Menu

The Medium (PS5) – Je vois des morts sur PlayStation 5

TEST – Ces dernières années, le développeur polonais Bloober Team a été un acteur majeur de la scène des jeux d’horreur. L’ascension “sanglante” du studio a commencé en 2016 avec le jeu angoissant Layers of Fear. Depuis, ils ont poursuivi leur série de thrillers avec des jeux tels que Layers of Fear 2, Observer : System Redux et Blair Witch et son portage VR.

 

Le dernier titre du studio, The Medium, sorti en janvier pour Windows et Xbox Series X|S, est le jeu le plus ambitieux à ce jour. Avec des graphismes et une histoire époustouflants, une atmosphère tendue et des mécanismes de jeu uniques qui vous permettent d’explorer deux mondes à la fois, il est clair que Bloober Team ont mis énormément d’efforts dans leur dernière offre. Aujourd’hui, après des mois d’attente, les propriétaires de PlayStation 5 peuvent enfin affronter leurs craintes. Mais cela valait-il la peine d’attendre ?

 

Marrianne part en “vacances”…

 

Marianne, la protagoniste de The Medium, a des pouvoirs spéciaux : elle peut voir une autre dimension, le monde des morts, et elle peut parler, en contactant les âmes des défunts. (Tout comme le petit garçon dans Le Sixième Sens.) La médium est emmenée dans une station balnéaire délabrée, abandonnée et cauchemardesque où elle enquête sur une créature effrayante.

Située en 1999, la station abandonnée de Niwa en question a été construite à la fin des années 1960, pendant l’âge d’or du socialisme polonais. Le personnage principal, Marianne, est la fille adoptive et l’assistante d’un croque-mort récemment décédé, qui a la capacité spéciale d’apporter la paix éternelle aux émotions et aux pensées des âmes mortes qui errent sans cesse. (En utilisant des méthodes variées et uniques.)

Marianne se rend dans la station (Niwa est aussi le nom d’un vrai village polonais) parce qu’elle reçoit un appel d’un homme mystérieux nommé Thomas, qui lui promet de révéler ses capacités, qu’elle réprime depuis l’enfance. Lorsqu’elle arrive à Niwa, cependant, elle ne le trouve nulle part, mais la station délabrée, complètement abandonnée et sale est jonchée de traces de massacres horribles, de cures mystérieuses et de souvenirs paranormaux. Comme si cela ne suffisait pas, Marianne est également hantée par une créature puissante et cauchemardesque. Au début, son seul compagnon est l’esprit d’une jeune fille morte avec un seul bras, portant un masque effrayant.

Nous ne voulons pas en dire plus sur l’histoire, sauf pour ajouter que l’histoire du Médium aborde des thèmes très désagréables. Des thèmes tels que le suicide, les abus sexuels sur les enfants et même les atrocités nazies de l’Holocauste occupent une place importante dans le récit du jeu. Cependant, tous ces éléments rehaussent la qualité de l’histoire et ne sont pas simplement jetés pour choquer le joueur de manière bon marché, et ne semblent jamais de mauvais goût. Au lieu de cela, ces situations sont utilisées comme un outil puissant pour raconter une histoire émotionnelle et poignante de traumatisme, de résilience et de sacrifice – et bien sûr, de démons géants suceurs d’âme. On ne peut pas les oublier.

 

C’est comme dans Silent Hill

 

Quant au gameplay, si vous avez déjà joué à un jeu de survival horror, les mécanismes de The Medium vous seront immédiatement familiers. Vous explorerez la station Niwa SZOT et les ruines voisines, résoudrez des énigmes et trouverez des notes qui vous donneront des détails sur l’histoire du jeu. Ce qui distingue le jeu de ses contemporains, ce sont les capacités de Marianne. Lorsque vous explorez l’environnement, l’écran se scinde parfois en deux, ce qui vous permet de voir Marianne à la fois dans le monde réel et dans le monde des esprits. On pourrait penser que ça complique les choses. Mais la façon dont elle est exécutée ici donne lieu à des scènes vraiment cool qui n’auraient pas été possibles autrement.

