le pointeur sur la carte, même si des efforts sont faits pour s’éloigner de ce modèle, notamment lors d’une partie spécifique de l’aventure principale. Horizon Forbidden West est donc un monde ouvert dont la structure est déjà bien connue mais si bien développée qu’elle représente un exploit dans ce genre très utilisé. Le moindre détail, carcasse ou ruine, vous fait vous arrêter au bord de la route, dans des lieux qui recèlent presque toujours un trésor. Sans parler des points d’intérêt marqués sur la carte, dont la plupart sont tirés de Zero Dawn (terrains de chasse, camps à attaquer, creusets), mais qui offrent quand même chacun une nouvelle aventure, une nouveauté intéressante, un frisson.

 

 

Combat prolongé

 

En ce qui concerne les affrontements, Horizon Forbidden West se concentre une fois de plus sur les machines, et elles ont fait l’objet d’une grande attention. Leurs animations et leur design sont plus convaincants que jamais, tant pour les nouvelles “espèces” (ou plutôt, les types de machines) que pour celles qui nous sont familières. Aloy peut compter sur ses nouveaux mouvements en combat : l’agilité de l’héroïne est au cœur des phases d’action. Les arènes d’Horizon disposent désormais de grappins pour votre grappin (que les créatures peuvent détruire), utiles si vous souhaitez sortir du combat, prendre de l’altitude, puis activer Ailgide. Ces “flybys” vous permettent d’observer le champ de bataille, vous permettent de toucher une pièce cruciale de la machinerie, ou d’aller assez loin pour reconstituer votre réserve de munitions – le crafting à la volée est toujours une partie essentielle du jeu. Il rend les batailles dans Horizon Forbidden West plus amusantes et dynamiques.

L’excellent travail d’animation d’Aloy est également à saluer, rendant les combats d’autant plus agréables. Enfin, il faut mentionner que la furtivité est une fois de plus possible, et que cette partie du jeu est également relativement polie, même si, bien sûr, cette partie du jeu n’est même pas comparable à Splinter Cell ou Metal Gear Solid.

 

 

Focus sur Focus version 2.0, qui rend le combat encore plus passionnant

 

En plus de scanner instantanément la zone autour d’Aloy et de révéler les prises d’escalade (mais aussi les objets intéressants pour l’artisanat), Focus permet désormais une analyse plus poussée des machines. Dans Ouest interdit, vous pouvez rapidement vous frayer un chemin autour des points faibles des monstres et même les verrouiller un par un, afin de ne pas les perdre de vue dans le feu de l’action. C’est pratique si vous voulez garder un œil sur une réaction en chaîne ou le déclenchement d’une arme. L’ensemble invite encore plus à se préparer au combat et à garder un œil sur les créatures. Pour ceux qui ne sont pas familiers avec Focus, cela permet à Aloy d’obtenir beaucoup d’informations sur de nombreuses choses grâce à la réalité augmentée.

Mais, comme on dit, la meilleure défense est une bonne attaque : Horizon Forbidden West améliore définitivement vos chances de vaincre les machines. Tout d’abord grâce à de nouvelles armes – nous n’aurions pas dit non à un peu plus de choix – mais surtout parce que tout l’arsenal peut désormais être utilisé comme arme secondaire.

À terme, votre arc pourra, par exemple, tirer des flèches sur les ennemis en échange d’un peu d’endurance ou tirer un coup explosif dévastateur. Tout cela a été compilé dans un nouvel arbre de compétences bien plus complet que les précédents. Vous pouvez vous spécialiser dans l’une des six classes, l’attaque à la lance, l’attaque à l’arc, la pose de pièges, l’infiltration, la résistance ou le piratage étant vos préférées – ou vous pouvez les développer toutes en parallèle. Avec suffisamment d’expérience, vous pouvez même débloquer des ” éclats de bravoure “, sorte de gros bonus qui, selon la classe choisie, augmentent considérablement la puissance d’Aloy (attaques plus efficaces en mêlée, sur des pièces de machines, voire même devenir invisible). Après un gameplay interminable et extrêmement long, il sera même possible d’apprendre les six arbres de compétences pour devenir un pro en tout. Le jeu en vaut la chandelle car tout cela offre une réelle progression des compétences au fil de l’aventure, ce qui vous donne un coup de pouce extrêmement significatif en combat et rend le gameplay plus agréable. On pense notamment à l’amélioration du combat à la lance, qui s’enrichit en combos et chorégraphies. La cerise sur le gâteau est l’ajout d’établis, une nouvelle fonctionnalité permettant d’améliorer les armes et armures. En bref, le titre Guerrilla a tout ce qu’on peut désirer.

