Menu

Sunday Gold – Dimanche d’or

TEST – L’idée d’un jeu se déroulant dans une version cyberpunk de la Grande-Bretagne n’est pas mauvaise. Genre pointer-cliquer et puzzles, le tout dans un style d’action au tour par tour. C’est un mélange étrange, et le jeu est aussi en partie bizarre, car les trois anti-héros relèvent le défi dans une combinaison aussi inhabituelle. Malheureusement, l’étrangeté est également évidente dans le résultat : cela ressemble plus à un concept qu’à un jeu fini, prêt à être vendu sur Steam (ou n’importe quel magasin numérique).

 

 

Sunday Gold est un jeu d’aventure pointer-cliquer au tour par tour qui se déroule dans un avenir sombre et dystopique. Incarnez un trio hétéroclite de criminels pour traquer et révéler les sombres secrets d’une méga-société diabolique et du milliardaire malveillant qui se cache derrière. (Cette description concerne-t-elle Elon Musk ? D’après ce qu’il fait sur Twitter en ce moment…)

 

 

Vendredi

 

Il est intéressant de voir comment les deux genres (qui ne sont pas si proches l’un de l’autre) peuvent s’appuyer l’un sur l’autre si intelligemment car ce n’est pas comme si deux “demi-jeux” avaient été soudés ensemble par BKOM Studios. Les parties pointer-cliquer du jeu sont divisées en tours. Nos trois personnages (Frank, Sally et Gavin) interagissent avec les objets en utilisant leurs points d’action. Vous récupérez ces points en terminant votre tour ou en vous engageant dans un combat avec l’adversaire, qui peut augmenter le niveau d’alerte de la zone après avoir terminé son tour, ce qui complique légèrement les batailles à venir. Notre équipement, nos armes et nos objets sont déverrouillés au fur et à mesure que nous résolvons des énigmes, et une fois que vous entrez dans le style du jeu, ramasser plus de points d’action pendant le combat signifie que vous n’avez pas à passer plus de tours à résoudre des énigmes. Ne vous méprenez pas, aucun des éléments de gameplay n’est particulièrement complexe, mais il faut reconnaître que les deux parties s’emboîtent bien et se complètent. Les tactiques sont nécessaires et, dans une certaine mesure, valables.

Il y a toujours la possibilité de revenir sur les éléments laissés un peu plus loin au cas où vous vous retrouveriez dans une situation particulièrement tendue. L’histoire implique les tentatives du trio de faire connaître un milliardaire dans un conte anticapitaliste décemment écrit, mais cela ne change rien au fait qu’il s’agit principalement d’une histoire d’un centime. Il expose également les mêmes lacunes perçues dans le gameplay : superficiel. Il manque la profondeur qui sépare un jeu durable sorti tous les 2-3 ans, disons, d’un produit qui est joué une fois puis oublié en peu de temps. D’accord, Gavin a un mini-jeu de piratage (ils ont tous quelque chose !), mais cela seul ne rend pas le gameplay exceptionnel. C’est bien qu’il y ait des combats, mais les adversaires ont besoin de plus de coups pour les vaincre, tandis que le doublage devient répétitif et fastidieux en peu de temps. Peut-être que les énigmes elles-mêmes ne sont pas aussi délicates que ce que nous avons vu dans The Witness (si nous parlons d’énigmes, un exemple un peu inhabituel mais légitime convient ici…).

 

 

Samedi

 

Ce sera un peu source de division, mais le style visuel de Sunday Gold ne semble pas unilatéral. Pour être plus précis : tout le monde ne l’aimera pas car ce n’est pas un jeu qu’on peut rapidement qualifier d’excellent ou de mauvais. L’auteur de ce groupe de personnages, étant dans ce dernier camp, pense que le jeu a reçu un visuel enfantin, cousu, semblable à celui de Peppa Pig, qui a fourni aux personnages un style de bande dessinée en cel-shaded ( qui est même visible lors des attaques) avec une caractérisation exagérée. Pourtant, l’effet global ne semblait pas correct. Il essayait probablement d’imiter le jeu à succès Disco Elysium de ZA / UM, mais cela n’a pas réussi non plus.

