Menu

Scarlet Nexus – Une bonne histoire et un combat brillant main dans la main

REVUE – Sorti de nulle part, Scarlet Nexus est l’un de ces projets qui m’ont surpris. Son histoire alambiquée, mais bien ficelée, rejoint des combats très bien conçus. Nous vous dévoilons tous les détails de la dernière œuvre de Bandai Namco dans la critique de Scarlet Nexus.

 

Il faut admirer la complexité de la nouvelle production de Bandai Namco sous de nombreux aspects. Pour que tous ces fils écarlates s’enfilent parfaitement, il faut faire un travail de pré-production où tout s’emboîte au risque que quelque chose ne tourne mal. Et beaucoup de choses auraient pu échouer, car Scarlet Nexus essaie de jongler avec tellement de balles qu’il en devient compliqué : un jeu d’action avec des combats très spectaculaires et une bonne histoire qui a pris la décision courageuse de savoir que, malgré le fait qu’il s’agisse d’un jeu d’action aux accents de RPG, il est trop long et complexe pour être raconté uniquement avec des cutscenes.

 

Out of nowhere, Scarlet Nexus is one of those projects that surprised me.

 

Roman visuel à la Scarlet Nexus

 

L’une des forces de Scarlet Nexus est que le jeu bénéficie de son approche du roman visuel. Dans l’une des meilleures utilisations de vignettes que j’ai vues, bien animées, planifiées et variées, le jeu parvient à raconter une histoire complexe et alambiquée. Oui, il s’abreuve de nombreux tropes de l’animation et fait un bon mélange de cyberpunk (ou brainpunk comme il aime à se définir) et de science-fiction plus traditionnelle, mais il parvient toujours à maintenir l’intérêt en s’appuyant sur un mystère après l’autre.

En tant que Yuito Sumeragi ou Kasane Randall, nous commencerons par rejoindre l’OSF pour lutter contre les Alters, des monstres étranges qui tombent du ciel à cause d’un phénomène atmosphérique appelé la Ceinture d’Extinction. La ville dispose même de prévisions météorologiques pour savoir quand ils tombent et être vigilant. Le jeu fait beaucoup, beaucoup de promesses : sur les Alters, la ville de New Himuka elle-même, l’OSF et nous-mêmes, ainsi que le reste de nos pairs. Un travail titanesque qui se charge de répondre à toutes les questions de manière tout à fait satisfaisante. Surtout parce que les règles que le jeu crée, aussi bien celles des pouvoirs psioniques que celles des connexions cérébrales de notre groupe, comme celles que je ne peux pas commenter pour cause de spoilers, sont toujours cohérentes à tout moment, en tenant compte de chaque petit détail de leur monde pour ne pas rompre la continuité.

Allez, je suis tombé sur l’un de ces univers où il vaut la peine de se plonger et de répondre à chaque question, ainsi que de découvrir rebondissement après rebondissement du scénario que le jeu ne cesse de vous lancer. Et même si Scarlet Nexus privilégie l’exploration d’une fantaisie plus imaginative plutôt qu’une narration un peu plus mature, il sait explorer certains thèmes avec élégance quand il le faut, comme les connexions neuronales qui se produisent entre des personnes capables de percevoir ce que les autres pensent, les inégalités de classe de ceux qui n’ont pas de pouvoirs ou la maturité de ceux qui ont vu leur vieillissement altéré.

 

 

Utilisez votre cerveau, mais aussi vos doigts

 

Si l’histoire m’a convaincu, le combat l’a fait autant ou plus. Pariez sur un hack and slash qui ne prétend pas être aussi technique que les références, mais qui n’est pas du tout sans cervelle. Grâce aux pouvoirs psychokinétiques, on peut lancer des objets sur les ennemis en plus d’utiliser notre arme principale. Mais ce n’est que le début : ce qui semblait être un bon moyen d’égayer le système SAS, la connexion neuronale avec les membres de l’équipe, devient un système vaste, complexe et stratégique. Chaque membre de l’équipe a un rôle. Par exemple, Hanabi peut utiliser la pyrokinésie, tandis que Tsugumi est capable de révéler les ennemis cachés. Gemma est notre bouclier et Luka nous prête son pouvoir de téléportation.

