Menu

“Hasta la vista, baby !” – Classement des dix meilleurs films d’Arnold Schwarzenegger

AVIS – Arnold Schwarzenegger ne mentait pas quand il a dit tant de fois qu’il reviendrait. “Get tu da choppa !” parce que ce sont les meilleurs films d’Arnold.

 

 

On peut dire ce qu’on veut des talents d’acteur d’Arnold Schwarzenegger, mais il a été choisi par les meilleurs réalisateurs dans des superproductions influentes. Par exemple, la relation de travail d’Arnold avec James Cameron l’a vu collaborer sur trois films (les deux premiers Terminator et True Lies). Ils ont créé quelques-uns des meilleurs films jamais vus dans le genre de l’action de science-fiction. Le rôle de la machine à tuer sans émotion pourrait-il être joué par quelqu’un d’autre, du moins avec une telle authenticité ? De même, le Predator lui-même serait-il aussi mortel s’il ne se tenait pas si haut face à un homme aussi robuste que Schwarzenegger ? Probablement pas.

Arnold Schwarzenegger est un exemple de réussite. Tout ce que l’homme voulait, il l’a réalisé et l’a maîtrisé au plus haut niveau. Fascinant en politique et véritable exemple du rêve américain, Arnold Schwarzenegger est devenu, dans les années 2000, le gouverneur de pas moins d’un État américain entier.

Il est intéressant de voir un Arnold plus mature et plus sage à l’écran et en dehors, en regardant en arrière et en comparant Schwarzenegger à ses rôles des années 80. Avec son retour à la scène après un mandat de 2003 à 2011, nous avons peut-être vu moins de classiques, mais nous avons vu une version plus âgée et plus réfléchie de l’automate humain musclé et fortement accentué qu’il était à l’apogée des années 80. Ce véritable macho du cinéma d’action a un jour comparé l’haltérophilie à la sensation d’orgasme, mais il avait aussi l’ambition de jouer dans les films d’art psychologique du cinéaste suédois Ingmar Bergman. Voici donc les meilleurs films d’Arnold Schwarzenegger, classés par ordre d’importance.

 

 

  1. Maggie (2015)

 

C’est un film vraiment inhabituel. Lorsque Maggie, surnommé Schwarzenegger Vs Zombies, a été annoncé pour la première fois, la plupart des fans ont supposé qu’il s’agirait d’une sorte de film d’horreur sanglant des années 80, plutôt dans la veine de l’apparition de McBain dans Les Simpsons. Maggie, cependant, s’est avéré être une méditation sentimentale sur le deuil et le lien père-fille, étonnamment touchante et réelle. Depuis qu’Arnie est revenu au cinéma, ses films reflètent un acteur plus réfléchi, prêt à se fier à ses émotions et à poser sa mitraillette. Ce film est peut-être un peu lent, et les fans de zombies purs et durs ne l’aimeront peut-être pas, mais il est définitivement recommandé.

 

 

  1. Commando (1985)

 

Sans doute le film le plus stupide de cette liste, Commandos bat toujours l’intrigue de Taken, réalisé seulement 20 ans plus tôt. Arnold joue le rôle d’un homme nommé John Matrix ( !), et lors de son voyage de guerre pour sauver sa fille, il tue les personnes qui l’ont kidnappée. Il est ridicule de constater à quel point ce film est gonflé, et Schwarzenegger semble aussi énorme. C’est un témoignage du choix de carrière intelligent d’Arnold Schwarzenegger que, contrairement aux autres films de cette liste, c’est vraiment le seul film d’action véritablement sanglant. En particulier, nous assistons à des assassinats brutalement mortels dans la scène de la cabane à outils. Le réalisateur Mark Lester, s’adressant au magazine Empire, a déclaré ceci à propos du nombre “scandaleux” de morts à l’écran :

“C’était comme si on disait : ‘Apportez-moi plus de cadavres’. De nombreux cascadeurs étaient réutilisés – ils mettaient toujours de nouveaux costumes, moustaches et cheveux. Le même gars pouvait jouer jusqu’à quatre rôles. ”