Presque toutes les énigmes sont construites autour du fait de se glisser entre les voiles des réalités et d’interagir avec des objets des deux mondes. Parfois, vous avez même besoin d’une expérience extracorporelle qui vous permet d’exister entièrement dans le monde des esprits. Vous ne pouvez cependant le faire que pour un temps limité, avant d’être aspiré à nouveau dans le corps de Marianne. Comme vous pouvez l’imaginer, cela donne lieu à une course contre la montre assez intense, puisque vous devez vous dépêcher d’atteindre vos objectifs dans les temps.

Marianne n’est pas une héroïne d’action

 

Si vous pouvez parfois absorber l’énergie restante pour effectuer un souffle spirituel qui étourdit les ennemis ou créer un bouclier pour passer à travers un essaim de mites mangeuses de chair, il n’y a pas de véritable section de combat dans The Medium. Au lieu de cela, vous devrez vous faufiler avec précaution dans l’environnement pour éviter votre poursuivant, une créature imposante ressemblant à une gargouille et connue sous le nom de The Maw. Et quand il n’y a pas d’autre option, vous devrez courir pour sauver votre vie dans des scènes de poursuite lourdement scénarisées.

Certains se plaindront probablement que le jeu manque de combat. Mais je pense que ça n’a fait qu’ajouter au sentiment de crainte et d’urgence. Retenir son souffle et retenir sa respiration alors que la silhouette de The Maw, dans le style de Predator, passe devant vous, prête à broyer votre âme, est une expérience vraiment palpitante, qui fait monter l’adrénaline. Chaque fois que la créature apparaissait, mon cœur était dans ma gorge. Cela témoigne de l’excellence de la mise en scène et du rythme de The Medium, qui fait tourner la tension constante et le facteur peur à son paroxysme.

 

C’est toujours un spectacle épatant

 

Medium était un jeu magnifique lorsqu’il est sorti sur Xbox Series X|S et PC. Et comme vous pouvez le voir sur les captures d’écran ci-dessus, c’est la même chose sur PS5. Les environnements du jeu présentent des détails luxuriants, des effets de lumière à couper le souffle et un rendu artistique qui vous font vraiment entrer dans le monde. Ce qui est particulièrement frappant, cependant, ce sont les environnements dans le monde des esprits. Inspirés par le travail de l’artiste surréaliste et photographe polonais Zdzislaw Beksinski, ces paysages d’enfer tordus sont à la fois troublants et d’une beauté obsédante. Si je devais dire quelque chose de mal sur les visuels du jeu, c’est que les modèles des personnages ne sont pas aussi spectaculaires que les environnements qu’ils occupent. Ne vous méprenez pas : ils ne sont pas mauvais du tout. Pourtant, les visuels inégaux ressortent parfois.

Quant au son, le département audio, The Medium, est de premier ordre sur toute la ligne. Les voix sont parmi les meilleures que j’ai entendues depuis des années. Les acteurs, Kelly Burke et Graham Vick, sont inoubliables dans le rôle de Marianne et Thomas, avec des performances qui font dresser les cheveux sur la nuque. Troy Baker, icône de l’industrie, donne également vie à Maw, avec une performance effrayante qui a fait de cette créature l’un de mes adversaires de jeu vidéo préférés depuis des années.

Enfin, ce serait un crime de ne pas mentionner la bande sonore du jeu. Les co-compositions d’Arkadiusz Reikowski et du vétéran de Silent Hill Akira Yamaoka sont toujours excellentes et renforcent de façon spectaculaire l’atmosphère déjà sinistre du jeu.

 

Sur PS5, avec DualSense, The Medium a “le double” de parahumanité

 

L’une des choses que je préfère dans la version PS5 de The Medium, c’est la façon dont elle exploite les capacités de la manette DualSense de Sony. Par exemple, le jeu utilise le retour haptique pour vous donner une solide sensation d’impact lorsqu’une mite vole dans votre bouclier spirituel. Dans un autre exemple, les haptiques des côtés gauche et droit de la manette pulsent en synchronisation avec les lumières clignotantes du couloir. C’était un effet cool qui m’a surpris, et j’ai vraiment apprécié l’immersion supplémentaire de la technologie impressionnante de DualSense.

