Menu

Dying Light 2 Stay Human – Il sera difficile de rester humain dans ce monde inhumain

TEST – Le premier Dying Light a presque complètement réinventé les jeux de zombies : en plus d’explorer un monde complètement ouvert, nous avons pu utiliser de nouvelles options de parkour que nous n’avions pas vraiment vues dans les titres de zombies auparavant. Sept ans et d’innombrables retards plus tard, le développeur Techland a enfin livré une suite. Cela valait-il la peine d’attendre et le jeu a-t-il vraiment révolutionné la première partie ?

 

 

Le fait que Dying Light 2 Stay Human soit terminé tient du miracle. Le jeu est dans l’enfer du développement depuis si longtemps que j’en suis venu à croire, ironiquement, qu’il va éteindre cette lumière vacillante et “mourante” de la même manière que Dead Island 2 l’a fait. Aujourd’hui, presque six ans après Dying Light, Dying Light 2 Stay Human n’a pas seulement vu la lumière, il est sorti. Et si le principal nouveau point focal – l’histoire – est tombé à plat, beaucoup d’autres choses dans Dying Light 2 ont été très bien faites.

 

 

Jamais sans ma sœur !

 

Dying Light 2 se déroule quelque temps après les événements du jeu original. Vous incarnez Aiden, un survivant infecté dans un monde infecté par une nouvelle version du virus du jeu original. Aiden a de la chance – il a une sorte de résistance au virus – ce qui lui permet de rester humain dans les bonnes circonstances. Tout au long du jeu, nous le contrôlons alors qu’il part à la recherche de sa sœur dans une “ville” étrangement non spécifique, tout en faisant la lumière sur des événements de son passé qui peuvent expliquer son immunité. C’est une histoire beaucoup plus personnelle que ne l’a jamais été Dying Light, mais une telle histoire nécessiterait une narration beaucoup plus soignée.

Le problème, c’est que l’intrigue générale de Dying Light 2 n’est tout simplement pas intéressante. Je me suis très souvent demandé si je me souciais de la quête personnelle d’Aiden pour retrouver sa sœur. C’est dommage, étant donné que c’est le domaine le plus important que le jeu a essayé d’améliorer par rapport au premier volet, mais malheureusement, il n’y est pas parvenu. Techland a souligné dans un document promotionnel la quantité de dialogues dans ce jeu, sans doute pour illustrer à quel point ils prennent l’histoire au sérieux. Mais étant donné les méandres de l’intrigue, je n’ai pas vu l’intérêt de la quantité incessante de verbiage cliché.

 

 

Parkour avec grappin, parapente

 

À l’instar de Dying Light, l’intrigue clichée et médiocre est compensée par un gameplay unique, extrêmement bien rythmé, qui est le plus fort que le développeur ait jamais sorti. Dying Light 2 est essentiellement un jeu à la première personne, en monde ouvert. La différence fondamentale entre Dying Light et ses contemporains est la mécanique de parkour, qui s’adapte parfaitement au système de poursuite des zombies. Grâce au moteur de Dying Light, Aiden peut courir, sauter et grimper sur presque toutes les surfaces du monde du jeu. Pour le Dying Light original, cet aspect était encore plus soigné, il n’y a donc aucune raison de se plaindre dans ce domaine.

Dying Light 2 remplace également la ville de Harran et sa campagne environnante par un lieu entièrement nouveau, “The City”, un lieu européen non spécifique divisé en deux régions différentes. La première région semble être similaire à Harran dans le premier Dying Light. La deuxième région est beaucoup plus unique et ressemble davantage à une véritable ville – les grands gratte-ciel et autres bâtiments métropolitains créent une véritable jungle de béton où l’univers post-apocalyptique de Dying Light 2 trouve vraiment sa place.

