Menu

Empire of Sin – Le crime paie-t-il?

TEST – Dans la ville de Chicago pendant les années de la prohibition, Empire of Sin, un mélange explosif qui combine gestion, stratégie au tour par tour et jeu de rôle dans le but de créer un jeu vidéo unique.

 

Le nouveau jeu de Romero Games n’a peut-être pas pu me satisfaire du tout, mais mes propos ne vous découragent pas car Empire of Sin est courageux et original dans nombre de ses propositions. C’est la raison principale pour laquelle j’aurais aimé que ses créateurs aillent plus loin dans certaines de ces idées. Malgré ce qui a été dit, cette production Paradox Interactive possède un bon nombre de mécaniques narratives et jouables des plus intéressantes. Le plus remarquable d’entre eux est clairement le nombre énorme de chefs de gangsters. Des noms bien connus tels que Al Capone, Angelo Genna ou Joseph Saltis se trouvent dans cette liste de 14 capodastres parmi lesquels choisir. Chacun d’eux a ses propres capacités spéciales, qu’il s’agisse d’avantages dans un certain type d’entreprise ou de capacités à exécuter pendant le combat. Cependant, la caractéristique la plus remarquable est que chacun d’eux a sa propre histoire.

C’est précisément ici que j’aurais aimé en voir plus. Il est intéressant d’observer chacune des histoires des protagonistes, quelque chose qui, en revanche, nécessite le démarrage de 14 jeux différents, ce qui augmente considérablement la durée du titre ainsi que sa valeur de rejouabilité. Ces histoires prennent vie à partir de conversations et voyagent à travers un monde dans lequel la perspective isométrique laisse de la place pour certaines animations basées principalement sur des gros plans et des back-plans des protagonistes. Malheureusement, et malgré une écriture claire et directe qui est appréciée, ces histoires ne sont que de simples anecdotes dans toute l’expérience. Ils manquent de la force, et surtout du développement nécessaire pendant tout le jeu pour être totalement satisfaisants. Ils basent toute leur force sur le fait de laisser le joueur prendre certaines décisions en menant différentes investigations dans certains cas ou en nous guidant par notre instinct dans d’autres.

 

 

L’amour, la haine et la foule

 

Dans Empire of Sin, nous n’allons pas créer notre propre empire criminel (même si nous pourrions essayer de le faire). Le jeu propose à l’utilisateur 55 gangsters différents à embaucher et à intégrer dans notre groupe de 10 membres maximum. Chacun d’eux a son propre profil, pouvant être entre autres un escroc, un tueur à gages, un médecin ou une démolition. Naturellement, chacun de ces profils a son propre arbre d’améliorations applicables au combat qui s’améliorent avec votre ancienneté. Cela peut sembler générique, cependant, certains facteurs de différenciation font de cette liste noire l’un des plus grands succès du jeu.

Tout d’abord, je dois souligner le soin qui a été apporté à chacun de ces personnages. Ce ne sont pas seulement des photographies dans un cadre, mais elles ont été dotées d’une biographie que l’on peut connaître avant de rejoindre nos rangs et surtout, un système de loyauté, d’amour et de haine a été mis en place entre elles. De cette manière, lors de l’embauche n’importe lequel de ces grégaires, le joueur doit tenir compte de la façon dont il s’entend avec les autres membres de la liste, dans les cas où certains d’entre eux sont incompatibles au sein du même groupe en raison de l’arrière-plan qu’ils font glisser. Dans d’autres, ils peuvent avoir une relation amoureuse, donc avoir les deux dans le groupe donne lieu à des situations intéressantes car ils peuvent activer des mouvements et des attaques spéciaux pendant le combat et ils peuvent même avoir une querelle comme un couple et cela affecte leur performance dans le groupe.

 

 

Couvertures, pourcentages et compétences

 

Bien que l’histoire soit importante, l’axe central de son gameplay réside dans les combats. Ces escarmouches sont lancées dans des affrontements au tour par tour dans le plus pur style XCOM dans lequel les probabilités de frapper nos tirs, d’entrer en couverture et la répartition appropriée de nos unités sur le champ de bataille doivent être prises en compte. Malheureusement, l’Empire of Sin ne parvient pas à convaincre dans sa proposition car par rapport à d’autres jeux du style, il reste à la surface de ce qu’il tente de faire.