Encore une fois, le jeu prend en compte chaque pouvoir de chaque allié, qu’il soit jouable ou narratif, ajoutant de la profondeur au passé des personnages et à leur relation avec leur pouvoir unique. Mais en combat, il parvient à ne pas devenir un button smash grâce au fait que chaque faiblesse de l’ennemi peut être exploitée si nous trouvons quel pouvoir est plus efficace. Quelques barils de pétrole pour léviter et le pouvoir du feu sont une bonne combinaison, tandis que les ennemis rapides sont surpris par la téléportation, par exemple. Cela fonctionne parce que, dans la frénésie du combat, votre tête est toujours en train de juger quel est le meilleur mouvement tactique ; quelque chose de similaire à ce qui se passe dans d’autres grands systèmes de combat comme Hadès ou Final Fantasy VII Remake, dans lesquels, bien que nous appuyions rapidement sur le bouton d’attaque, nous réfléchissons à la stratégie suivante.

 

 

Toujours quelque chose de nouveau

 

Ce qui est bien avec ce combat, c’est que, même s’il pose les bases et ne se réinvente pas, il débloque toujours de nouvelles fonctions, avec des attaques spéciales et des états cérébraux qui libèrent toute la puissance psionique. Mais je l’ai déjà dit et je le répète : très spectaculaire est un euphémisme. Je ne sais pas trop avec quelle équipe d’animateurs Bandai Namco s’est associé, mais entre ce que j’ai vu de Tales of Arise et ce Scarlet Nexus se réunissent certaines des meilleures animations qui ont défilé sur mon écran récemment. Le travail est non seulement brillant, mais il abonde : chaque Alter a son exécution et le nombre d’attaques de tous les personnages est brutal et très soigné.

Ce qui est moins abouti dans le combat, c’est peut-être sa partie RPG. La carte cérébrale est bien : un arbre de compétences typique qui débloque des mouvements utiles et des passives pour donner un sentiment de progression et personnaliser quelque peu le style. Mais le système d’équipement et d’inventaire est très peu travaillé. Le magasin se résume à un menu dans le point de sauvegarde avec très peu d’armes qui ne font qu’augmenter les statistiques et quelques power-ups à transporter comme accessoires. Une bonne occasion de gérer chaque personnage est perdue, et pas seulement pour retrouver un plus grand sentiment de progression mais pour animer ce qui est, à mon avis, le point le plus faible du jeu : la conception des scénarios.

Tant dans les zones de la ville que dans les “donjons”, il semble que le design soit très simple. Il ne s’agit pas de savoir s’il est linéaire ou non, c’est que le jeu ne parvient pas à dessiner des cartes complexes dans lesquelles on a envie de se perdre et de trouver tous ses secrets. Principalement à cause de ce que j’ai mentionné plus haut : le système d’inventaire est simple et rempli d’objets inutiles, plutôt que d’engins intéressants à découvrir ; mais aussi pour certaines missions secondaires qui restent à accomplir. Elles me rappellent beaucoup celles de Xenoblade Chronicles, par exemple, qui vous demandent de tuer des Alters spécifiques ou dans certaines conditions ; de collecter certains objets ; et où vous n’avez pas besoin de retourner auprès du PNJ en question pour la terminer, mais qui peuvent être marquées depuis l’écran du menu.

 

 

 

Références classiques

 

Cela ne nous aidera pas plus que de parcourir plusieurs fois les mêmes donjons, chose que le jeu s’occupe déjà de faire dans la mission principale. Il est dommage que la façon de visiter New Himuka ne soit pas plus réussie et se fasse à partir d’un simple menu. On voit bien qu’il s’agit d’une histoire où la ville est un protagoniste plus et très important, et il aurait été préférable d’être immergé en elle que sous la structure qu’elle utilise. Une structure qui, d’ailleurs, rappelle Astral Chain à plusieurs reprises.