Des outils comme le grappin et la lampe UV sont de retour des jeux précédents, mais il y a aussi un tout nouvel outil de transport : le parapente. Parfaitement adapté à ce nouvel environnement, il vous permet de voler de bâtiment en bâtiment en utilisant les courants de vent. La combinaison du parapente et de la mécanique de parkour vous donne une grande flexibilité pour accéder aux lieux, ce qui améliore encore la mécanique de transport déjà excellente de Dying Light 2.

 

 

Une lutte acharnée pour la survie

 

Le combat a également été affiné pour le rendre plus agréable. Les armes n’étant plus abondantes, la plupart des actions se limitent à des arcs rudimentaires et à des armes de mêlée artisanales. Il est possible de fabriquer des fusils à usage unique, mais le plus courant reste le combat de mêlée, souvent sanglant, contre les zombies et les humains. Le combat dans Dying Light 2 est peut-être un peu primitif, mais il reste extrêmement plaisant : vous ne vous lasserez jamais de faucher l’ennemi avec une variété d’outils d’abattage.

Les armes ne sont pas éternelles, bien sûr, et elles se briseront tôt ou tard à force d’être utilisées, mais les ressources sont si abondantes que nous ne sommes jamais désarmés. Cependant, l’information précédemment évoquée est vraie : les armes de Dying Light 2 ne peuvent pas être réparées – ne vous accrochez donc à rien.

Les armes peuvent être améliorées par des modifications tirées de Dying Light, qui leur confèrent des dégâts supplémentaires : feu, poison, foudre, gel, etc. Ce n’est pas très réaliste, mais au moins cela rappelle les affrontements extrêmes de Dead Island et de Dying Light.

 

 

Il y a tant à faire ici !

 

Dans un monde ouvert aussi vaste, avec autant de missions et de choses à faire, il est presque inévitable que la qualité des missions varie énormément. Les quêtes principales sont pleines de moments de jeu excitants, intéressants et tendus, bien que le dernier acte soit devenu assez fastidieux et que j’aie eu l’impression que j’aurais dû le terminer quelques batailles plus tôt. De même, bien que de nombreuses missions annexes soient proposées, elles sont souvent d’une qualité équivalente à celle des missions principales, certaines tâches ou intrigues associées semblant idiotes ou non adaptées à une apocalypse zombie.

Outre les missions, il y a également de quoi s’occuper en ville. Bien qu’ils puissent sembler un peu dépassés, éparpillés sur la carte, la variété de l’offre sauve vraiment la mise. Par exemple, il existe des puzzles d’escalade sous forme de tours de radio, de châteaux d’eau et de moulins à vent. Ces derniers sont en fait liés à l’élément de squat de la partie précédente, ou de Far Cry ou d’autres titres similaires à monde ouvert, avec le bonus supplémentaire qu’ici vous ne pouvez accéder auxdits bâtiments que de manière délicate. Pour être honnête, je n’ai apprécié que les quelques premiers, et quand j’en suis arrivé à beaucoup d’entre eux, ils m’ont fait perdre du temps.

Cependant, je dois aussi admettre que je n’ai jamais vu un jeu à monde ouvert qui récompense le joueur à ce point en changeant le monde dans lequel il s’aventure, et bien que cela n’ait pas les conséquences profondes que l’on pourrait attendre au niveau de l’histoire, du point de vue du gameplay, c’est une touche agréable de pouvoir façonner la ville pour qu’elle corresponde le mieux possible à votre propre style de jeu.

Dans le jeu original, le cycle jour-nuit était à la fois unique et intégré au jeu, il semble donc normal qu’il soit développé davantage ici. Alors qu’auparavant, vous deviez vous réfugier dans une maison sécurisée dès les premiers signes de la nuit, Dying Light 2 fait un sérieux effort pour vous encourager à rester dehors. Les poursuites elles-mêmes sont maintenant échelonnées de manière similaire aux niveaux de poursuite en voiture de Grand Theft Auto, afin que vous sachiez mieux quand vous devez vous échapper. Les nouveaux sites intérieurs sont également plus faciles à explorer la nuit, car les infectés seront dans les rues la nuit, et non dans les rues. Enfin, certaines missions ne peuvent être accomplies que la nuit.