Un des problèmes les plus notables dans la répartition des unités au début de ces affrontements. Un tour d’avant-combat est manqué pour placer les unités, ce qui a pour conséquence que les membres de notre escouade se retrouvent dans une foule lorsqu’ils entrent dans chacune des salles. Cela contraste avec la disposition des unités ennemies qui sont parfois très éloignées de la scène, donc entrer en conflit nécessite plusieurs tours infructueux dans lesquels le comportement de l’intelligence artificielle ennemie laisse beaucoup à désirer. La vérité est que cela s’améliore si nous choisissons de jouer dans des difficultés plus élevées, donc je conseillerais aux vétérans de sauter dans les niveaux Sottocapo et Boss dès le début avant la difficulté Lieutenant, où le jeu commence par défaut.

Empire of Sin s’engage à donner au joueur des outils très spectaculaires à travers les différentes capacités de chacun des personnages; A noter les éclats de couverture ou les chaînes de meurtres qui permettent de tuer de nombreuses unités ennemies en un seul tour. Même avec cela, d’autres problèmes tels que la couverture transparente, qui rendent certaines de nos actions peu plausibles, finissent par gâcher une section dans laquelle ils ont plutôt bien fonctionné pour donner au joueur le plus grand nombre de références lors de la sélection du coup. ou l’action la plus appropriée.

 

 

Contrôlez les habitants et vous contrôlerez Chicago

 

Avec cette prémisse, l’Empire du péché commence à montrer des signes de manque de cohésion qui accompagneront désormais cette analyse dans le reste de ses sections. Le contrôle des établissements un par un est une possibilité, cependant, tout fera partie de l’illusion que le joueur veut créer dans sa session de jeu puisqu’il existe un moyen plus rapide de prendre le contrôle d’un bon nombre de points à chaud: attaquer le refuge du gang en question. Au moment où nous gagnons dans cette confrontation, toutes les entreprises de cette faction commencent à gonfler notre économie, donc attaquer les différents endroits de Chicago n’a aucun sens. Je comprends que Romero Games a voulu donner à l’utilisateur la possibilité de choisir comment vivre l’expérience, mais en raison de son approche, le jeu réclame un système d’affaiblissement dans lequel nous ne pouvons pas attaquer ces refuges jusqu’à ce que nous ayons affaibli la faction en question précédemment.

Ce système est un tsunami qui tue tout ce que le jeu veut élever. La vérité est que chacune de ces entreprises peut être améliorée, en augmentant sa sécurité, sa production, son environnement ainsi que sa popularité jusqu’à 5 niveaux par magasin. Mais en pouvant prendre le contrôle d’autres maisons sûres avec une simple déclaration de guerre préalable, toute la section de la gestion économique et de la diplomatie se dilue, jusqu’à perdre son sens, laissant place à la domination par la violence la plus stricte avec une économie. basé sur tout obtenir sans trop se soucier de prendre soin de ce que nous avons déjà.

 

 

Options de diplomatie

 

Ils sont larges permettant au joueur d’établir des alliances avec d’autres gangs, de déclarer des guerres ouvertes avec plus de factions impliquées ou seules, de demander une compensation pour des griefs lorsque nos locaux sont attaqués ou de renforcer les relations commerciales. Évidemment, ce système de diplomatie prend la peine de créer des situations émergentes par lesquelles nous pouvons être trahis et dans lesquelles les décisions futures sont incompatibles avec les accords déjà établis. La main de Paradox est perceptible en ce sens puisque de nombreux outils sont donnés au joueur pour connaître les états d’alliances, filias et phobies de chacune des factions lors de la prise de décision. Malheureusement, l’absence de limitations et que presque tout est possible à tout moment,

Au sein de ces relations diplomatiques se démarquent. Ces rencontres entre patrons sont des occasions de dialoguer avec chacun des patrons de la ville. C’est entre nos mains de les demander ou d’aider une fois que nous sommes convoqués à l’un par une autre faction. Cependant, j’ai pu vérifier que les variations entre l’un et l’autre sont minimes et qu’elles finissent toutes par se résoudre en fonction de ce que le joueur veut dicter et tombent trop dans la répétition des conversations. Peu est exploitée la possibilité que nous avons dans les missions de choisir des modes de conversation plus axés sur la persuasion, l’intimidation ou la capacité de leadership de notre patron.

 

 

Chicago à l’intérieur, Chicago à l’extérieur

 

Sur l’écran Empire of Sin laisse des sentiments contradictoires, son interface se démarque, bien organisée et très claire, ce qui rend le jeu très accessible dès le début ainsi qu’un très bon tutoriel. Ce bon travail se reflète dans les rues de la ville lorsque l’on joue avec le zoom sur des distances courtes ou moyennes. L’atmosphère de Chicago est très satisfaisante dans ses rues, mais pas tant dans les intérieurs où, malgré un bon niveau de détail, ce qui est plus apprécié grâce aux améliorations que nous apportons à l’atmosphère des lieux, le jeu se termine pour se répéter trop de scénarios pendant les combats optant pour des solutions clones qui l’éloignent de l’excellence dans cette section.