 

 

  1. La Fin des temps (1999)

 

Devenu un véritable mouton noir, La Fin des temps est loin de recevoir l’amour qu’il mérite, même s’il oppose Arnold à Satan lui-même. Il s’agit d’un hybride d’horreur et d’action dans lequel Schwarzenegger défend une femme à la veille du millénaire et qui joue beaucoup sur les thèmes de l’occulte, de la religion et du culte de Satan. L’histoire va même jusqu’à faire jouer à Schwarzenegger le rôle d’un alcoolique brisé en deuil, opposé au Satan manipulateur et séducteur de Gabriel Byrne, l’une des représentations les plus charismatiques et maléfiques de Lucifer jamais réalisées sur grand écran.

 

 

  1. Running Man (1987)

 

Si vous pouvez pardonner les costumes de pyjama chromés de mauvais goût, ce film de science-fiction devient très amusant, avec une ambiance de jeu vidéo d’arcade. Basé sur une nouvelle (sensiblement différente) de Stephen King, les éléments d’action reprennent lorsque Arnold est emprisonné à tort et doit se battre pour sortir de prison contre les monstres experts envoyés pour l’arrêter. The Running Man parodie l’obsession du monde pour la télé-réalité sous couvert d’action/sci-fi sanglante (la spécialité de Schwarzenegger), en la poussant à l’extrême jusqu’à ce que les gens soient heureux de regarder la mort comme si c’était un numéro de loterie. Ce genre d’idée a été repris à maintes reprises depuis (Black Mirror, Gamer, The Hunger Games), mais ce film est vraiment le premier, avec Richard Dawson dans le rôle de l’animateur parfaitement écrasé. Un remake réalisé par Edgar Wright est également en préparation, si tout est vrai, ce qui semble incroyablement bon.

 

 

  1. Last Action Hero (1993)

 

Ce film a été injustement perdu dans la masse. Le film pré-Scream de Wes Craven, The Last Action Hero, mettait en scène la plus grande star du monde dans le rôle d’un personnage fictif qui s’était glissé dans le monde réel. Le film a été un énorme échec à sa sortie, recevant de mauvaises critiques et ne rapportant que des recettes modestes au box-office. Last Action Hero n’a fait que s’améliorer avec l’âge, les films d’action restant agressivement stupides.

Last Action Hero – à l’écran et en dehors – est un véritable film d’action qui devrait être célébré pour son ridicule. Avec ses énormes décors, ses références à des classiques, une chanson originale d’AC/DC, des personnages étonnants (Charles Dance est un méchant anglais diabolique et Danny DeVito fait la voix d’un chat animé), ce film se moque d’Hollywood, alors qu’il n’existe que grâce à lui. Dans une déclaration à Yahoo, les scénaristes originaux ont fait remarquer qu’ils parlaient d’une période tumultueuse dans les coulisses, et ils mentionnent littéralement sept scénaristes différents qui ont travaillé sur le projet.

 

 

  1. Conan le barbare (1982)

 

Dans ce film d’action écrit et réalisé par le grand John Milius (aujourd’hui scénariste d’Apocalypse), Arnold incarnait le personnage-titre Conan le Barbare dans cette histoire fantastique d’épées, de religion et de sandales. James Earl Jones jouait l’ennemi juré de Conan dans ce qui est devenu un grand classique, et ressemblait à bien des égards aux premiers films de Sinbad, Arnold combattant des serpents géants, tailladant tout le monde et coupant des têtes pour le plaisir. Comme toujours, l’énorme stature de Schwarzenegger à l’écran le rend véritablement crédible en tant qu’homme capable de gagner n’importe quelle bataille fantastique, même à lui tout seul. Conan le Barbare est un film hollywoodien pur et dur, parfait dans chaque image, un classique de l’heroic fantasy.