Si j’ai apprécié les nuits de Dying Light, il n’y avait guère de raison de rester trop longtemps lorsque le soleil se couchait et que les zombies devenaient plus agressifs. Dying Light 2 résout très bien ce problème.

Malgré cela, il y a encore des choses que Dying Light 2 ne fait pas bien. J’ai déjà expliqué en détail à quel point l’histoire est formelle, mais le système de dialogue est encore plus décevant. Bien qu’il y ait typiquement une variété de façons de répondre pendant le dialogue, il n’y a pas de différence significative dans les conséquences. Typiquement, les décisions difficiles bifurquent rarement trop, et nous obtenons souvent des réponses qui peuvent presque toujours être réduites à “c’est extrêmement ennuyeux pour moi, mais je comprends pourquoi vous l’avez fait !” de la part de nos interlocuteurs, et l’histoire continue juste dans la veine attendue. Je comprends que l’équipe de développement avait un peu les mains liées, ce qu’ils essayaient de faire ici, mais je trouve que la façon dont l’histoire “se ramifie dans plusieurs directions à la suite de nos décisions” est manifestement incohérente et aussi un stratagème marketing solide mais sans signification. C’est ce qu’on appelle pudiquement la “cécité paysanne”.

 

 

Le moteur “chrome” se comporte bien sur PS5

 

Il est maintenant temps de dire quelques mots sur les graphismes et les performances du moteur Chrome Engine développé en interne, qui fonctionne plutôt bien sur la PS5. Le temps de chargement initial est le plus long, avec un temps d’attente d’environ 30 secondes ou plus. Cependant, le respawn après la mort ne prend que quelques secondes, et bien sûr il n’y a pas d’autres écrans de chargement, puisque le jeu est à la première personne et en monde ouvert. Vous avez le choix entre trois options graphiques.

La qualité active le ray tracing et vise un certain niveau de résolution 4K avec la mise à l’échelle, bien que ce mode tourne à la fréquence d’images la plus faible. Dans ce mode, le jeu est aussi beau qu’il peut l’être, sans être tout à fait phénoménal pour une console de nouvelle génération. L’option de résolution supprime le ray tracing et effectue toujours un rendu à une résolution de 4K ou presque, et à une fréquence d’images plus rapide. Ce mode montre un peu plus de détails (surtout pour ceux qui ont des téléviseurs 4K), mais les graphiques sont un cran en dessous dans les effets.

Enfin, le mode Power élimine tous les artifices de texture et d’éclairage pour rendre le jeu à une fréquence d’images beaucoup plus élevée. Il en résulte une expérience de jeu plus continue, mais ceux qui jouent sur des appareils 4K peuvent trouver les visuels insuffisants.

Le travail sur le son et la musique dans Dying Light 2 est assez juste : les grondements sinistres des morts-vivants ne cessent presque jamais lorsque vous courez et marchez dans la ville, entrecoupés par les sons de la faune lointaine, les hurlements et les cris terrifiants mais souvent quelque peu agaçants des victimes humaines, et les bagarres des habitants dans les bases sécurisées. La musique du jeu est également relativement atmosphérique, bien que je préfère la première partie.

Enfin, pour ce qui est du doublage, il est amusant de constater que la voix d’Aiden – tout comme celle du personnage principal du premier épisode – ressemble exactement à celle de Troy Baker, alors que cette fois, on n’entend pas l’acteur déjà très occupé…

 

 

Le monstre le plus effrayant : le bug

 

Malheureusement, je dois mentionner un autre élément qui a influencé négativement ma note, à savoir les divers bugs. Il s’agit de bogues relativement acceptables, mais aussi de bogues qui ont été laissés dans le jeu de manière scandaleuse et bâclée et qui auraient dû être éliminés avant la sortie. La première catégorie comprend divers bogues graphiques : des textures qui clignotent étrangement au chargement ou même dans le jeu, de l’eau dessinée de manière très négligée, etc. Ces bugs ne sont pas très nombreux, mais juste assez pour les mentionner.

