Menu

DiRT 5 – Un retour aux racines de la saga

TEST – Dirt 5 cherche à retrouver son identité à un moment idéal: les portes d’une nouvelle génération. Mais, au-delà de sa section technique flashy, dans quelle mesure ses courses et championnats sont-ils satisfaisants? Nous avons découvert dans cette analyse correspondant à la version des consoles actuelles.

 

Grâce aux nombreuses avant-premières, il a pu voir que ce Dirt 5 voulait revenir aux racines de la saga. Il avait été difficile pour Dirt 4 de saisir le pouls de la pédale après que la saga ait bifurqué avec Dirt Rally, créant un jeu intéressant avec des propositions ingénieuses, mais sans se positionner comme un simulateur, comme ce dernier, ou une arcade occasionnelle, comme le second. et troisième tranche.

 

 

Concentré

 

Maintenant, Codemasters se concentre. Les couleurs vives, la musique éclectique dans les genres, mais vivante en rythme, et le festival des confettis dans les circuits du monde entier reviennent. Et c’est apprécié: Dirt 5 récupère cette effusion due au dérapage et au franchissement avec nos roues de toutes sortes de routes naturelles et artificielles. Un coup de mode Chemin, du coup vous êtes dans les collines grecques, vous êtes chez les chinois. De la Norvège froide au Maroc chaud. Les circuits se sentent bien planifiés pour le défilé de glissements de terrain que vous comptez réaliser; mais, sur ce chemin du retour aux origines, nous manquons peut-être le pilier le plus central de la saga. Oui, le rallye le plus classique.

Non pas que je pense qu’il y a une pénurie de contenu dans Dirt 5 – le mode longue trajectoire, les défis et les différents événements auxquels nous participons en font un bon package. Tout semble prêt pour le spectacle, mais si quelque chose a prouvé Dirt 2 et 3, c’est que vous pouvez faire un jeu de rallye spectaculaire sans perdre complètement votre forme. Ici on ne trouve pas les étapes classiques ou les courses de segments. Il n’y a pas de variantes contre les véhicules ou l’horloge. Et par-dessus tout, il y a ces longs trajets étroits qui exigent non seulement de la vitesse et du dérapage, mais aussi du contrôle et de la précision. Et comme ils ont toujours été dans la saga numérotée, même dans ses tranches les plus éhontées, la modalité la plus classique est manquée, ce qui permettrait un type de compétition plus dédié, où nos progrès se feraient davantage sentir.

Au lieu de cela, le mode trajectoire nous présente des preuves un peu plus directes et frénétiques. Il n’y a pas que des courses en circuits par tours, mais il y a aussi d’autres itinéraires; mais tout se développe à travers une compétition qui a parfois quelque chose de technique quand il s’agit de clouer les dérapages et autres chaotiques, qui rappellent davantage le crash de corps d’un Motorstorm (mais sans nitros ni explosions). Et pourtant, malgré ce désir des tests les plus dédiés, Dirt 5 vous fait aimer pour l’un des systèmes de contrôle d’arcade les plus perfectionnés dont je me souvienne depuis longtemps.

Le contrôle, en particulier avec la vue du cockpit, est phénoménal. Je ne parle pas en termes de réalisme mais en termes de sensations de conduite. Dirt 5 utilise et abuse du volant et de la contre-direction. Dirigez-vous complètement sur le côté sans crainte et compensez les forces de glissement et de gravitation dans la direction opposée et compensez avec l’accélérateur. Principes de la discipline, mais appliqués au spectacle. Et ce concept m’attire beaucoup, car oui, dans Dirt 5 le show l’emporte, mais pas au prix de vagues mécaniques, mais en travaillant sur le contrôle du volant et l’inertie. Le résultat, comme je l’ai dit, est irréaliste: il s’agit plus d’une dérive que l’on ferait sur la neige ou la glace que sur l’asphalte ou le gravier, mais, comme une arcade, le résultat est plus que bon et les stimuli envoyés au joueur sont ceux qui devraient l’être.