 

 

  1. Total Recall (1990)

 

Étrangement, surtout connu aujourd’hui pour sa scène du “mutant à trois seins”, Total Recall a été une collaboration fantastique pour Schwarzenegger et le réalisateur Paul Verhoeven (Starship Troopers). Après tout, sa star de l’action était dirigée par une légende connue pour sa science-fiction sanguinaire. Basé sur une nouvelle de Phillip K Dick, Schwarzenegger joue le rôle d’un homme à la mémoire défaillante qui est propulsé dans une zone de guerre sur Mars. Mais qu’est-ce qui est un rêve et qu’est-ce qui ne l’est pas ? Total Recall traite de la transition entre les années 80 et les années 90 et met en scène un réalisateur et un acteur au sommet de leur art. C’est du pur pop-corn hollywoodien, qui reste fascinant à regarder aujourd’hui. Il est intéressant de noter qu’Arnold a été envisagé à un moment donné pour un rôle dans le Robocop de Verhoeven. Cependant, il semble que sa carrure trop volumineuse et ses lèvres peu attrayantes l’aient finalement écarté au profit de Peter Weller.

 

 

  1. Predator (1987)

 

Predator renverse l’histoire des super-soldats, les réduisant à de simples cibles alors qu’un ennemi invisible et plus avancé traque l’équipe du commando en territoire inconnu. Le fait qu’un film aussi fantastique que Predator n’arrive “que” troisième sur la liste des meilleurs films d’Arnold Schwarzenegger témoigne de la carrière du grand homme.

Predator est un vrai film d’action des années 80, gorgé de sang, avec une intrigue serrée et des préquelles spectaculaires. Predator a donné au monde l’un des extraterrestres les plus cool du cinéma moderne avec ses attaques furtives et soudaines. Le mérite du scénariste Shane Black (également crédité comme l’auteur de The Last Action Hero) est d’avoir fait de ce film un tel buffet musculaire colossal de désespoir et de terreur. Arnie, qui mesure 1,80 m, semble minuscule comparé à ce chasseur assoiffé de sang lors de la confrontation finale.

 

 

  1. The Terminator (1984)

 

Terminator est le chef-d’œuvre d’horreur/sci-fi du no man’s land de James Cameron (qui sortait de Piranha 2 à l’époque). Terminator a montré ce que signifiait la véritable détermination d’un méchant, associée à un être plus rapide, plus fort, plus intelligent et (apparemment) impossible à tuer. The Terminator (et Arnold) est un film d’action-horreur de science-fiction sans faille. Les deux protagonistes humains, Sarah Connor (Linda Hamilton) et Kyle Reese (Michael Biehn) sont crédibles et désespérés face à la terreur du futur. Le final, dans lequel le “squelette” d’un androïde endommagé boitille sur une jambe à la poursuite de Sarah Connor, reste l’un des moments les plus effrayants de l’histoire du cinéma.

 

 

  1. Terminator 2: Judgment Day (1991)

 

T2 a en quelque sorte amélioré un film déjà spectaculaire grâce à ses effets d’avant-garde toujours aussi époustouflants. Bizarrement, comme les films Disney de ces derniers temps, il s’agit du premier film hollywoodien avant-gardiste à repositionner le principal méchant du film précédent en héros.

Terminator 2 : Le Jugement dernier fait monter les enchères de toutes les manières imaginables, avec une plus grande échelle, un plus gros budget et un adversaire aussi incroyablement mémorable que son prédécesseur. Chaque personnage a été amélioré. Avec une Sarah Connor coriace, qui a maintenant donné naissance à l’espoir de l’humanité future en la personne de John Connor (Edward Furlong), un androïde Arnold autrefois maléfique qui apprend à connaître l’humanité, et un nouveau méchant plus évolué et motivé par le seul but d’en finir avec eux tous, Terminator 2 est non seulement l’un des meilleurs films de Schwarzenegger, mais aussi l’un des meilleurs films de tous les temps. Il n’y a pas vraiment de scène qui puisse être distinguée ici, car chacune d’entre elles est un moment fort du cinéma. Terminator 2 est la suite parfaite, en fait, le film parfait.

-theGeek-

 

Spread the love

No comments

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.