Menu

Wolfenstein Cyberpilot – Une action VR très immersive mais courte

TEST – Avec l’esprit exclusivement sur la réalité virtuelle de la PS4 et PC, Bethesda et MachineGames créent une aventure subjective pleine d’activités extrêmement intenses avec Wolfenstein Cyberpilot… tant qu’elle dure.

 

Wolfenstein, une de mes sagas de tireurs subjectifs récents, est revenu avec deux offres distinctes. D’un côté, nous avons Wolfenstein: Youngblood et nous avons également reçu Wolfenstein Cyberpilot, une œuvre spécialement conçue pour les différents appareils de réalité virtuelle, même si je n’ai accès qu’à la version PSVR. C’est bien sûr une autre expérience purement FPS, mais son système de jeu est loin de ce qui a été intégré dans le Youngblood susmentionné.

Avant d’entrer dans la matière, son objectif est de situer l’action, car, comme dans chaque tranche de cette franchise, l’histoire a beaucoup d’intérêt et se raconte progressivement à mesure que nous dépassons les niveaux … et en espagnol parfait également.

L’action nous mène au début des années 80 et nous assumons le rôle de hackers. En tant que membres de la Résistance française face à la menace nazie, nous devons reprogrammer le code de trois machines différentes que la Résistance a volées aux troupes allemandes pour les contrôler ultérieurement sur le champ de bataille. Le scénario est bien écrit et nous fournit de nombreuses données sur ce qui se passe dans la capitale française mais également dans d’autres localités, mais il ya un problème: l’intrigue est trop éphémère pour pouvoir exploser et s’engager complètement. Et c’est parce que l’aventure ne dure que quelques heures, c’est précisément le principal inconvénient du titre.

Le travail à la pièce et la furtivité sont intenses mais très brefs

La première chose à faire dès l’intégration des rangs de la résistance est de connaître leurs installations. Son siège se compose de quatre étages principaux, chacun étant dédié à une fonction spécifique. Le sous-sol sert de hangar et c’est là que nous devons reprogrammer les trois machines. Au deuxième étage se trouve la salle de conférence et c’est l’endroit où nous recevons habituellement la plupart des informations relatives à la mission que nous devons concrétiser. Le troisième étage est la zone technologique et le quatrième est l’endroit où se trouve la cabine qui nous permet de contrôler les robots. Et comment pouvons-nous accéder à certaines plantes et d’autres? Eh bien, de manière simple: en actionnant le levier correspondant qui fait monter ou descendre en permanence le fauteuil sur lequel nous sommes assis.

Le système de jeu de Wolfenstein Cyberpilot est assez simple mais il a avant tout sa grâce, car avant chaque mission, nous devons effectuer une série de préparations qui donnent plus de substance à l’action. Reprogrammer les robots et pirater leurs codes dans le hangar, construire des armes en laboratoire ou s’exercer dans une zone d’entraînement. Les commandes de base des machines sont quelques-unes des tâches que nous devons effectuer avant de sortir en extérieur. Tous finissent par être une sorte de petits mini-jeux dans lesquels il est nécessaire de manipuler certains objets, ce qui nous permet de nous détendre un peu après l’action intense offerte par les niveaux eux-mêmes … en particulier ceux qui concernent deux des robots. que nous pouvons contrôler: le Panzerhund et la Zitadelle.

Le Panzerhund est une sorte de chien métallique capable à la fois de transporter des ennemis (ou de gros objets, voitures comprises) et de lancer des coups de feu par le museau. En ce qui concerne Zitadelle,  c’est une bête de plomb qui possède une résistance incroyable et une grande capacité offensive, et peut même lancer des missiles. Le développement des phases dans lesquelles nous contrôlons ces deux machines est très linéaire, il est nécessaire d’avancer dans des scénarios à petite échelle en éliminant tout rival mis au tir, il en existe une bonne variété: troupes nazies, robots mécaniques, véhicules de la guerre … Nous apprécions la liberté de mouvement pour aller d’un endroit à un autre, mais ceux qui sont plus sensibles au vertige doivent savoir que leur mouvement est plutôt lent et le fait que nous suivons toujours l’action de la cabine, tout est beaucoup adouci en ce sens.