Non seulement ce contrôle raffiné est extrêmement agréable, mais il permet également à Codemasters de se concentrer sur la création de lignes parfaites. Quand j’ai commencé le jeu en mode normal, j’ai rapidement remarqué qu’il manquait quelque chose. Les pistes étaient excessivement larges: on pouvait faire de grandes dérives sans même se rapprocher du bord du circuit. Et l’intelligence artificielle n’a pas accompagné, se terminant très loin derrière nous. Mais à partir du mode Hard, les choses changent: vous comprenez ces larges pistes. Vos rivaux ne vous facilitent pas la tâche et alors vos dérives ostentatoires doivent être remplacées par d’autres beaucoup plus risquées. Étant des pistes aussi larges, le jeu vous permet de bien couper les virages et d’accélérer sur les sorties, ainsi que de favoriser les virages scandinaves dans certaines extensions. C’est à ce moment que vous réalisez que Codemasters a beaucoup testé le jeu pour tirer le meilleur parti des lignes.

Mais en parlant d’intelligence artificielle, ce n’est pas qu’elle échoue, mais cela peut conduire à des moments chaotiques: l’IA ne répond généralement pas de différentes manières à vos actions, mais a tendance à suivre des itinéraires fixes et les collisions entre véhicules peuvent, bien qu’elles soient recherchées créent des races féroces, ils ont une physique assez légère qui peut conduire à quelques redémarrages de course. Il est tout à fait normal de voir une voiture voler dans les airs ou comment une collision se termine avec votre voiture en train de faire une vrille dont vous ne récupérerez pas.

 

 

Le tour du monde en 130 événements

 

La modalité principale est très, très longue. Divisé en chapitres, comprenant 130 événements dans 70 itinéraires et, selon le jeu, avec une variété de 9 disciplines différentes. Au-delà des chiffres, le principal problème que je trouve est qu’ils pourraient être parfaitement divisés en deux disciplines: les tests principaux et les tests spéciaux. Il n’y a pas de différences palpables comme dans d’autres jeux entre Rally et RallyCross, par exemple. Ici, il appelle certains RallyRaid, d’autres Stampede, d’autres Ultra Cross, mais tous partagent les mêmes circuits et ne varient que le type de véhicule dans lequel, bien que l’on retrouve certaines variables de poids et de puissance, en pratique, elles ne sont pas si différentes non plus. . chaque.

Dans ces principaux tests, le jeu tente, par tous les moyens, de donner de la variété aux circuits. Et au début, il réussit, grâce aux effets météorologiques et aux différents moments de la journée, que dans cette nouvelle variante du moteur graphique utilisé pour OnRush (un moteur très solvant et attractif) il crée des paysages saisissants capables de changer la météo et météo tout au long de la carrière. Parfois, notre passage à travers la Chine, par exemple, sera ensoleillé, tandis que dans d’autres circonstances, de fortes chutes de neige seront tombées sur le sol; d’autres, nous le trouverons plus gorgé d’eau. Tout cela produit l’effet désiré de tout jeu de conduite de ne pas ressembler au même circuit. Mais, à long terme, il est très difficile de ne pas tomber dans la répétition. Vers le deuxième chapitre, vous commencez à ressentir une certaine fatigue et monotonie. Et c’est peut-être là que les autres tests spéciaux auraient pu être plus utiles qu’eux.

Pour essayer de rester varié, Dirt 5 comprend des événements spéciaux, tels que le Gymkhana classique, le Pathfinder ou encore la course Sprint. Je ne pense pas qu’ils réussissent à passer la simple anecdote dans de nombreux cas. Gymkhana était flashy dans Dirt 3, mais maintenant il se sent un peu à sa place. Les événements Pathfinder nous poussent à escalader le terrain le plus raide dans les plus brefs délais, mais je n’ai pas non plus rencontré de nombreux défis dans les temps sans trop essayer, ni la mécanique de jouer avec l’accélérateur ne me semble surchargée. Et le Sprint? Peut-être que la base de ces Sprint Cars est amusante, combinant la force de ces véhicules avec leur inertie, mais en pratique, elle est quelque peu imprécise et chaotique.