L’atmosphère, cependant, l’a fait: le style de pub britannique combiné aux cambriolages et aux commentaires s’est avéré assez efficace, et tout cela a été associé à un concept légèrement plus audacieux et à tendance science-fiction dans le cadre. N’oublions pas la mécanique du stress : il faut surveiller combien quelqu’un a parce que si c’est trop haut, le pauvre commence à halluciner ou ne fait tout simplement pas ce qu’on lui demande. Cela peut également être nécessaire lorsque nous devons décider d’aller Rambo sur l’ennemi ou de le faufiler (ce qui rendra sûrement l’équipe nerveuse car cela provoque toujours des tensions). Cependant, ces deux facteurs sont tout aussi superficiels, c’est pourquoi ce n’est pas un problème majeur car nos décisions n’affectent qu’une petite partie de nos tâches, et nous devons surveiller l’heure. C’est étrange quand il y a des idées mais pas de substance derrière, mais malheureusement, Sunday Gold est tombé dans cette erreur dans plusieurs cas…

 

 

Dimanche… bronze

 

Sunday Gold obtient un six et demi sur dix pour cette raison : les idées sont bonnes, mais l’exécution l’empêche d’aller plus haut. La satire est agréable et le cadre est bon, sans parler du mélange des deux genres, mais tout semblait si superficiel et incomplet, et les visuels ne sont pas si bons non plus. Le scénario cliché ne l’a pas beaucoup aidé non plus pour permettre au jeu de recevoir au moins une note de sept sur dix. Si cela avait été un peu plus profond à tous égards, il ne fait aucun doute que la note aurait été une belle ronde de huit sur dix. Il est recommandé d’acheter le jeu à prix réduit au maximum si vous aimez Disco Elysium. Sinon, évitez-le.

-V-

Pro :

+ Combine parfaitement deux genres
+ Cosy
+ L’environnement

Contre :

– Très superficiel
– Histoire cliché
– Quelque chose n’a pas l’air bien…


Éditeur : Team17

Développeur : BKOM Studios

Style : pointer-cliquer/casse-tête/aventure au tour par tour

Sortie : 13 octobre 2022.

TEST - L'idée d'un jeu se déroulant dans une version cyberpunk de la Grande-Bretagne n'est pas mauvaise. Genre pointer-cliquer et puzzles, le tout dans un style d'action au tour par tour. C'est un mélange étrange, et le jeu est aussi en partie bizarre, car les trois anti-héros relèvent le défi dans une combinaison aussi inhabituelle. Malheureusement, l'étrangeté est également évidente dans le résultat : cela ressemble plus à un concept qu'à un jeu fini, prêt à être vendu sur Steam (ou n'importe quel magasin numérique).     Sunday Gold est un jeu d'aventure pointer-cliquer au tour par tour qui se…
Sunday Gold obtient un six et demi sur dix pour cette raison : les idées sont bonnes, mais l'exécution l'empêche d'aller plus haut. La satire est agréable et le cadre est bon, sans parler du mélange des deux genres, mais tout semblait si superficiel et incomplet, et les visuels ne sont pas si bons non plus. Le scénario cliché ne l'a pas beaucoup aidé non plus pour permettre au jeu de recevoir au moins une note de sept sur dix. Si cela avait été un peu plus profond à tous égards, il ne fait aucun doute que la note aurait été une belle ronde de huit sur dix. Il est recommandé d'acheter le jeu à prix réduit au maximum si vous aimez Disco Elysium. Sinon, évitez-le.

Sunday Gold

Jouabilité - 7.8
Graphismes - 6.2
Histoire - 5.1
Musique/Sons - 6.4
Ambiance - 8

6.7

CORRECT

Sunday Gold obtient un six et demi sur dix pour cette raison : les idées sont bonnes, mais l'exécution l'empêche d'aller plus haut. La satire est agréable et le cadre est bon, sans parler du mélange des deux genres, mais tout semblait si superficiel et incomplet, et les visuels ne sont pas si bons non plus. Le scénario cliché ne l'a pas beaucoup aidé non plus pour permettre au jeu de recevoir au moins une note de sept sur dix. Si cela avait été un peu plus profond à tous égards, il ne fait aucun doute que la note aurait été une belle ronde de huit sur dix. Il est recommandé d'acheter le jeu à prix réduit au maximum si vous aimez Disco Elysium. Sinon, évitez-le.

User Rating: Be the first one !

Spread the love

theGeek TV