Cependant, tout ce que je viens de mentionner change complètement lorsque nous devons manipuler le robot que j’aime le plus des trois modèles disponibles: le drone. Et parce que? Parce que l’action à la pièce fournie par les niveaux des deux machines précédentes laisse place à la furtivité, à l’exploration et au piratage final. Comme il s’agit d’un appareil beaucoup plus fragile et petit, il peut difficilement recevoir des chocs. Aller au sac et faire face aux nazis face à face n’a pas beaucoup de sens. Par ailleurs, nous pouvons utiliser sa grande mobilité et son camouflage pour se rendre rapidement d’un endroit à l’autre et rechercher des chemins alternatifs plus sûrs, tout en permettant de fulminer les adversaires que nous prenons au dépourvu avec leur arme principale.

Grâce à la présence du drone, le gameplay est assez équilibré et finit par être gratifiant, même si, à mon avis, les phases d’action finissent par être trop prévisibles au niveau generale. Mais le principal problème de Cyberpilot est celui que j’ai signalé au début de l’analyse: sa durée. En moins de deux heures (niveau de difficulté moyenne), il est possible de surmonter toutes les phases proposées par le titre, très peu. En plus rejouer le jeu n’a pas beaucoup de sense. Heureusement, c’est un jeu qui coûte moins de 20 euros, mais quand meme, je pense que l’ajout d’autres niveaux, et des modalités supplémentaires auraient été utiles pour une durée de vie plus longue pour cet aventure FPS intense et immersive.

Oui, car tout le reste fonctionne très bien, à commencer par la manipulation des trois robots du DualShock 4, un contrôle que j’ai trouvé très précis et qui ne pose guère de problèmes de détection.

C’est aussi un titre qui a des valeurs de production bien plus élevées que d’habitude dans ces types de productions … du moins celles qui composent le catalogue PSVR.

Ses valeurs de production sont bien plus élevées. La modélisation des robots est assez détaillée, l’apparition des adversaires est à un niveau similaire et les nombreux effets spéciaux ont été recréés avec un grand succès. Le niveau des graphismes d’environnements ouverts en décors intérieurs plus irrégulier: dans ces derniers sont plus détaillés.

Le son est également à un bon niveau, vraiment sensationnel, ainsi que les effets sonores tonitruants. Bien sûr, la bande-son passe plus inaperçue, mais n’est pas ennuyant non plus.

-theGeek-

Pro:

+ Valeurs de production assez élevées
+ Les phases de drones offrent une expérience différente
+ Graphismes superbes

Contre :

– Deux heures de jeu et peu de rejouabilité
– Les niveaux de Panzerhund et de Zitadelle sont trop linéaires en général
– Rien de particulièrement substantiel


Éditeur: Bethesda

Développeur: MachineGames

Genres: Puzzle aventure

Publication: 26 juillet 2019

TEST - Avec l’esprit exclusivement sur la réalité virtuelle de la PS4 et PC, Bethesda et MachineGames créent une aventure subjective pleine d’activités extrêmement intenses avec Wolfenstein Cyberpilot… tant qu’elle dure.   Wolfenstein, une de mes sagas de tireurs subjectifs récents, est revenu avec deux offres distinctes. D'un côté, nous avons Wolfenstein: Youngblood et nous avons également reçu Wolfenstein Cyberpilot, une œuvre spécialement conçue pour les différents appareils de réalité virtuelle, même si je n’ai accès qu’à la version PSVR. C'est bien sûr une autre expérience purement FPS, mais son système de jeu est loin de ce qui a été…
En soutien au lancement de Wolfenstein: Youngblood, Bethesda nous propose un jeu spécialement conçu pour la réalité virtuelle. Et la vérité est que c’est un titre un peu surprenant concernant le gameplay, mais plus que divertissant, ce qui nous permet de prendre le contrôle de trois machines très différentes les unes des autres, en particulier le drone. Par contre la durée de vie est tres courte: Wolfenstein Cyberpilot ne donne que deux heures de jeu et qu’en outre, il n’a rien de bien particulier à répéter, ce n’est donc pas une aventure très rejouable.

Wolfenstein Cyberpilot

Jouabilité - 5.8
Graphisme - 7.9
Durabilité - 3.8
Musique / audio - 7.4
Ambiance - 6.3

6.2

CORRECT

En soutien au lancement de Wolfenstein: Youngblood, Bethesda nous propose un jeu spécialement conçu pour la réalité virtuelle. Et la vérité est que c’est un titre un peu surprenant concernant le gameplay, mais plus que divertissant, ce qui nous permet de prendre le contrôle de trois machines très différentes les unes des autres, en particulier le drone. Par contre la durée de vie est tres courte: Wolfenstein Cyberpilot ne donne que deux heures de jeu et qu’en outre, il n’a rien de bien particulier à répéter, ce n’est donc pas une aventure très rejouable.

User Rating: Be the first one !

Spread the love

No comments

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.