Menu

Don’t Look Up : Déni cosmique – Outre l’espace, la dernière frontière est la fin de la stupidité humaine

REVUE DE FILM – Depuis l’espace, un astéroïde géant se précipite vers nous à une vitesse vertigineuse, et sa collision avec la Terre pourrait détruire toute vie sur notre planète. Deux scientifiques (Leonardo DiCaprio et Jennifer Lawrence) tentent de mettre en garde des politiciens assoiffés de pouvoir, des médias qui sont de véritables putes d’audience et une humanité abrutie par tout cela et les médias sociaux, mais bien sûr, personne ne s’en soucie. La satire cinglante d’Adam McKay sur le réchauffement climatique frappe également là où ça fait le plus mal.

 

 

C’est la fin du monde, mais tout le monde s’en fiche. Sur la base des preuves presque irréfutables de la disparition de l’humanité, les humains ont eu le temps de l’éviter, mais les avertissements désespérés des scientifiques et des experts ont été volontairement ignorés et agressivement mal interprétés. Les gens ne sont guère d’accord avec les experts, les scientifiques ou le gouvernement (quand il s’en soucie enfin), même lorsque l’extinction imminente de la race humaine est inévitable. Que nous est-il arrivé ? Comment en sommes-nous arrivés là ?

S’agit-il d’un compte rendu réel de l’état du changement climatique ou d’un synopsis pour le nouveau film Don’t Look Up ? C’est la question que le réalisateur Adam McKay veut poser au public. McKay utilise la découverte fictive d’une comète imminente et meurtrière pour la planète et son voyage de six mois vers la Terre comme allégorie de la situation politique et écologique actuelle. Bien que l’exécution du film ne soit pas à la hauteur de l’excellent concept à tous égards, il s’agit néanmoins d’une excellente satire assassine de l’humanité tout entière.

 

 

Tout le monde s’en fout

 

Le film suit deux scientifiques du Michigan, interprétés par Leonardo DiCaprio et Jennifer Lawrence, dont le dernier découvre une comète apocalyptique qui a presque 100% de chances de détruire la Terre. Ils se lancent dans une longue et désespérée tentative pour que tout le monde s’en soucie, du gouvernement et de son président à l’image de Trump (joué par une Meryl Streep somptueuse mais merveilleusement déformée) aux médias condescendants.

D’innombrables stars remplissent des rôles largement insignifiants dans la mission frustrante et incohérente des scientifiques. Jonah Hill improvise dans quelques scènes en tant que fils et chef de cabinet de Meryl Streep, Tyler Perry apparaît comme une grande caricature d’animateur de talk-show, Arianna Grande a une pirouette latérale complètement inutile et un moment musical avec Kid Cudi, Melanie Lynskey DiCaprio joue le rôle de Timothee Chalomet, l’épouse de DiCaprio, un religieux, en tant que jeune hippie religieux et joueur, montrant que Dune peut jouer un personnage complètement différent de Paul Atreides, tandis que Chris Evans, célèbre pour son Captain America, n’est qu’un camée comique, et le par ailleurs brillant Ron Perlman est un peu exagéré en tant qu’astronaute politiquement incorrect.

 

 

Blanchett et Rylance sont incroyables

 

Lorsqu’un film est rempli de tant de stars, il est difficile pour l’une d’entre elles de briller. Cate Blanchett et Mark Rylance, cependant, sont incroyables dans des rôles très spécifiques et excentriques. Blanchett est l’autre co-présentatrice d’un talk-show trop zélé et insouciant qui entame une liaison avec le “scientifique sexy” DiCaprio. Elle est parfaite dans chaque scène, qu’elle parle du nombre de présidents des États-Unis avec lesquels elle a couché, qu’elle se languit du scientifique têtu du Midwest ou qu’elle adopte son attitude comique et cynique envers le monde. Et Rylance livre l’une de ses meilleures performances de l’année dans le rôle du géant de la technologie extrêmement charismatique qui est à la fois Mister Rogers, Steve Jobs et Joe Biden. C’est un petit rôle mais vraiment unique et magistral pour l’acteur oscarisé.

L’humour du film est plus sophistiqué et plus acerbe, malgré la configuration légèrement Mars Attacks !, même si, peut-être à cause de cela, il est souvent moins drôle et le ton devient plus tragique à partir de la deuxième moitié du film. Il y a tout de même quelques blagues incroyablement bien placées, comme celle d’un général du Pentagone qui demande aux gens des collations gratuites à la Maison Blanche. Néanmoins, le genre du film est davantage une satire cruelle et pertinente de l’humanité qu’une comédie cinématographique. Il convient toutefois de noter que McKay n’a apparemment aucun intérêt à réaliser le film avec l’énergie comique qu’il sait si bien déployer d’habitude.

