Menu

Finch – La fin du monde de Tom Hanks avec un chien mignon et un robot intelligent

CRITIQUE DU FILM – Tom Hanks a toujours été vocalement opposé à ce que des films très médiatisés soient complètement écartés des salles de cinéma et fassent leurs débuts en streaming, mais par un cruel coup du sort, les circonstances de la pandémie ont fait en sorte que ses quatre derniers films fassent justement cela.

 

Son projet passionnel sur la Seconde Guerre mondiale, Greyhound, qu’il a écrit et produit, a fait ses débuts sur AppleTV+ l’été dernier après avoir été vendu par Sony. Il a également fait une apparition surprise dans la suite de Borat sur Prime Video. Parallèlement, le film Western News of the World de Paul Greengrass a été distribué internationalement par Netflix et plus tôt cette année. Il a terminé le tournage du film Pinocchio de Robert Zemeckis, une exclusivité Disney Plus. Hier, AppleTV+ a ajouté le film de science-fiction post-apocalyptique Finch, un autre original Apple qu’Universal souhaitait initialement porter en salles.

Ce projet est le deuxième long métrage du réalisateur Miguel Sapochnik et le premier en onze ans depuis le film d’action futuriste Repo Men. Le cinéaste a également fait ses preuves à la télévision, où il a dirigé des épisodes de plusieurs séries très populaires, dont la meilleure de Game of Thrones. Finch ne se targue pas d’un style visuel solide, d’un flair cinématographique particulier ou de décors distinctifs, mais cela n’a pas d’importance lorsqu’il s’agit avant tout d’une œuvre axée sur les personnages.

 

Tom Hanks porte vraiment tout le film sur son dos

 

La mise en place est simple, compte tenu de ce que nous attendons des histoires de science-fiction qui tournent autour de la fin du monde ; Hanks joue le rôle de Finch Weinberg, l’un des derniers membres survivants de la race humaine après un événement cataclysmique qui a causé des ravages indicibles. Craignant que son temps soit compté, l’inventeur refuse de laisser son chien adoré derrière lui en cas de décès. Il construit donc un robot sensible pour tenir compagnie à son meilleur ami canin.

Après des difficultés initiales, qui se déroulent principalement à travers une série de montages humoristiques au fur et à mesure que son protégé métallique apprend à marcher et à parler, l’androïde se nomme Jeff et semble faire partie de l’unité familiale improvisée lorsqu’ils s’embarquent pour un voyage à travers le pays, avec le Golden Gate Bridge comme destination finale.
Les films qui se concentrent presque exclusivement sur une poignée de personnages sont pratiquement tenus de fournir des performances solides pour retenir l’attention du spectateur, et c’est bien le cas de Finch, étant donné que les seuls autres personnages à l’écran pendant les 115 minutes du long métrage sont deux robots et un chien. Heureusement, Hanks est l’un des plus grands acteurs de tous les temps, et il nous offre une autre performance phénoménale.

Jouer le rôle de substitut du public, de protagoniste, de narrateur et d’acteur principal en même temps n’est pas facile, mais Hanks est une fois de plus sensationnel. Chacun de ses gestes ou mouvements, qu’il s’agisse d’un haussement de sourcil ou d’un soupir exaspéré, en dit bien plus sur l’état d’esprit de Finch que n’importe quel monologue, et l’acteur principal porte le poids de toute la narration sur ses épaules avec aisance.

 

Des émotions sans visage

 

Cela ne veut pas dire que tout le reste est de la poudre aux yeux. La performance vocale de Caleb Landry Jones dans le rôle de Jeff est un cours magistral pour apporter de la profondeur, des couches et une complexité émotionnelle à un personnage sans visage. Il y a de l’innocence, du cœur, de l’humour, de la chaleur et une compréhension en constante évolution qui fait que la dynamique entre Jeff et Finch, entre le maître et la créature, est presque celle d’un père et d’un fils, même s’il y a quelques moments gênants dans le deuxième acte, lorsque le robot prend certains des conseils de son superviseur paternel un peu trop au pied de la lettre, presque jusqu’à l’adolescence difficile de Jeff.
En dehors d’une scène d’ouverture qui prépare le terrain pour que Finch fasse de son mieux pour échapper à une tempête en furie, d’un approvisionnement tendu et nerveux dans un hôpital abandonné et d’une scène angoissante dans laquelle des maraudeurs sans visage poursuivent notre héros dans un autre véhicule, il n’y a pas d’autres scènes d’action dans Finch.

Intéressant et touchant, Hanks est une fois de plus à son meilleur

 

Au lieu de cela, le scénario de Craig Luck et Ivor Powell jette toutes sortes d’ingrédients dans le mélange. Le résultat est un mélange charmant et élégiaque de l’histoire d’un père et de son fils, de l’aventure d’un homme et de son chien et d’une comédie de compagnons de route qui se fondent parfaitement pour créer une fin qui, bien qu’elle ne soit pas particulièrement excitante ou originale au sens habituel du terme, reste divertissante et souvent touchante. Toute personne ayant un animal de compagnie (surtout un chien) sera certainement émue aux larmes par une ou deux scènes dramatiques.

S’il ne s’agit pas de science-fiction révolutionnaire ou spectaculaire, Finch reste un bon film, avec une performance remarquable de Tom Hanks, et idéal pour réfléchir un peu à l’avenir – plutôt inquiétant – de l’humanité….

-BadSector-

CRITIQUE DU FILM - Tom Hanks a toujours été vocalement opposé à ce que des films très médiatisés soient complètement écartés des salles de cinéma et fassent leurs débuts en streaming, mais par un cruel coup du sort, les circonstances de la pandémie ont fait en sorte que ses quatre derniers films fassent justement cela.   Son projet passionnel sur la Seconde Guerre mondiale, Greyhound, qu'il a écrit et produit, a fait ses débuts sur AppleTV+ l'été dernier après avoir été vendu par Sony. Il a également fait une apparition surprise dans la suite de Borat sur Prime Video. Parallèlement,…
S'il ne s'agit pas de science-fiction révolutionnaire ou spectaculaire, Finch reste un bon film, avec une performance remarquable de Tom Hanks, et idéal pour réfléchir un peu à l'avenir - plutôt inquiétant - de l'humanité....

Finch

Direction - 7.2
Acteurs - 9.2
Histoire - 6.8
Visualité/musique - 7.2
Ambiance - 7.4

7.6

BON

S'il ne s'agit pas de science-fiction révolutionnaire ou spectaculaire, Finch reste un bon film, avec une performance remarquable de Tom Hanks, et idéal pour réfléchir un peu à l'avenir - plutôt inquiétant - de l'humanité....

User Rating: Be the first one !

Spread the love

No comments

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.