Menu

Le Canada peut-il interdire les entreprises chinoises Huawei et ZTE de ses réseaux 5G ?

TECH ACTUS – Le Canada a annoncé qu’il allait interdire à deux des plus grands fabricants chinois d’équipements de télécommunications, Huawei et ZTE, de travailler sur ses réseaux téléphoniques 5G.

 

 

Les restrictions contre Huawei et ZTE ont été annoncées jeudi par le ministre de l’Industrie du pays. François-Philippe Champagne a déclaré que cette mesure améliorerait les services Internet mobiles du Canada et “protégerait la sécurité des Canadiens”. Mais Huawei Canada s’est dit “déçu” par cette décision, qu’il a qualifiée de “politique”.

“Il s’agit d’une décision politique malheureuse qui n’a rien à voir avec la cybersécurité ou les technologies en jeu”, indique le communiqué.

Plusieurs pays, dont le Royaume-Uni, les États-Unis, l’Australie et la Nouvelle-Zélande, ont déjà imposé des restrictions aux entreprises. Les quatre pays, ainsi que le Canada, forment l’accord de partage de renseignements connu sous le nom de “Five Eyes”. Cet accord a été mis en place pendant la guerre froide afin de surveiller l’Union soviétique et de partager des informations classifiées.

L’annonce du Canada était largement attendue, ses alliés ayant déjà banni Huawei et ZTE de leurs réseaux à haut débit. S’adressant aux journalistes dans la capitale canadienne Ottawa, M. Champagne a déclaré que la décision avait été prise “après un examen complet par nos agences de sécurité et une consultation avec nos alliés les plus proches”.

“Laissez-moi être très clair : nous défendrons toujours la sécurité des Canadiens et prendrons toutes les mesures nécessaires pour protéger nos infrastructures de télécommunications”, a-t-il ajouté.

“Dans un monde de 5G, à un moment où nous dépendons de plus en plus de [notre] réseau dans notre vie quotidienne, c’est la bonne chose à faire”.

Un porte-parole de l’ambassade de Chine à Ottawa a déclaré à l’agence de presse Reuters que Pékin considérait les préoccupations sécuritaires soulevées par le Canada comme un “prétexte à la manipulation politique”. Le porte-parole chinois a également accusé le Canada de collaborer avec les États-Unis pour supprimer les entreprises chinoises. L’ambassade de Chine à Ottawa n’a pas immédiatement répondu à la demande de commentaires de la BBC.

Huawei Canada a déclaré que son équipement avait été “minutieusement inspecté” par les agences gouvernementales et de sécurité, ajoutant qu’il n’y avait eu “aucun incident de sécurité dû à l’équipement de Huawei”. “L’interdiction de l’équipement et des services de Huawei entraînera une perte économique importante pour le Canada et augmentera le coût des communications pour les consommateurs canadiens”, indique le communiqué.

“Malheureusement, cette décision est hors de notre contrôle en tant qu’entreprise. Cependant, nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour protéger les droits et intérêts légitimes de nos clients, partenaires et nous-mêmes”.

Pendant ce temps, ZTE a déclaré qu’elle rejetait la “prémisse” de l’annonce du gouvernement canadien, affirmant qu’elle était “hautement spéculative”.

“Nous avons toujours adhéré aux normes et aux meilleures pratiques internationales et avons ouvert nos laboratoires de cybersécurité pour permettre aux régulateurs et aux parties prenantes de vérifier la sécurité des produits de ZTE”, a déclaré l’entreprise.

La 5G, ou cinquième génération, est la prochaine évolution des réseaux internet mobiles, offrant des vitesses de téléchargement et d’envoi de données beaucoup plus rapides, ainsi que la possibilité d’accéder à internet depuis plusieurs appareils simultanément. Elle intervient parallèlement à l’envolée du trafic de données et à la popularité croissante du streaming vidéo et musical. Cela pousse les gouvernements et les opérateurs de réseaux mobiles à améliorer leurs infrastructures de télécommunications.

La décision du gouvernement canadien signifie que les entreprises de télécommunications opérant dans le pays ne peuvent plus utiliser les équipements fabriqués par Huawei et ZTE. “Les entreprises qui ont déjà installé des équipements fabriqués par des fabricants chinois devront désormais les retirer”, a déclaré M. Champagne.

Le Canada a d’abord annoncé un examen des équipements de Huawei en septembre 2018.

Ces dernières années, certaines des entreprises de technologie et de télécommunications les plus influentes de Chine ont été ciblées par les États-Unis et d’autres gouvernements occidentaux pour des raisons de sécurité nationale. En novembre, le président américain Joe Biden a signé une loi qui empêche les entreprises considérées comme une menace pour la sécurité d’obtenir des licences pour de nouveaux équipements de télécommunications dans le pays.

Cela signifie que les équipements de Huawei, ZTE et trois autres entreprises chinoises ne peuvent pas être utilisés sur les réseaux de télécommunications américains.

Source : El Comercio

Spread the love

No comments

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.