Enfin, il y a quelques défis supplémentaires: Throwdowns (Challenges). Ce sont des événements dans lesquels nous défions l’IA de différentes manières, dans des courses en tête-à-tête ou avec un véhicule spécial, par exemple. Ils sont débloqués au fur et à mesure que nous progressons dans la carrière, et cela aurait été le meilleur point culminant, un peu Forza Horizon, qui donne toujours un test spécial. Mais après en avoir joué quelques-uns nous avons remarqué que, encore une fois, ils nous emmènent à travers des circuits déjà parcourus dans des courses très similaires à celles de la campagne, sans grande raison d’avoir leur section.

Dans cet effort pour continuer à fournir de la variété, Dirt 5 a inclus son éditeur, qu’il a appelé Playgrounds, qui nous permet de construire nos circuits et tests Gymkhana. Ils ne peuvent pas être comparés à ceux proposés par le jeu, plus conforme aux milieux naturels, alors qu’ici ce sont des pistes fermées, mais le nombre d’options qu’il propose permettra aux plus ingénieux de faire de bonnes pistes, en essayant d’encourager la participation grâce au vote et les sélections des meilleurs circuits hebdomadaires. Les circuits déjà créés à titre d’exemple par Codemasters donnent un aperçu des choses folles qui peuvent être faites avec ce mode, qui propose également des pistes un peu plus fermées et étroites, comme je l’ai mentionné précédemment que j’ai raté le Rally classique.

 

 

La beauté du dérapage

 

Tous ces événements spéciaux sont plus impressionnants grâce aux options multijoueurs. Dans Dirt 5, nous pouvons participer à des courses en ligne et locales, mais le point le plus intéressant est que tous les modes Carrière, y compris les tests les plus spéciaux tels que Gymkhana ou Pathfinder, peuvent être joués avec des amis, et c’est à ce moment que ces tests brillent un peu. de plus, grâce au fait que la concurrence est plus serrée. Si à tout cela on ajoute que le jeu prend en charge un écran partagé pouvant accueillir jusqu’à quatre joueurs sur la même console, je pense que bien que l’on puisse finir un peu fatigué de son mode solo, il pourra toujours avoir une excuse pour redécouvrir le jeu à nouveau dans sa facette multijoueur.

Pour cette analyse, nous ne pouvons parler que de la version de la génération actuelle, bien que nous ayons pu tester le jeu également sur Xbox Series X. Le jeu a été beaucoup vu grâce aux versions de prévisualisation et aux données fournies par Codemasters, donc, bien que nous ne puissions pas vous donner nos impressions, nous pouvons dire que Dirt 5 dispose de plusieurs modes de jeu: en mode Qualité, la résolution dynamique 4K est privilégiée, améliorant les effets graphiques, tandis qu’en mode Performance, la résolution dynamique est plus faible. Il y a aussi le fameux mode 120 images par seconde qui, en sacrifiant encore plus la résolution, parvient à doubler le débit pour les téléviseurs et moniteurs compatibles.

 

 

Concessions générationnelles

 

Dans la version de cette génération, nous avons pu tester le jeu sur PS4 Pro et le résultat n’est pas du tout négatif, mais plus de concessions sont faites, reléguant le mode Qualité à 30 images par seconde, tandis que le mode Performance est celui qui atteint la fluidité de 60fps qui convient si bien à cette conduite. Il ressort clairement de nos aperçus que Dirt 5 est un jeu qui profite de la nouvelle génération, mais il est également très attractif dans le présent, même si vous devez faire ces sacrifices lorsque vous choisissez entre une résolution 4K ou les images par seconde. Nous avons également remarqué des temps de chargement plus longs par rapport aux aperçus qui ont bénéficié du SSD de nouvelle génération. Dans la section musicale, les voix qui «racontent» le mode Path comme s’il s’agissait d’un podcast, elles ont fini par m’épuiser pour porter cette ambiance animée artificielle qui n’est pas non plus nouvelle dans la version espagnole de la série, alors que dans l’original il bénéficie davantage de la bonne dynamique due à son amitié et au parcours professionnel de Troy Baker et Nolan North. TheMusic est composé de morceaux qui peuvent être d’actualité, mais qui sonnent bien en fuite, avec des morceaux de The Prodigy, Chemical Brothers, Pearl Jam, The Killers ou Stormzy.