Il ne s’agit pas seulement de l’haptique. De la tension des déclencheurs adaptatifs qui entrent en action lorsque le souffle fantôme est en charge, à la façon dont les appels téléphoniques et les enregistrements sur cassette peuvent être entendus par le haut-parleur intégré de la manette, DualSense est utilisé au maximum de son potentiel. Mais ce n’est pas tout : vous pouvez même utiliser la barre lumineuse du contrôleur pour contrôler la lampe de poche ou faire défiler les mémos. Bien que je doive admettre que cette dernière caractéristique était un peu “gadget” pour moi. Mais il est toujours là si vous voulez l’utiliser, et si vous n’êtes pas un fan, vous pouvez toujours le désactiver.

Dans l’ensemble, l’équipe Bloober a le mérite d’avoir fait bon usage de DualSense 5. Et même si toutes les fonctionnalités ne sont pas parfaites, ils ont fait du bon travail avec la grande majorité d’entre elles, ajoutant à l’expérience de manière amusante et intéressante. J’aimerais que davantage de développeurs utilisent le matériel de la même manière.

Malheureusement, il y a un autre point négatif très fort – une lacune : contrairement aux versions Xbox Series X et PC (cette dernière n’étant évidemment disponible qu’avec la bonne carte vidéo), The Medium ne dispose pas de ray-tracing.

 

Le médium apporte un mélange magistral de narration et d’horreur sur PS5

L’arrivée du jeu sur PlayStation 5 a été longue à venir. Mais heureusement, l’attente en valait la peine. Avec ses mécanismes de jeu uniques à double univers, sa narration immersive et son excellente utilisation des fonctionnalités de la manette DualSense, The Medium est un autre chef-d’œuvre effrayant de la talentueuse équipe Bloober sur PS5. Si vous avez ne serait-ce qu’un intérêt passager pour les jeux d’horreur, ou si vous recherchez une histoire surnaturelle puissante à vivre qui n’a pas peur d’aborder des thèmes inconfortables, alors ce jeu a sa place dans votre collection PS5.

-BadSector-

Pro :

+ Excellente histoire d’horreur effrayante.
+ Grande sensation de DualSense sur PS5.
+ Expérience révolutionnaire de l’écran partagé.

Contra :

– Fin “intéressante”
– Quelques défauts techniques
– Pas de ray-tracing sur PS5


Éditeur : Blobber Team SA

Développeur: Blobber Team

Style : Jeu d’aventure

Sortie: 3 septembre 2021

TEST - Ces dernières années, le développeur polonais Bloober Team a été un acteur majeur de la scène des jeux d'horreur. L'ascension "sanglante" du studio a commencé en 2016 avec le jeu angoissant Layers of Fear. Depuis, ils ont poursuivi leur série de thrillers avec des jeux tels que Layers of Fear 2, Observer : System Redux et Blair Witch et son portage VR.   Le dernier titre du studio, The Medium, sorti en janvier pour Windows et Xbox Series X|S, est le jeu le plus ambitieux à ce jour. Avec des graphismes et une histoire époustouflants, une atmosphère tendue…
The Medium is back on PS5 and offers a similar experience to what players could live in January on their X series. The story is still as gripping as ever, with its concept of parallel worlds evolving at the same time before our eyes. If the gameplay is ultimately very simplistic, we enjoy exploring these worlds.

The Medium (PS5)

Jouabilité - 7.8
Graphismes - 8.2
Histoire - 8.5
Musique/audio - 9.2
Ambiance - 9.1

8.6

EXCELLENT

The Medium is back on PS5 and offers a similar experience to what players could live in January on their X series. The story is still as gripping as ever, with its concept of parallel worlds evolving at the same time before our eyes. If the gameplay is ultimately very simplistic, we enjoy exploring these worlds.

User Rating: Be the first one !

Spread the love

No comments

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.