Menu

Malignant – Tout est permis dans le film de James Wan, un slasher délicieusement déjanté

CRITIQUE DU FILM – Dites ce que vous voulez du dernier film d’horreur cinématographique fou de James Wan, Malignant, mais ce n’est certainement pas une horreur comme les autres. A la fois angoissant et ennuyeux, ridicule et terrifiant, original et kitsch, le film est construit sur de réelles contradictions. C’est quelque part entre un Cronenberg body horror et un Stephen King psycho-horror. Pourtant, entre les passages ennuyeux, certains moments vraiment originaux brillent, sans oublier le dernier tiers, qu’il faut voir pour le croire. Une chose est sûre : Wan a donné tout ce qu’il avait…

 

L’introduction donne immédiatement le ton – il s’agit d’une évasion d’un établissement psychiatrique, d’un massacre et d’un pistolet tranquillisant – et établit le ton surexcité et appétissant, qui devient soudainement sombre. Avec Madison (Annabelle Wallis), enceinte, coincée dans une relation abusive, le traumatisme est dépeint de manière brutale, efficace et réaliste. Le mari bâtard est bientôt pris en charge par Gabriel (Ray Chase), une créature terrifiante dont les longs cheveux noirs masquent les traits déformés. Madison perd connaissance ; à son réveil, elle apprend qu’elle a fait une fausse couche – et ce n’est pas la première fois.

 

“La Reine des neiges” – un peu différente

 

Malignant de James Wan, qui revient à l’horreur après son détour par les blockbusters familiaux avec Aquaman, prouve que le réalisateur-producteur sait encore ce qui fait mouche dans le genre de l’horreur de série B, où il s’est autrefois fait un nom. Bien qu’en un sens, le réalisateur travaille toujours en mode franchise studio, puisque La Maladie d’Eleven est le remake de L’Âge de glace le plus fou qui soit.

Comme dans The Ice Wizard, Malignant est centré sur deux sœurs, l’une pétillante et optimiste, l’autre hantée et peut-être possédée par des forces surnaturelles. Les similitudes ne s’arrêtent pas nécessairement là – bien que la couleur des cheveux des sœurs soit inversée – mais en dire plus serait gâcher la qualité la plus essentielle du film : sa volonté de descendre régulièrement et délibérément au niveau le plus bas de la folie délirante et d’aller encore plus loin.

Wan, sur un scénario d’Akela Cooper, jette toutes sortes d’éléments, des classiques des années 70 giallies aux feuilletons des années 80, en passant par les films d’action de la fin des années 90, les comédies policières et les thrillers psychologiques, dans une grande “soupe” boueuse et nous obtenons un film qui ne ressemble à rien d’autre dans son CV. Il est difficile de dire si un film aussi fou “fonctionne” ou non, mais il est impossible de ne pas admirer à la fois le savoir-faire et le mauvais goût extravagant qui se cache derrière cette énergie débordante.

 

“Il est temps d’éliminer le cancer !”

 

Certains des climax du film nous font regretter que Wan n’ait pas donné au reste de l’histoire autant de flair et d’originalité. La scène de poursuite le long de l’escalier de secours et dans les tunnels souterrains est presque parfaitement exécutée, tout comme le massacre dans la prison (cette dernière est en effet l’une des scènes les plus horribles, à glacer le sang – à la fois horrible et ridicule). Une dague en or spécialement forgée est l’arme principale utilisée pour couper et poignarder les gens en morceaux de chair.

C’est une honte que Wan ressente le besoin d’utiliser les séquences interminables et sans imagination qui suivent le scénario d’Akela Cooper – qui, avouons-le, ne gagnera aucun prix. Voici quelques-uns des meilleurs extraits : “Tu as été un vilain, vilain garçon, Gabriel” ; “C’était comme s’il avait été électrocuté” ; “Il… irradie ses pensées !”; et la réplique stupide et forcée à plusieurs reprises, “Il est temps d’éliminer le cancer !”. D’un côté, plus les paroles et l’interprétation sont kitsch et idiotes, plus le film est drôle, mais d’un autre côté, la façon dont Malignant se moque de la maladie est en contradiction avec les traumatismes trop réels que Wan aborde ici : mauvaise éducation, relations abusives, retour d’éléments sombres de votre passé pour vous hanter, ou maintien des démons psychologiques à distance.

 

Créativité marque – mais difficile à prendre au sérieux

 

Vous pouvez probablement deviner où tout cela va vous mener dans les grandes lignes, mais vous ne connaîtrez pas le grand rebondissement spécifique, et le scénario de Cooper s’assure de faire au moins une révélation dramatique toutes les 15 minutes environ, l’une d’entre elles étant plus “choquante” que la suivante. Il est difficile d’imaginer que quiconque a participé à la réalisation de ce film l’a pris entièrement au sérieux, mais aussi bon marché que puissent être certaines performances ou certains dialogues, le film ne tombe pas dans ses habituels clichés ennuyeux.

Quant à la musique, conformément à la philosophie de “tout est permis” du film, la partition de Joseph Bishara rappelle des sources aussi diverses que le Bernard Herrmann d’Hitchcock et les Pixies, tandis que la décoratrice Desma Murphy nous offre tout, des sous-sols brumeux et des maisons de banlieue sinistres aux ruines souterraines du vieux Seattle.

BadSector-

 

CRITIQUE DU FILM - Dites ce que vous voulez du dernier film d'horreur cinématographique fou de James Wan, Malignant, mais ce n'est certainement pas une horreur comme les autres. A la fois angoissant et ennuyeux, ridicule et terrifiant, original et kitsch, le film est construit sur de réelles contradictions. C'est quelque part entre un Cronenberg body horror et un Stephen King psycho-horror. Pourtant, entre les passages ennuyeux, certains moments vraiment originaux brillent, sans oublier le dernier tiers, qu'il faut voir pour le croire. Une chose est sûre : Wan a donné tout ce qu'il avait...   L'introduction donne immédiatement le…
Un film loupé ou une parodie inavouée ? La question reste ouverte jusqu'à la postérité.

Malignant

Direction - 6.8
Acteurs - 5.7
Histoire - 5.6
Visualité/musique - 8.2
Ambiance - 7.1

6.7

CORRECT

Un film loupé ou une parodie inavouée ? La question reste ouverte jusqu'à la postérité.

User Rating: Be the first one !

Spread the love