Il est également typique que si le film n’est pas drôle, il n’est pas non plus particulièrement dramatique. Il y a un peu trop d’intrigues secondaires, de personnages et d’impasses narratives, ce qui nuit quelque peu à la montée de la tension ou à l’investissement émotionnel. Le film ne se prend pas suffisamment au sérieux pour être dramatique, mais son sujet n’est guère drôle. McKay a un excellent don pour combiner la comédie et le drame, mais ici il est moins performant dans cette partie.

 

 

“La fin du monde peut attendre”

 

Cela ne veut pas dire que le film est un échec, en fait, à bien des égards, c’est un succès. La prémisse est ingénieuse, permettant à McKay de disséquer le moment présent à travers son scénario fictif. Le réalisateur est clairement en colère et frustré que le monde continue d’ignorer, de se chamailler ou d’attaquer les experts et les scientifiques sur un certain nombre de questions clés du moment, du coronavirus au changement climatique, et le canalise à travers certains de ses personnages.

Savez-vous combien de réunions sur la “fin du monde” nous avons eues au fil des ans ? demande le président aux scientifiques avec dérision, avant de leur dire d'”attendre et voir”, alors que la comète est sur le point de frapper. Quelqu’un dans les médias rapporte que “des milliardaires juifs ont inventé cette comète pour que le gouvernement puisse nous priver de notre liberté”, faisant écho aux déclarations réelles de théoriciens de la conspiration comme Marjorie Taylor Greene. “Calmez-vous”, dit un animateur de talk-show alors que les scientifiques s’apprêtent à présenter au monde leurs conclusions sur la destruction de la planète. “La tristesse est mauvaise”, dit le milliardaire de la technologie à la foule. Manifestement, personne ne veut écouter les faits bouleversants concernant l’extinction imminente de l’humanité.

Le personnage de DiCaprio est pris dans cette folie, d’abord incrédule, puis aspiré par la culture de la célébrité qui l’entoure, jusqu’à ce qu’il se rende compte que personne ne fait rien pour empêcher l’apocalypse imminente. L’acteur est une fois de plus brillant, par exemple lorsqu’il prononce un réquisitoire cinglant qui correspond davantage à notre époque, où les gens n’arrivent pas à se mettre d’accord sur les vaccins, les masques, les catastrophes environnementales, la politique ou quoi que ce soit en général.

 

 

Un miroir croche pour les Américains

 

Le film de McKay est à la fois un réquisitoire pertinent et un miroir croustillant, souvent d’un humour cruel, de la société américaine. Il aurait peut-être été agréable d’étendre un peu l’univers du film en dehors des États-Unis, bien que les 2 heures 20 de film soient tout de même un peu longues – le film aurait pu faire passer son message en moins de temps. Cependant, le film évite le piège du didactisme, mais le juste équilibre et la pondération de la comédie et de la tragédie ne sont pas parfaits. Malgré tout, il aborde des questions qui nous concernent tous – et avec de grands acteurs.

-BadSector –

REVUE DE FILM - Depuis l'espace, un astéroïde géant se précipite vers nous à une vitesse vertigineuse, et sa collision avec la Terre pourrait détruire toute vie sur notre planète. Deux scientifiques (Leonardo DiCaprio et Jennifer Lawrence) tentent de mettre en garde des politiciens assoiffés de pouvoir, des médias qui sont de véritables putes d'audience et une humanité abrutie par tout cela et les médias sociaux, mais bien sûr, personne ne s'en soucie. La satire cinglante d'Adam McKay sur le réchauffement climatique frappe également là où ça fait le plus mal.     C'est la fin du monde, mais tout…
Le film de McKay est à la fois un réquisitoire pertinent et un miroir croustillant, souvent d'un humour cruel, de la société américaine. Il aurait peut-être été agréable d'étendre un peu l'univers du film en dehors des États-Unis, bien que les 2 heures 20 de film soient tout de même un peu longues - le film aurait pu faire passer son message en moins de temps. Cependant, le film évite le piège du didactisme, mais le juste équilibre et la pondération de la comédie et de la tragédie ne sont pas parfaits. Malgré tout, il aborde des questions qui nous concernent tous - et avec de grands acteurs.

Don't Look Up

Mise en scène - 8.1
Acteurs - 8.2
Histoire - 8.1
Visuels/Musique/Sons - 7.2
Ambiance - 7.8

7.9

EXCELLENT

Le film de McKay est à la fois un réquisitoire pertinent et un miroir croustillant, souvent d'un humour cruel, de la société américaine. Il aurait peut-être été agréable d'étendre un peu l'univers du film en dehors des États-Unis, bien que les 2 heures 20 de film soient tout de même un peu longues - le film aurait pu faire passer son message en moins de temps. Cependant, le film évite le piège du didactisme, mais le juste équilibre et la pondération de la comédie et de la tragédie ne sont pas parfaits. Malgré tout, il aborde des questions qui nous concernent tous - et avec de grands acteurs.

User Rating: Be the first one !

Spread the love

No comments

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

theGeek TV