La bonne chose est que, petit à petit, et au fur et à mesure que les différentes parties du jeu passent, on accepte ce level design simple. Et cela donne visuellement l’un de la chaux et l’autre du sable. Certains environnements sont très réussis, avec un style qui reflète une sorte de cyberpunk mais plus proche des années 90, avec un dessin qui semble presque être plus apprécié au loin ; et, à d’autres occasions, nous trouvons d’autres niveaux pratiquement vides et négligés. Comme je dis, il est pardonné parce que, peu à peu, l’histoire et le combat brillant vous attrape et que le jeu n’a pas encore révélé toutes ses surprises.

La première a trait à l’influence des liens sociaux de la saga Persona. Dans notre repaire, nous pouvons aussi passer du temps avec nos amis et renforcer nos liens. Ils me semblent vraiment être les véritables quêtes secondaires du jeu. Elles nous ouvriront des conversations supplémentaires et, à un certain niveau d’affinité, même une petite mission de combat. Comme dans Persona, le nivellement de la relation ouvre des améliorations en combat.

Un autre nom me vient à l’esprit : Fire Emblem. Non seulement parce que la saga a aussi beaucoup joué avec les relations entre le groupe d’alliés, mais parce que dans ses derniers volets, elle a de plus en plus exploré différents points de vue. Et voici une caractéristique assez importante de Scarlet Nexus : nous pouvons choisir entre deux protagonistes : Yuito Sumeragi ou Kasane Randall. Je peux seulement dire que l’histoire de Yuito est peut-être la plus traditionnelle et celle où l’on trouve le plus de moments de découverte et de surprises, tandis que Kasane est un peu plus au courant, surtout dans la première partie, de certaines intrigues du jeu.

Les deux protagonistes gèrent la psychokinésie, mais Yuito utilise l’épée tandis que Kasane attaque à distance avec plusieurs éventails. C’est là qu’on se rend compte de la bonne planification du jeu et de la façon dont on profite de ces vignettes pour pouvoir mélanger souvent les mêmes donjons, mais modifier l’ensemble de l’histoire à explorer d’un point de vue complètement différent. Il ne s’agit pas de deux jeux en un, mais, bien que je n’aie pu terminer l’histoire de Yuito dans son intégralité, ce que j’ai essayé de faire avec Kasane et ce que vous percevez, c’est que le deuxième jeu avec elle sera très varié, tant en termes de jouabilité (Kasane a sa propre escouade), que dans l’histoire, complétant un arc similaire par moments et très différent à d’autres.

 

 

Nexus entre les générations

 

Scarlet Nexus est peut-être un jeu conçu pour la génération précédente, mais dans la version à laquelle j’ai joué sur Xbox Series X, il est magnifique. Non seulement le cel-shading traditionnel est entré dans les moindres détails, mais à haute résolution, avec les consoles next-gen et le PC, c’est net et se démarque, peu importe combien vous avez joué à des jeux similaires. Les 60 images par seconde sont atteintes dans les versions de PS5 et Xbox Series X | S. Je n’ai pas pu le tester sur les consoles plus anciennes, qui vont à 30fps, mais le combat a certainement l’air bon grâce aux taux d’images par seconde élevés. Le jeu est également doté de voix en japonais et en anglais et d’une bande-son très satisfaisante. De plus, je n’ai pas trouvé un seul bug : tout s’est déroulé sans problème dans ma partie.