Je pense que Dirt 5 sort avec succès du skid, précisément parce qu’il récupère une partie de son identité qui avec son quatrième opus était un peu mise en doute. Mais je remarque aussi qu’il y a encore place à l’amélioration si l’esprit de la saga est encore plus retrouvé, pariant encore une fois sur un Rally spectaculaire, mais Rally après tout. Et mélangez-le avec ce contrôle très soigné qui se sent si bien lorsqu’il s’agit de créer des lignes serrées et des contre-volants puissants. C’est agréable de prendre le volant pendant que la boue éclabousse la piste et on profite de vues très réussies.

-Zardoz-

Bonjour, supportez s’il vous plaît notre page theGeek.site sur Patreon, afin que nous puissions continuer à vous écrire les dernières nouvelles et critiques de jeux, de films et de technologies en tant que magazine indépendant.
Become a Patron!

Pro:

+ Le contrôle est très satisfaisant dans un jeu d’arcad
+ Des circuits bien conçus qui vous invitent à être maîtrisés
+ Aspect visuel très frappant et une bonne sélection musicale

Contre :

– Le mode Trajectoire tombe progressivement en fatigue au fur et à mesure que les tests et les circuits se répètent
– Les essais et les événements spéciaux ne parviennent pas à apporter de la variété au mode principal
– En dépit d’être inspiré par Dirt 2 et 3, les événements de rallye plus classiques sont manqués


Éditeur: Codemasters

Développeur: Codemasters

Genres: Jeu vidéo de course

Publication: 6 novembre 2020

TEST - Dirt 5 cherche à retrouver son identité à un moment idéal: les portes d'une nouvelle génération. Mais, au-delà de sa section technique flashy, dans quelle mesure ses courses et championnats sont-ils satisfaisants? Nous avons découvert dans cette analyse correspondant à la version des consoles actuelles.   Grâce aux nombreuses avant-premières, il a pu voir que ce Dirt 5 voulait revenir aux racines de la saga. Il avait été difficile pour Dirt 4 de saisir le pouls de la pédale après que la saga ait bifurqué avec Dirt Rally, créant un jeu intéressant avec des propositions ingénieuses, mais sans…
Je pense que Dirt 5 sort avec succès du skid, précisément parce qu'il récupère une partie de son identité qui avec son quatrième opus était un peu mise en doute. Mais je remarque aussi qu'il y a encore place à l'amélioration si l'esprit de la saga est encore plus retrouvé, pariant encore une fois sur un Rally spectaculaire, mais Rally après tout. Et mélangez-le avec ce contrôle très soigné qui se sent si bien lorsqu'il s'agit de créer des lignes serrées et des contre-volants puissants. C'est agréable de prendre le volant pendant que la boue éclabousse la piste et on profite de vues très réussies.

Dirt 5

Jouabilité - 8.2
Graphiques - 8.6
Contrôle - 9.2
Musique / audio - 7.8
Ambiance - 7.8

8.3

EXCELLENT

Je pense que Dirt 5 sort avec succès du skid, précisément parce qu'il récupère une partie de son identité qui avec son quatrième opus était un peu mise en doute. Mais je remarque aussi qu'il y a encore place à l'amélioration si l'esprit de la saga est encore plus retrouvé, pariant encore une fois sur un Rally spectaculaire, mais Rally après tout. Et mélangez-le avec ce contrôle très soigné qui se sent si bien lorsqu'il s'agit de créer des lignes serrées et des contre-volants puissants. C'est agréable de prendre le volant pendant que la boue éclabousse la piste et on profite de vues très réussies.

User Rating: Be the first one !

Spread the love

No comments

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.