Une chose qui pourrait être améliorée à propos d’Empire of Sin est que dès que nous commençons à nous déplacer dans plus d’un quartier, le jeu nécessite l’utilisation d’une caméra plus éloignée. Cette perspective est très bien réalisée en termes jouables puisqu’elle nous permet de passer rapidement d’un point à un autre et d’exécuter toutes sortes d’actions à partir d’une molette de menu confortable et intuitive. Cependant, la décision d’envisager la cartographie comme s’il s’agissait d’un jeu de société finit par ruiner le bon travail d’immersion effectué dans des perspectives plus proches de l’action, emportant avec elle toute l’âme de la ville que ce pourrait bien être Chicago ou Chiclana.

 

 

Unique, mais imparfait

 

Empire of Sin est un jeu pratiquement unique sur le marché actuel. La combinaison de la mécanique du RPG avec le combat au tour par tour, la gestion de l’empire et la diplomatie en fait un jeu tout à fait unique. Ce fut une expérience amusante, c’est un plaisir de jouer le rôle d’un chef de la mafia qui gagne des points notoires à mesure que sa domination sur la ville et les autres gangs grandit.

Cependant, il laisse le sentiment que bon nombre de ses mécanismes ne sont pas exploités de manière appropriée maintenant car il n’a pas été possible d’unifier l’ensemble de sa proposition comme cela aurait été souhaitable. Cependant, c’est un titre à prendre en compte dont je voudrais voir une suite qui sait pousser tout ce qu’il propose un peu plus loin puisque, sur la table, il a suffisamment d’ingrédients pour être plus qu’un bon jeu.

-Zardoz-

Pro:

+ Rejouabilité, nombreuses options
+ De nombreux genres et éléments de jeu vont de pair
+ Super musique et bonne ambiance

Contre :

– Il y a trop peu d’éléments d’histoire
– IA stupide
– Graphismes meh


Éditeur: Paradox Interactive

Développeur: Romero Games Ltd.

Genres: Stratégie

Publication: 1 décembre 2020

TEST - Dans la ville de Chicago pendant les années de la prohibition, Empire of Sin, un mélange explosif qui combine gestion, stratégie au tour par tour et jeu de rôle dans le but de créer un jeu vidéo unique.   Le nouveau jeu de Romero Games n'a peut-être pas pu me satisfaire du tout, mais mes propos ne vous découragent pas car Empire of Sin est courageux et original dans nombre de ses propositions. C'est la raison principale pour laquelle j'aurais aimé que ses créateurs aillent plus loin dans certaines de ces idées. Malgré ce qui a été dit,…
Empire of Sin est un jeu pratiquement unique sur le marché actuel. La combinaison de la mécanique du RPG avec le combat au tour par tour, la gestion de l'empire et la diplomatie en fait un jeu tout à fait unique. Ce fut une expérience amusante, c'est un plaisir de jouer le rôle d'un chef de la mafia qui gagne des points notoires à mesure que sa domination sur la ville et les autres gangs grandit. Cependant, il laisse le sentiment que bon nombre de ses mécanismes ne sont pas exploités de manière appropriée maintenant car il n'a pas été possible d'unifier l'ensemble de sa proposition comme cela aurait été souhaitable. Cependant, c'est un titre à prendre en compte dont je voudrais voir une suite qui sait pousser tout ce qu'il propose un peu plus loin puisque, sur la table, il a suffisamment d'ingrédients pour être plus qu'un bon jeu.

Empire of Sin

Jouabilité - 6.5
Graphiques - 6.8
Histoire - 4.3
Musique / audio - 8.2
Atmosphère - 5.6

6.3

JUSTE

Empire of Sin est un jeu pratiquement unique sur le marché actuel. La combinaison de la mécanique du RPG avec le combat au tour par tour, la gestion de l'empire et la diplomatie en fait un jeu tout à fait unique. Ce fut une expérience amusante, c'est un plaisir de jouer le rôle d'un chef de la mafia qui gagne des points notoires à mesure que sa domination sur la ville et les autres gangs grandit. Cependant, il laisse le sentiment que bon nombre de ses mécanismes ne sont pas exploités de manière appropriée maintenant car il n'a pas été possible d'unifier l'ensemble de sa proposition comme cela aurait été souhaitable. Cependant, c'est un titre à prendre en compte dont je voudrais voir une suite qui sait pousser tout ce qu'il propose un peu plus loin puisque, sur la table, il a suffisamment d'ingrédients pour être plus qu'un bon jeu.

User Rating: Be the first one !

Spread the love

No comments

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

COSPLAY DU JOUR: PlayStation 5