Menu

Crimes du futur – L’horreur corporelle de Cronenberg fait plus mal que si elle nous était infligée

CRITIQUE DE FILM – Le réalisateur crée une nouvelle société bizarre de sybarites malades, similaire à son film Crash des années 90, où la douleur est le plaisir ultime et “la chirurgie est le nouveau sexe”.

 

 

“A une époque de confusion sanglante, rien ne devrait être appelé naturel”, a déclaré Brecht; après ce film, les choses semblent plus sanglantes et plus confuses que jamais. Le nouveau film de David Cronenberg, The Sins of the Future, est un véritable film d’horreur corporelle dans le même style extrême que son Crash (1996), sur un culte secret de connaisseurs dédié à la dimension érotique des accidents de voiture.

 

 

Performance organique

 

The Crimes of the Future se déroule dans un monde futur étrange où les corps des gens changent, et tout le monde commence à soupçonner qu’ils sont sur le point d’évoluer après l’humanité. Les progrès de la médecine et du soulagement de la douleur ont réduit la sensation physique au point où la douleur appartient au passé, à tel point qu’une nouvelle race bizarre de sybarites maladifs est à l’affût. En même temps, les corps eux-mêmes se sont montrés capables de faire croître de nouveaux organes dont les fonctions ne sont pas encore précises. Pourtant, les plaisirs sensuels traditionnels sont également en train de disparaître, ainsi que le dégoût et la peur qui ont toujours modéré le comportement humain.

Viggo Mortensen joue Saul Tenser, un artiste de performance dont le corps est exceptionnellement fertile avec de nouveaux organes. Sa petite amie, l’ancienne chirurgienne traumatologue Caprice (Léa Seydoux), l’aide à les faire grandir – en dormant et en mangeant dans d’étranges berceaux carbunculaires qui ressemblent à ceux qu’Antoni Gaudí a conçus pour les lits d’hôpital de l’unité de soins intensifs. Caprice sort occasionnellement son scalpel et, devant un public en direct (qui paie vraisemblablement pour le privilège, bien que la question banale et pré-post-humaine de ce que vivent Saul et Caprice ne soit pas discutée), supprime l’étrange nouveau post- organes anthropocènes et les tatoue.

 

 

Mieux vaut appeler Saul

 

Caprice et Saul doivent rendre compte à une unité officielle du gouvernement chargée de superviser ces choses, dirigée par Wippet (Don McKellar) et son assistant Timlin (Kristen Stewart) nerveusement tendu (et en quelque sorte étrangement sexuellement surmené). Il marmonne à Caprice que “la chirurgie est le nouveau sexe” et essaie d’embrasser Saul, qui répond évasivement, “Je ne suis pas très doué pour l’ancien sexe”. (Bien que ce “vieux sexe” ait peut-être dicté que les jolies jeunes femmes de ce film se déshabillent un peu.)

Mais Saul signale aussi secrètement d’éventuelles infractions à un flic de la New Vice Squad (Welket Bungué) et raconte ainsi sa rencontre avec un certain Dr Nasatir (Yorgos Pirpassopoulos), qui veut que Saul démontre sa physiologie hautement créative mais qui retourne l’estomac à un casse-tête bizarre appelé le “Concours de beauté intérieure”. Il y a aussi un personnage fantomatique nommé Lang (Scott Speedman), qui prétend qu’un examen anatomique du cadavre de son fils de 10 ans, toujours en sa possession, prouve que l’homo sapiens a développé l’art de digérer le plastique.

 

 

Une comédie noire délibérément bouleversante et qui fait mal au ventre

 

Dans un sens, Les crimes du futur est une comédie noire épique et opérette qui est aussi un énorme scandale. Le “concours de beauté intérieure” ressemblerait plus au cliché selon lequel c’est la “beauté intérieure” et non l’extérieur qui compte – bien qu’il s’agisse évidemment de valoriser la personnalité plutôt que la beauté, et non les organes internes réels, comme ici. La comédie est donc définitivement l’un des points de vue de The Future Crimes, et l’excellente performance de Kristen Stewart en fait partie.

Cependant, l’interprétation comique n’est qu’un niveau du film de Cronenberg – on pourrait même dire, pour citer le personnage de Kristen Stewert, ce rire est l’ancien sexe. Peut-être que le point ici est que le réalisateur a repoussé plus que jamais les limites du sérieux, du drôle, du dégoûtant et du sexy. Car, après tout, ces catégories traditionnelles n’ont jamais confiné Cronenberg – c’est pourquoi nous l’aimions – et le réalisateur, qui a bientôt 80 ans, a également porté son propre message artistique à un autre niveau.

 

 

Pas un remake

 

Le réalisateur a également souligné qu’il ne s’agissait pas d’un remake de son film de 1970 du même nom. Pourtant, il y a des similitudes évidentes : les thèmes du film précédent sont la transgression, la manipulation clinique de la sexualité, le fétichisme corporel et les choses étranges qui sortent de la bouche des jeunes. C’est peut-être plus qu’une représentation cinématographique d’un maniérisme absurde et une œuvre qui dépeint un monde humain qui ne peut plus être contenu dans le sens conventionnel de l’autodestruction humaine et des histoires de science-fiction sur la décadence de la société.

À certains égards, ce film ne pourrait pas être plus approprié, car nous venons de sortir d’une pandémie mondiale. Pourtant, nous sommes au bord d’une guerre mondiale qui est presque incompréhensible depuis des décennies, alors que (même si nous échappons à la guerre) la destruction par le réchauffement climatique signifie que nous avons on ne sait combien de décennies. Et Cronenberg fait ce qu’il a toujours fait : il nous fait vivre une horreur corporelle à la fois (très spécifiquement) bouleversante, effrayante, absurde et drôle.

-BadSector-

 

CRITIQUE DE FILM - Le réalisateur crée une nouvelle société bizarre de sybarites malades, similaire à son film Crash des années 90, où la douleur est le plaisir ultime et "la chirurgie est le nouveau sexe".     "A une époque de confusion sanglante, rien ne devrait être appelé naturel", a déclaré Brecht; après ce film, les choses semblent plus sanglantes et plus confuses que jamais. Le nouveau film de David Cronenberg, The Sins of the Future, est un véritable film d'horreur corporelle dans le même style extrême que son Crash (1996), sur un culte secret de connaisseurs dédié à…
À certains égards, ce film ne pourrait pas être plus approprié, car nous venons de sortir d'une pandémie mondiale. Pourtant, nous sommes au bord d'une guerre mondiale qui est presque incompréhensible depuis des décennies, alors que (même si nous échappons à la guerre) la destruction par le réchauffement climatique signifie que nous avons on ne sait combien de décennies. Et Cronenberg fait ce qu'il a toujours fait : il nous fait vivre une horreur corporelle à la fois (très spécifiquement) bouleversante, effrayante, absurde et drôle.

Crimes du futur

Direction - 8.2
Acteurs - 7.8
Histoire - 7.6
Visuels - 8.2
Ambiance - 7.8

7.9

BON

À certains égards, ce film ne pourrait pas être plus approprié, car nous venons de sortir d'une pandémie mondiale. Pourtant, nous sommes au bord d'une guerre mondiale qui est presque incompréhensible depuis des décennies, alors que (même si nous échappons à la guerre) la destruction par le réchauffement climatique signifie que nous avons on ne sait combien de décennies. Et Cronenberg fait ce qu'il a toujours fait : il nous fait vivre une horreur corporelle à la fois (très spécifiquement) bouleversante, effrayante, absurde et drôle.

User Rating: Be the first one !

Spread the love

No comments

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

theGeek TV