 

 

Cet Ouest est “à ne pas manquer” !

 

S’appuyant sur le premier épisode déjà excellent, Horizon Forbidden West a non seulement réussi à le surpasser mais a également atteint le sommet. Le jeu est une véritable réussite de la formule du studio Guerrilla Games et du genre “classique” du monde ouvert en général. Il est passionnant du début à la fin, avec un artwork somptueux, un monde éblouissant, mieux écrit et réalisé, une histoire captivante, sinueuse et engageante, et bien plus agréable en termes de combat et d’exploration.

Le jeu est presque sans faille à tous les égards, et vous pouvez voir l’incroyable attention portée aux détails à chaque instant. Qui plus est, Horizon Forbidden West se paie même le luxe de se comporter brillamment sur PS5, PS4 Pro et PS4 Fat grâce à un travail transgénérationnel exemplaire. On ne peut que regretter la fin un peu précipitée et le manque de nouveautés significatives et de bugs évoqués dans cet article. Cependant, rien ne vient gâcher la grande aventure qui nous attend dans ” l’ouest interdit “.

-BadSector-

Pro :

+ Un univers vibrant et somptueux.
+ Plus agréable découverte, histoire professionnelle.
+ Des combats passionnants, pleins d’adrénaline et tactiques.

Contra :

– Quelques bogues et autres problèmes techniques
– Une fin un peu précipitée
– L’absence de réelle nouveauté


Éditeur : Sony Interactive Entertainment

Développeur: Guerilla Games

Style : action-aventure en monde ouvert

Sortie: 18 février 2022

TEST - Cela fait cinq ans que PlayStation et Guerrilla nous ont offert le premier chapitre des aventures d'Aloy avec Horizon Zero Dawn. Ce jeu d'action-aventure en monde ouvert nous avait séduit par son univers immersif, malgré un design très classique, des graphismes quasi-impeccables et un gameplay en monde ouvert percutant. Pourtant, il n'a pas eu la tâche facile, car la comparaison avec Zelda Breath of the Wild, sorti par Nintendo quelques jours plus tard, signifiait une rude concurrence. Pour Forbidden West, l'objectif était " simple " : surpasser le premier jeu dans tous les domaines, à la fois sur…
Le jeu est presque sans faille à tous les égards, et vous pouvez voir l'incroyable attention portée aux détails à chaque instant. Qui plus est, Horizon Forbidden West se paie même le luxe de se comporter brillamment sur PS5, PS4 Pro et PS4 Fat grâce à un travail transgénérationnel exemplaire. On ne peut que regretter la fin un peu précipitée et le manque de nouveautés significatives et de bugs évoqués dans cet article. Cependant, rien ne vient gâcher la grande aventure qui nous attend dans " l'ouest interdit ".

Horizon Forbidden West

Jouabilité - 9.8
Graphismes - 10
Histoire - 9.5
Musique/Sons - 9.4
Ambiance - 9.6

9.7

CHEF-D'ŒUVRE

Le jeu est presque sans faille à tous les égards, et vous pouvez voir l'incroyable attention portée aux détails à chaque instant. Qui plus est, Horizon Forbidden West se paie même le luxe de se comporter brillamment sur PS5, PS4 Pro et PS4 Fat grâce à un travail transgénérationnel exemplaire. On ne peut que regretter la fin un peu précipitée et le manque de nouveautés significatives et de bugs évoqués dans cet article. Cependant, rien ne vient gâcher la grande aventure qui nous attend dans " l'ouest interdit ".

User Rating: Be the first one !

Spread the love

No comments

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.