Menu

Scandale de la contrefaçon : Les collectionneurs de jeux classiques sur PC ont-ils été dupés ?

Une enquête approfondie a permis de découvrir des soupçons de contrefaçon de jeux rares et coûteux, dont Akalabeth, Temple of Apshai et de nombreux autres titres.

 

 

La communauté des collectionneurs de jeux PC en boîte a été choquée de découvrir qu’un détaillant bien connu aurait vendu des copies contrefaites de jeux vidéo rares et coûteux, dont certains étaient achetés pour des milliers de dollars.

Selon la chronologie du groupe Facebook Big Box PC Game Collectors, qui compte environ 6 100 membres, l’affaire a été révélée lorsque Kevin Ng, administrateur du groupe, a reçu des copies d’Akalabeth, le premier jeu du créateur d’Ultima Richard Garriott, du dungeon crawler Temple of Apshai de 1979 et de l’édition japonaise de Mystery House de la part d’un autre collectionneur bien connu, Enrico Ricciardi, ancien modérateur du groupe. Un examen approfondi des jeux a révélé qu’il s’agissait probablement de faux. Lorsqu’il a été confronté à Ricciardi, celui-ci aurait “laissé entendre” qu’Akalabeth était effectivement un faux et aurait suggéré qu’il soit détruit.

Ng a contacté d’autres membres de la communauté des collectionneurs et a constaté que le problème était répandu : une “enquête exhaustive” a révélé que plusieurs autres membres du groupe avaient reçu de Ricciardi ce qui semblait être des jeux contrefaits.

Ricciardi nie avoir jamais vendu sciemment des contrefaçons.

Dominik R., membre du groupe Big Box PC Game Collectors, qui affirme avoir reçu des contrefaçons, a partagé sur Twitter des photos de sa collection d’Ultima, désormais soupçonnée d’être fausse.

Il ne s’agit pas d’un petit débat autour d’une table à la foire d’échange locale. Les copies de jouets rares peuvent se vendre très cher à des collectionneurs au portefeuille bien rempli.

Dans son projet Kickstarter de 2013 pour Shroud of the Avatar, par exemple, Garriott a offert jusqu’à 20 copies d’Akalabeth comme récompenses aux backers à hauteur de 10 000 dollars. Neuf ont été vendus.

“Le prix dépend de nombreux facteurs”, explique un modérateur de Big Box PC Game Collectors qui a requis l’anonymat. “S’agit-il d’un jeu original publié par Garriott ? S’agit-il d’une nouvelle version récente pour le C64 ? A-t-il tous ses composants d’origine en bon état ou seulement le disque ? Est-il dédicacé ? A-t-il une provenance établie ? La réponse est de 500 $ à l’infini, selon la provenance ou les conditions.”

Selon les administrateurs de Big Box PC Game Collectors, au moins 100 000 euros de transactions suspectes de contrefaçon ont été identifiés jusqu’à présent.

Y compris des boîtes de jeu complètes, des manuels, des cartes d’enregistrement, des encarts, des étiquettes et plus encore. Les incidents de contrefaçon présumés remontent à 2015 et concernent les premières versions de Sierra et Origin Systems, en plus d’Akalabeth, Temple of Apshai et Mystery House.

La distinction entre les sorties de jeux contrefaits et authentiques est une tâche délicate, qui implique un examen minutieux et une comparaison des détails infimes des emballages et des supports. L’une des plus grandes difficultés pour établir l’authenticité des jeux anciens est qu’au début des années 1980, lorsque les jeux étaient souvent expédiés dans des sacs à fermeture éclair et que les instructions étaient imprimées sur de vieilles imprimantes matricielles, la qualité de la production était très variable, explique l’équipe. “Ce qui semble être des méthodes de production bâclées ou simplement du papier photocopié dans des sacs en plastique était en fait le tout début de notre industrie“, affirment les membres du groupe.

Garriott lui-même a fait allusion à cette difficulté sur Twitter, en disant qu’il était possible que les jeux soient légaux “mais des versions piratées”.

Source : Big Box PC Game Collectors (Facebook)

Spread the love

No comments

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

theGeek TV