Les bogues de la mission principale sont beaucoup plus graves, car ils sont presque de nature à briser le jeu. Plus précisément, le fait que certaines missions ne sont pas rafraîchies lorsqu’elles sont terminées, ce qui fait que le jeu se poursuit comme si elles n’avaient jamais eu lieu. Si je ne trouve pas la force de recharger le jeu et d’accomplir à nouveau les missions, je ne progresse tout simplement pas plus loin dans le jeu, car, encore une fois, il s’agit de missions essentielles. Je dois ajouter qu’il est toujours extrêmement ennuyeux de devoir refaire une mission ou de tuer un boss à nouveau parce que le jeu est bogué.

 

 

Est-ce une “lumière dans la nuit” ou non ?

 

Dying Light 2 est sans aucun doute un pas en avant par rapport au premier volet, tout aussi excellent à bien des égards, tout en restant très agréable avec beaucoup de parkour, de combats et d’exploration de vastes villes dans cette apocalypse zombie. Malheureusement, le résultat final n’est pas non plus irréprochable : l’histoire principale est clichée et plutôt inintéressante, et l’abondance de bugs nuit également à l’expérience. Néanmoins, si vous avez aimé le premier volet ou si vous aimez les jeux de zombies, le dernier jeu monstrueux de Techland est à ne pas manquer.

-BadSector-

Pro :

+ Un monde ouvert riche, vaste et connecté
+ Amélioration du parkour avec de nouveaux extras (planeurs)
+ Visuels globalement corrects

Contre :

– Une histoire principale très médi médi médiocre et un protagon protagoniste sans intérêt
– Graphiques et autres bugs de mission plus flagrants
– Une intelligence artificielle médiocre


Éditeur : Techland

Développeur :  Techland

Genres : action-aventure, zombiparkour

Publication :  4 février 2022

TEST - Le premier Dying Light a presque complètement réinventé les jeux de zombies : en plus d'explorer un monde complètement ouvert, nous avons pu utiliser de nouvelles options de parkour que nous n'avions pas vraiment vues dans les titres de zombies auparavant. Sept ans et d'innombrables retards plus tard, le développeur Techland a enfin livré une suite. Cela valait-il la peine d'attendre et le jeu a-t-il vraiment révolutionné la première partie ?     Le fait que Dying Light 2 Stay Human soit terminé tient du miracle. Le jeu est dans l'enfer du développement depuis si longtemps que j'en…
Dying Light 2 est sans aucun doute un pas en avant par rapport au premier volet, tout aussi excellent à bien des égards, tout en restant très agréable avec beaucoup de parkour, de combats et d'exploration de vastes villes dans cette apocalypse zombie. Malheureusement, le résultat final n'est pas non plus irréprochable : l'histoire principale est clichée et plutôt inintéressante, et l'abondance de bugs nuit également à l'expérience. Néanmoins, si vous avez aimé le premier volet ou si vous aimez les jeux de zombies, le dernier jeu monstrueux de Techland est à ne pas manquer.

Dying Light 2 Stay Human

Jouabilité - 7.2
Graphismes - 7.8
Histoire - 6.8
Musique/Sons - 7.4
Ambiance - 7.5

7.3

BON

Dying Light 2 est sans aucun doute un pas en avant par rapport au premier volet, tout aussi excellent à bien des égards, tout en restant très agréable avec beaucoup de parkour, de combats et d'exploration de vastes villes dans cette apocalypse zombie. Malheureusement, le résultat final n'est pas non plus irréprochable : l'histoire principale est clichée et plutôt inintéressante, et l'abondance de bugs nuit également à l'expérience. Néanmoins, si vous avez aimé le premier volet ou si vous aimez les jeux de zombies, le dernier jeu monstrueux de Techland est à ne pas manquer.

User Rating: Be the first one !

Spread the love

No comments

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.