Menu

Chorus – Guerre spatiale parmi les étoiles

REVIEW – Outre l’élément de simulateur de combat spatial, il y a un monde ouvert à explorer dans cet ambitieux nouveau jeu d’action de science-fiction.

 

Chorus vous fait vous demander pourquoi il n’y a pas plus de jeux de ce type. En dehors de quelques titres Star Wars, Wing Commander et le classique Star Fox, je ne me souviens d’aucun jeu de tir spatial 3D AAA en solo véritablement notable, et il est difficile de comprendre pourquoi ce genre est si négligé. Il est étrange qu’un jeu de vaisseau spatial à monde ouvert où l’on ne fait que voler en tuant des gens semble rafraîchissant, mais c’est le cas. Heureusement, les développeurs ont fait un travail solide avec Chorus et ont prouvé qu’il y a encore de la vie dans le genre.

 

 

“L’espace est la dernière frontière” (Star Trek)

 

Bien sûr, “open-world” peut être un peu exagéré car Chorus n’a pas de “monde”, juste un espace sans fin, des amas d’astéroïdes et de grands bâtiments métalliques flottant dans le vide. Et il n’y a pas grand-chose qui vaille la peine d’être exploré sans savoir où l’on va parce que, eh bien, une grande partie de l’espace est vide. Il vaut mieux se contenter de voler à la vitesse maximale entre les missions, en récupérant éventuellement une balise de détresse en route tout en admirant le paysage. En effet, étant donné l’étendue limitée de l’environnement, Chorus est étonnamment coloré, avec des planètes menaçantes et des étoiles lointaines jetant une lueur sur les rochers et les débris des guerres passées.

À côté de toutes ces grandes merveilles naturelles et artificielles, votre propre bateau semble insignifiant, mais ce n’est pas n’importe qui qui est aux commandes. Nara, la pilote de l’appareil triangulaire monoplace, possède des capacités uniques qu’elle entend utiliser pour détruire le culte génocidaire connu sous le nom de Cercle, dont elle était autrefois membre et l’un des plus respectés. Après avoir fait exploser une planète entière sur leur ordre, Nara a une crise de conscience et aide désormais la résistance.

 

 

Contrôle précis et rapide

 

Au départ, vous devrez utiliser les super sens de Nara pour trouver des capsules d’énergie ou chasser le pirate occasionnel avec une mitrailleuse. C’est un peu lent au début, mais vous devez vous familiariser avec les contrôles. Il est vrai que l’expérience de jeu est un peu étrange au début, presque comme un FPS. Vous utilisez le contrôle du stick droit pour diriger, accélérer et décélérer votre avion, et le contrôle du stick gauche pour “slalomer” d’avant en arrière, en roulant d’avant en arrière pour esquiver les tirs ennemis. Une fois que vous avez pris le coup de main, les commandes sont toujours précises, et vous pouvez voler à travers des astéroïdes, par exemple, en un rien de temps. Il est utile de pouvoir tourner brusquement l’avion ou même de s’arrêter rapidement si vous êtes sur le point de toucher quelque chose.

J’ai commencé à comprendre à quel point ce système pouvait être précis lorsque j’ai remporté ma première grande bataille contre le Cercle, alors que je me battais pour défendre l'”Enclave”, le principal quartier général de la résistance au début du jeu. Cette longue structure de tour entourée d’anneaux métalliques colossaux est parfaite pour des batailles spatiales pleines d’adrénaline, tout en faisant des loopings autour de ses protubérances pour chasser les ennemis du Cercle. Le gameplay rapide et les contrôles précis vous encouragent constamment à vous faufiler dans des espaces étroits, même lorsque votre bouclier énergétique se recharge, en vous fiant à vos réflexes et à votre machine rapide pour acquérir la routine nécessaire aux batailles plus importantes à venir.