J’adore analyser des jeux comme Scarlet Nexus. Ces nouveaux IP disposent d’une toile blanche pour tester des idées tant dans leurs systèmes que dans l’histoire qu’ils veulent nous raconter… Je pense vraiment que c’est important, peu importe à quel point les franchises établies nous séduisent. De nombreux jeux, en fait, profitent des suites pour polir toutes ces aspérités qui n’ont pas fini de cailler dans la première partie, mais je pense que Scarlet Nexus réussit beaucoup de choses du premier coup. Et je pense qu’il y parvient parce que l’équipe de Bandai Namco a été très claire sur son rôle, ce qui lui a permis de savoir où elle pouvait investir des ressources et où elle ne pouvait pas le faire. À mon avis, Scarlet Nexus est une petite surprise, amusante, absorbante, alambiquée, bien ficelée, frénétique et un plaisir à parcourir du début à la fin.

-Zardoz-

Pour:

+ L’histoire promet de répondre à de nombreux mystères et de les remplir.

+ La construction du monde (worldbuilding) est cohérente avec ses règles, très profonde et détaillée.

+ Le combat est non seulement spectaculaire, mais aussi très amusant une fois que toutes les options et tactiques ont été développées.

Contre:

– La ville aurait pu être plus cohérente et les donjons beaucoup plus complexes.

– Problèmes techniques

– Quelques répétitions ici et là


Éditeur: Bandai Namco Studios

Développeurs: Bandai Namco Studios

Genre: Hack’n’slash action-RPG

Date de sortie: 25 juin 2021

REVUE - Sorti de nulle part, Scarlet Nexus est l'un de ces projets qui m'ont surpris. Son histoire alambiquée, mais bien ficelée, rejoint des combats très bien conçus. Nous vous dévoilons tous les détails de la dernière œuvre de Bandai Namco dans la critique de Scarlet Nexus.   Il faut admirer la complexité de la nouvelle production de Bandai Namco sous de nombreux aspects. Pour que tous ces fils écarlates s'enfilent parfaitement, il faut faire un travail de pré-production où tout s'emboîte au risque que quelque chose ne tourne mal. Et beaucoup de choses auraient pu échouer, car Scarlet Nexus…
J'adore analyser des jeux comme Scarlet Nexus. Ces nouveaux IP disposent d'une toile blanche pour tester des idées tant dans leurs systèmes que dans l'histoire qu'ils veulent nous raconter... Je pense vraiment que c'est important, peu importe à quel point les franchises établies nous séduisent. De nombreux jeux, en fait, profitent des suites pour polir toutes ces aspérités qui n'ont pas fini de cailler dans la première partie, mais je pense que Scarlet Nexus réussit beaucoup de choses du premier coup. Et je pense qu'il y parvient parce que l'équipe de Bandai Namco a été très claire sur son rôle, ce qui lui a permis de savoir où elle pouvait investir des ressources et où elle ne pouvait pas le faire. À mon avis, Scarlet Nexus est une petite surprise, amusante, absorbante, alambiquée, bien ficelée, frénétique et un plaisir à parcourir du début à la fin.

Scarlet Nexus

Jouabilité - 8.6
Graphiques - 8.8
Histoire - 9.1
Musique / audio - 8.4
Atmosphère - 8.7

8.7

EXCELLENT

J'adore analyser des jeux comme Scarlet Nexus. Ces nouveaux IP disposent d'une toile blanche pour tester des idées tant dans leurs systèmes que dans l'histoire qu'ils veulent nous raconter... Je pense vraiment que c'est important, peu importe à quel point les franchises établies nous séduisent. De nombreux jeux, en fait, profitent des suites pour polir toutes ces aspérités qui n'ont pas fini de cailler dans la première partie, mais je pense que Scarlet Nexus réussit beaucoup de choses du premier coup. Et je pense qu'il y parvient parce que l'équipe de Bandai Namco a été très claire sur son rôle, ce qui lui a permis de savoir où elle pouvait investir des ressources et où elle ne pouvait pas le faire. À mon avis, Scarlet Nexus est une petite surprise, amusante, absorbante, alambiquée, bien ficelée, frénétique et un plaisir à parcourir du début à la fin.

User Rating: Be the first one !

Spread the love

No comments

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.