Menu

Harcèlement sexuel chez Ubisoft: “Nous le savions”

Il n’y a pas si longtemps, un groupe de gestion de crise a été créé chez l’éditeur français de jeux vidéo Ubisoft – cette décision désespérée était motivée par la nouvelle croissante du harcèlement sexuel qui sévit au sein de l’entreprise depuis plusieurs années. Il n’y avait aucun doute: ils devaient déménager. Maintenant que l’équipe d’enquête travaille depuis un certain temps, des poissons de plus en plus gros s’accrochent. En effet, il s’est avéré que plusieurs personnalités influentes étaient également impliquées dans l’affaire.

 

Les indices ont conduit à Serge Hascoët

 

Alors que le site de la Libération française poursuivait sa propre enquête sur les personnes impliquées dans l’affaire, ils se sont retrouvés confrontés à un mur des RH. Les employés du service des ressources humaines ont défendu la réputation d’Ubisoft et de ses patrons avec bec et ongles. La vérité, cependant, a émergé, bien que sa bouche ait été autrement serrée par des mains prudentes.

L’un des principaux créateurs, le deuxième homme de la société, Serge Hascoët, semble finalement devenir la première personne dans l’affaire. Cependant, il serait prématuré de l’appeler numéro un car les enquêtes sont toujours en cours, mais il est choquant que les comportements prédateurs sexuels soient également tolérés à son niveau.

L’homme a été mentionné par plusieurs sources anonymes, et l’une des personnalités du département des ressources humaines l’a qualifié de «figure la plus toxique de l’entreprise» et a déclaré qu’ils le savaient tous. Le comportement du patron créatif redouté a donc été toléré par l’entreprise. Les abus étaient monnaie courante, mais tout le monde était tolérant, car il était le principal créateur de jeux comme Assassin’s Creed ou Watch Dogs. On peut donc dire qu’Ubisoft ne serait pas là où il en est aujourd’hui sans lui…

 

Malheureusement, le grand esprit de l’homme est accompagné d’un côté plus sombre, et la bête acculée est la plus dangereuse.

Qu’est-ce que cet homme a fait? Eh bien, il consommait régulièrement de la drogue et introduisait en contrebande des drogues dans la nourriture et les boissons d’autres travailleurs à leur insu! De plus, une dame des RH a rapporté le cas d’Hascoët l’approcher ouvertement, sexuellement, devant ses autres subordonnés supérieurs, l’humiliant ainsi. Nous ne citerions pas le cas exact à cause des règles de bon goût, mais il s’agissait d’un acte sexuel par derrière que l’homme aurait utilisé pour «enseigner» à la femme.

Un homme célèbre pour son comportement sexuel malade était surtout connu pour sa haine et son homophobie au sein d’Ubisoft. Hascoët avait un comportement typique d’avoir un grognement de chien quand une femme se présentait…

 

HR inutile

 

Il semble que le service des ressources humaines, qui aurait été chargé de traiter ces cas, défendait également les coupables. Bien que Serge Hascoët ne fasse pas l’objet d’une enquête interne (!), Il y a eu des centaines de rapports de harcèlement non enquêtés, allant de la gravité de la pornographie publique au viol. Et les RH n’ont rien fait. La responsable du département RH, Cécile Cornet, semble désormais avoir toutes les responsabilités. La femme a rejeté toutes les accusations antérieures fondées avec des réponses comme celles-ci, les créateurs, sont exactement comme ça, ou que si vous ne pouvez pas travailler avec lui, partez. Cette méthode a été utilisée pour nettoyer le nom de la direction.

Le reporter de problèmes internes de l’entreprise – et c’est peut-être le plus choquant – n’a même pas autorisé les signalements de harcèlement et d’abus sexuels, car le phénomène est devenu pleinement intégré à la culture d’entreprise – les rapports auraient donc été continus.

 

 

Cécile Cornet a fini par témoigner, peut-être, pour que la responsabilité ne soit pas la sienne: Yves Guillemot savait aussi tout, mais pour lui l’atmosphère toxique était tolérable tant qu’elle ne se faisait pas au détriment du travail.

Que fera Ubisoft maintenant, et qu’en est-il d’Yves Guillemot? Eh bien, alors que certains membres des RH jouaient des défenseurs, le chef Guillemot a promis qu’ils déménageraient. De même, Yves Guillemot a demandé à être informé de tout nouveau cas.

 

La situation est que, malheureusement, l’abus de pouvoir est monnaie courante dans la vie des entreprises, qu’il soit de nature sexuelle ou autre. Nous ne pouvons qu’espérer que l’enquête se poursuivra et se terminera avec succès: 20 personnes font déjà l’objet d’une enquête, la plupart dans une situation si grave qu’elles seraient assurément licenciées.

Peut-être que l’entreprise sera enfin nettoyée? Ce sera clair bientôt.

Source: Libération, XboxSquad

Bonjour, supportez s’il vous plaît notre page theGeek.site sur Patreon, afin que nous puissions continuer à vous écrire les dernières nouvelles et critiques de jeux, de films et de technologies en tant que magazine indépendant.
Become a Patron!

Spread the love

No comments

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.