La section Enclave introduit également l’un des défis les plus révolutionnaires du jeu : l’ennemi utilise des “totems psychiques”. Ces missiles en forme de crachat s’attachent aux vaisseaux et stations adverses, prenant le contrôle de l’équipage et le forçant à tourner ses armes contre vous jusqu’à ce que vous tiriez sur l’objet parasite. Ce tour de passe-passe cruel n’en est que plus sournois lorsqu’ils s’accrochent à l’intérieur des vaisseaux alliés, vous obligeant à voler à l’intérieur pour les éliminer.

Oui, vous avez bien lu. Ce qu’il y a de mieux dans la conception des grands vaisseaux du Chorus, c’est qu’ils sont remplis d’entrées et de passages menant aux composants centraux. Ainsi, si vous devez combattre l’un des spécimens les plus puissants du Cercle, comme un Wraith, vous devez d’abord détruire les générateurs de bouclier, puis voler vers le réacteur exposé pour l’achever, avant de vous envoler rapidement avant que tout n’explose.

 

 

Que le rite soit avec vous!

 

Le gameplay de Chorus est particulièrement agréable lorsqu’on se bat dans un tel mastodonte ou lorsque des escouades de chasseurs bourdonnants vous chargent pour essayer de les repousser, pour ensuite se mettre derrière eux alors qu’ils tentent de vous abattre avec un barrage de tirs laser. On se croirait dans une bonne bataille de la Guerre des étoiles, avec des chasseurs à réaction, le bruit des tirs laser et des conversations radio presque constantes.

Bien sûr, notre vaisseau solitaire serait rapidement réduit en pièces si Nara n’avait pas ses compétences spéciales dans sa manche : les “rituels” qu’elle acquiert à un certain moment de l’histoire.

Le rite de la dérive, par exemple, vous permet de faire des virages serrés tout en faisant face à votre cible, tandis que le rite de l’étoile vous permettra de foncer sur vos ennemis en toute impunité. Le seul mouvement qui vous permet de vous téléporter virtuellement directement derrière un ennemi à proximité ressemble presque à de la triche, mais il s’agit d’un gain de temps essentiel dans les batailles plus animées. Pour percer efficacement les blindages et les boucliers, il est essentiel de jongler avec ces armes et vos trois armes – une gatling gun, un laser et des roquettes (qui peuvent être améliorées en même temps que les défenses).

 

 

Nous nous sentons perturbés dans la Force

 

Cependant, tout dans Chorus n’est pas aussi équilibré ou bien exécuté. La structure en monde ouvert peut sembler être une bonne idée au départ, mais il aurait fallu trouver un moyen d’ajouter de la variété au gameplay. Dans certains cas, c’est délicat – les missions, où vous devez défendre un plus grand vaisseau allié, poursuivre une cible à travers un champ d’astéroïdes, ou percuter un vaisseau de type tank avec des canons belliqueux, sont exaltantes. Mais il y a aussi beaucoup de “temps mort” fastidieux, surtout dans les missions secondaires comme la collecte de matériel de récupération ou la recherche de “reliques”. En revanche, les missions dans les temples impliquent beaucoup de vols lents dans des couloirs étroits.

Mais le pire vient plus tard dans le jeu, lorsque les rencontres remplacent à plusieurs reprises les traditionnelles batailles de vaisseaux spatiaux par des entités plus surréalistes. Les ennemis les plus redoutables se trouvent dans les points culminants de l’acte intermédiaire et de l’acte final, où vous êtes contraint d’affronter les combats de boss les plus déroutants, les plus bizarrement difficiles et les plus inutilement longs auxquels j’ai joué depuis des années. Le dernier combat de boss est d’une longueur stupéfiante et d’un ennui mortel, ce qui constitue une énorme gaffe de la part des développeurs.

Il y a aussi beaucoup de frustrations mineures, qui proviennent généralement du fait que le jeu ne nous montre pas ou ne nous dit pas clairement ce qu’il attend de nous. On compte souvent sur les conversations entre Nara et l’IA de son vaisseau pour nous guider, mais le scénario est tellement saturé de jargon de science-fiction qu’il faut parfois une minute pour les interpréter – et pendant ce temps, on peut se faire tirer dessus ou perdre l’ennemi que l’on est censé traquer. Il m’est arrivé à plusieurs reprises de mourir instantanément lorsqu’un nouvel ennemi est apparu parce que je me trouvais juste à côté de son point d’origine. Dans ce cas, il est incroyablement ennuyeux de devoir rejouer la scène précédente.

C’est une erreur de développeur plutôt amateur que les dialogues soient souvent répétitifs, et c’est ennuyeux car ils ne sont pas très intéressants au départ. Dans Chorus, l’histoire est un élément très important, même s’il ne s’agit que d’une histoire de science-fiction très moyenne qui permet de faire avancer les événements, par exemple en devant sauver des réfugiés ou réunir des familles. Cependant, à plus grande échelle, le récit de fin du monde est très plat, plein de méchants “sans visage” (littéralement, c’est ainsi qu’on les appelle) et de beaucoup de charabia mystique. C’est aussi une histoire qui se prend trop au sérieux, avec peu d’humour ou de dialogues.

 

 

C’est comme un film de série B

 

Pourtant, même si tout cela ressemble à un film de science-fiction de série B, il convient de noter que Chorus n’est pas un vaste projet AAA (et son prix est en conséquence). Quelques frustrations majeures mises à part, on peut pardonner aux développeurs le fait que le jeu soit un peu mal fignolé, avec des solutions bâclées et amateurs par endroits, d’autant plus que le gameplay de base est aussi passionnant que je l’avais espéré. Si nous ne verrons plus de jeux à gros budget de ce genre, Chorus est au moins une tentative digne de ce nom pour combler ce vide.

-BadSector-

Pro :

+ La guerre spatiale et les combats sont précis et agréables.
+ Variété d’armes, de cibles, de lieux et d’adversaires.
+ Prix raisonnable.

Contra :

– L’histoire est terriblement plate, le dialogue enn ennuyeux
– Des choix de conception ennuyeux
– Missions répétitives ou déroutantes


Éditeur : Deep Silver

Développeur: Fishlabs

Style : jeu d’action avec vaisseau spatial et monde ouvert

Sortie: 3 décembre 2021

REVIEW - Outre l'élément de simulateur de combat spatial, il y a un monde ouvert à explorer dans cet ambitieux nouveau jeu d'action de science-fiction.   Chorus vous fait vous demander pourquoi il n'y a pas plus de jeux de ce type. En dehors de quelques titres Star Wars, Wing Commander et le classique Star Fox, je ne me souviens d'aucun jeu de tir spatial 3D AAA en solo véritablement notable, et il est difficile de comprendre pourquoi ce genre est si négligé. Il est étrange qu'un jeu de vaisseau spatial à monde ouvert où l'on ne fait que voler…
Néanmoins, même si tout cela ressemble un peu à de la science-fiction de série B, il est bon de noter que Chorus n'est pas un vaste projet AAA (et son prix est en conséquence). Si l'on met de côté certaines frustrations majeures, on peut pardonner aux développeurs le fait que le jeu ne soit pas tout à fait au point, avec des solutions bâclées, dignes d'un amateur, d'autant plus que le gameplay de base est aussi passionnant que je l'avais espéré. Si nous ne voyons plus de jeux à gros budget dans ce genre, Chorus est au moins une tentative digne de ce nom pour combler ce vide

Chorus

Jouabilité - 7.4
Graphismes - 8.2
Histoire - 5.8
Musique/audio - 7.2
Ambiance - 7.5

7.2

BON

Néanmoins, même si tout cela ressemble un peu à de la science-fiction de série B, il est bon de noter que Chorus n'est pas un vaste projet AAA (et son prix est en conséquence). Si l'on met de côté certaines frustrations majeures, on peut pardonner aux développeurs le fait que le jeu ne soit pas tout à fait au point, avec des solutions bâclées, dignes d'un amateur, d'autant plus que le gameplay de base est aussi passionnant que je l'avais espéré. Si nous ne voyons plus de jeux à gros budget dans ce genre, Chorus est au moins une tentative digne de ce nom pour combler ce vide

User Rating: Be the first one !

Spread the love

No comments

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.